Germainvilliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Germainvilliers
Germainvilliers
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Chaumont
Canton Poissons
Intercommunalité Communauté de communes Meuse Rognon
Maire
Mandat
Jean-Claude Laumont
2014-2020
Code postal 52150
Code commune 52217
Démographie
Gentilé Germainvillageois, Germainvillageoises
Population
municipale
91 hab. (2016 en diminution de 7,14 % par rapport à 2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 02″ nord, 5° 38′ 45″ est
Superficie 6,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Germainvilliers

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Germainvilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Germainvilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Germainvilliers

Germainvilliers est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Germainvilliers est située à l'extrémité du département de la Haute-Marne, en limite des Vosges, et à proximité de la future zone d'activité de Damblain.

Communes limitrophes de Germainviliers
Champigneulles-en-Bassigny
Germainviliers Blevaincourt
Vosges
Breuvannes-en-Bassigny Damblain
Vosges

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Germainvilliers Blason Parti : au 1er coupé au I d’argent au lion léopardé de gueules, au II d'azur à l'étoile d’argent, au 2e d'or plain.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Jean-Claude Laumont    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2].

En 2016, la commune comptait 91 habitants[Note 1], en diminution de 7,14 % par rapport à 2011 (Haute-Marne : -2,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400406395419444462412399379
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
360332332299283267282290276
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
273241231177159146132134130
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
12412410710710188989997
2016 - - - - - - - -
91--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église fin XVe-début XVIe dédiée à saint Félix. Retable pittoresque, présentant au sommet la Visitation et sur le tabernacle l'épiphanie en bas relief, style Gerdolle, récemment rénové mais non repeint. Ferronneries arc triomphal, appui de communion et grille de fonts baptismaux XVIIIe réalisé par des artistes locaux.
    Statuaire très riche. Sur la première dalle de l'allée centrale on devine encore les traces de l'inscription originale : Ici gist honoré seigneur Jean de Sarrazin, Seigneur de Germainvilliers et Saint-Ouën en partie, lieutenant eu gouvernement de La Mothe, lequel mourut le 31 janvier 1635. Priez Dieu pour son âme. Jean, seigneur de Germainvilliers, fut nommé Gouverneur de La Mothe au Siège de 1634, après la mort de Choisel d'Isches. Mais il était trop tard pour éviter la reddition.

C'est son fils Antoine, capitaine de la compagnie postée au bastion Saint-Nicolas lors de ce premier siège de la forteresse, et lieutenant-colonel près du gouverneur Cliquot lors du second siège, qui rapporta au village la Belle Croix, dite de La Mothe, datée 1626, la sauvant ainsi du massacre. C'est lui aussi qui porta religieusement sur lui, pendant le siège, le « reliquaire de la vraie croix » en or émaillé que l'on peut voir au Musée lorrain à Nancy.

  • Le château est aujourd'hui propriété de M. Vuillemin qui le restaure au mieux de ce que l'on sait de ses origines. On peut toujours y voir le blason de la famille Sarrazin : « D'argent au léopard lionné de gueules, coupé, soutenu d'azur à une étoile d'or ; et pour cimier, un demi lion de gueules, entre un vol d'argent et d'or. »

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean de Sarrazin, seigneur de Germainvilliers, lieutenant au gouvernement de La Mothe.
  • * Félix Ganard (1661-1725), né à Germainvilliers, fondeur de cloches actif en Belgique dans l'Entre-Sambre-et-Meuse.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Marchal Souvenir du Bassigny et J. Ch. Chapelier Les défenseurs de La Mothe. Sylvain Mouginot.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]