Glande mammaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les glandes mammaires sont les glandes des mamelles des mammifères femelles. Elles ont la particularité de sécréter le lait servant à l'allaitement de la progéniture.

Les glandes mammaires sont, embryologiquement, des glandes sudoripares[réf. nécessaire] modifiées ayant initialement pour fonction de protéger des infections les œufs de mammifères protothériens[1].

Chez l'être humain[modifier | modifier le code]

Glande mammaire humaine
1 : Cage thoracique
2 : Muscles pectoraux
3 : Lobules
4 : Surface du mamelon
5 : Aréole
6 : Conduit galactophore
7 : Tissu adipeux
8 : Peau.

Chez l'être humain, chaque glande comprend 15 à 20 lobes séparés par du tissu adipeux, dont la quantité détermine le volume des seins. Ces lobes sont reliés au mamelon par les canaux mammaires, puis les canaux lactifères (ou galactophores). Le sein est soutenu dans sa partie supérieure par des bandes de tissu conjonctif appelées ligaments de Cooper (en).

La glande mammaire en lactation se caractérise par :

  • une hypertrophie des glandes exocrines tubulo-alvéolaires ;
  • une disparition du tissu palléal ;
  • l'apparition de produit de sécrétion (lait) dans la lumière des glandes.

Le volume des seins ne conditionne en rien le volume de la lactation.

La physiologie de la lactation est sensible à de nombreuses hormones : prolactine, progestérone, ocytocine, œstrogènes

Le cancer du sein est la principale affection (médecine) de cet organe.

Chez la vache laitière[modifier | modifier le code]

Glande mamaire de vache et ses quatre trayons.

Exemples[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Louis Hartenberger, Nous, les mammifères, Le Pommier, , 240 p. (ISBN 978-2-7465-0663-3)