Glande sudoripare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Glandes sudoripares)
Position des glandes sudoripares (no 11, couleur orange) dans la peau :
A. Épiderme
B. Derme
C. hypoderme
D. Vaisseaux sanguins et lymphatiques
E. Stratum germinativum (couche basale)

1.Poil
2.Stratum corneum (couche cornée)
3.Couche pigmentée
4.Stratum spinosum (cellules cubiques)
5.Stratum basale (couche basale)
6.Muscle érecteur du poil
7.Glande sébacée
8.Follicule pileux
9.Papille du poil
10.fibre nerveuse
11.Glande sudoripare
12.corpuscule de Pacini (récepteur sensoriel)
13.Artère
14.Veine
15.Terminaison nerveuse libre (récepteur sensoriel)
16.Papille dermal
17.Pore
Le poil dans la peau.
Description : microphotographie de la peau du creux axillaire montrant au niveau du derme l'appareil sécrétoire des 2 types de glandes sudorales : eccrines (gauche) et apocrines (droite).

Les glandes sudoripares (sudorales) sont des annexes cutanées (organes microscopiques spécialisés) qui sécrètent la sueur et, pour certaines d'entre elles, des hormones ou phéromones.

Histologiquement, il s'agit de glandes exocrines ( épithéliums cubiques bistratifiés) ont la fonction première est la transpiration.

Les deux types de glandes sudoripares chez l'humain[modifier | modifier le code]

Chez l'humain, on distingue deux sortes de glandes sudoripares qui diffèrent par leur origine embryologique, leurs fonctions, leurs répartitions et par la composition de la sueur qu'elles excrètent :

Glandes sudoripares « eccrines »[modifier | modifier le code]

Les glandes sudoripares eccrines sont de loin les plus nombreuses, de trois à six millions, avec une densité moyenne de 200 glandes/cm2. Leur topographie est quasi-ubiquitaire, avec une réparitition sur presque l'ensemble de la surface cutanée, avec une plus forte densité au niveau de la paume des mains, de la plante des pieds (où elles atteignent une densité maximale de 600 glandes/cm2) et sur le front.

Ces glandes sont absentes au niveau des petites lèvres et du clitoris chez les femmes, et du gland chez l’homme[1].

Chacune d'elles est une glande simple, tubuleuse et en spirale, dont l'extrémité, le peloton sudoral (glomérule) se situe dans le derme profond et marque le début de l'hypoderme.

Ces glandes sont constituées d'une portion sécrétrice et excrétrice : la partie sécrétrice se trouve enroulée dans le derme, en profoneur et se prolonge vers la surface par un canal excréteur rectiligne. Ce canal débouche sur un pore intraépidermique, l'acrosynringium.

La sécrétion des glandes sudorales eccrines est appelée la sueur. Cette sécrétion participe à une grande partie de la transpiration (les poumons sont aussi une source de transpiration). La sueur est une solution aqueuse hypotonique, dérivée du plasma sanguin par filtration passive.[2]

Elles jouent un rôle important dans la thermorégulation du corps ou de certains organes (dont le scrotum et les testicules). Lorsque le corps risque la surchauffe (par exemple pour cause de fièvre, d'effort intense, ou d'une chaleur externe intense ou froid ou bien de fortes émotions) la production de sueur permet d'humidifier la surface de la peau et des poils, ce qui via l'évaporation, facilite l'abaissement de la température corporelle.

Une autre fonction est l'hydratation de l'épiderme. Elles ont aussi un rôle immunologique.

La sueur sécrétée par les glandes sudoripares eccrine est composée à 99 % d'eau et d'électrolytes, représentés surtout par le chlorure de sodium (qui confère à la sueur une légère saveur salée) et en proportion moindre, les ions potassium, calcium et magnésium.

Le reste constitué de composés organiques. L'acide lactique est le principal composé organique présent dans la sueur. D'autres acides sont également décelables à l'état de traces, comme l'acide acétique, acide propionique, acide butyrique ou encore acide urique (urée).

Le pH de la sueur varie entre 3,8 et 6,5, en relation étroite avec la quantité d'acide lactique excrété, ce qui freine la reproduction de certaines bactéries.

A la différence des glandes apocrines, leur répartition est plus ubiquitaire, leur taille plus petite, leur conduit excréteur débouche directement à l'épiderme et non dans un follicule pileux et leur sécrétion est aqueuse.

Glandes sudoripares « apocrines »[modifier | modifier le code]

Chez l'humain, ces glandes se trouvent sous les aisselles (dans l'organe axillaire), sur la peau autour de l'anus et autour des mamelons. A la différence des glandes eccrines, la répartition des glandes apocrines est donc plus restreinte. Par ailleurs, les glandes apocrines présentent une plus grande taille, leur canal excréteur s'abouchedans un follicule pileux par lequel leur sécrétion est déversée et celle-ci contient des lipides et des phéromones, des composés transformé par le microbiote bactérien cutané, produisant l'odeur de transpiration.

Ainsi, outre les composants de base identiques à ceux de la sueur aqueuse des glandes eccrines, les sécrétions des glandes apocrines contiennent des molécules organiques (lipides et protéines) dont des phéromones. À cause de bactéries du microbiote cutané qui transforment ces molécules, ces sécrétions occasionnent la typique « odeur de transpiration ». Cette odeur est variable selon les individus et dépend du type de microbiote de chacun.

Les glandes sudoripares apocrines ne s'activent qu'à partir de la puberté, sous l'influence du système hormonal et notamment des androgènes. Les glandes apocrines font ainsi partie des caractères sexuels secondaires. Les cellules des glandes apocrines expriment les récepteurs aux androgènes (RA).

Chez les animaux, ces glandes jouent un rôle dans la communication phéromonale : reconnaissance mutuelle, délimitation du territoire et pouvoir d'attraction (sexuelle). Un sujet populaire d'études est de vérifier à quel point ces fonctions - particulièrement la dernière - jouent un rôle chez les humains.

La sécrétion de sueur apocrine débute à la puberté (c'est une sueur non permanente). Son fonctionnement est notamment lié aux étapes de la vie génitale.

A la différence des glandes sudoripares eccrines qui s'abouchent directement à la surface cutanée, les glandes sudoripares apocrines sont toujours annexées à un poil et débouchent dans l'entonnoir folliculaire (infundibulum) en dessus du canal excréteur de la glande sébacée : on parle d'appareil folliculo-sébacé-apocrine.

Un mauvais fonctionnement des glandes sudoripares apocrines chez les humains est à l'origine d'une maladie : l'hidrosadénite ou maladie de Verneuil.

Glandes sudoripares chez les animaux[modifier | modifier le code]

Certains animaux, tels le chien, n'ont que très peu de glandes sudoripares. Par temps chaud, ce n'est que par d'autres techniques qu'ils parviennent à éliminer la chaleur excessive, par exemple en faisant évaporer de la salive sur leur langue (en haletant). Les hippopotames, eux, ont des glandes spéciales, sous-cutanées, dont les sécrétions contiennent deux pigments, acide hipposudorique (rouge) et acide norhipposudorique (orange), absorbant les ultraviolets A et B et présentant également des propriétés antibactériennes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Revuz, Traité EMC : cosmétologie et dermatologie esthétique, Elsevier Masson, , p. 9.
  2. (en) Hanukoglu I, Boggula VR, Vaknine H, Sharma S, Kleyman T, Hanukoglu A, « Expression of epithelial sodium channel (ENaC) and CFTR in the human epidermis and epidermal appendages », Histochemistry and Cell Biology, vol. 147, no 6,‎ , p. 733–748 (PMID 28130590, DOI 10.1007/s00418-016-1535-3)