Gérard Zlotykamien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gerard Zlotykamien)
Gérard Zlotykamien
Gérard ZLOTYKAMIEN.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Zloty
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Gérard Zlotykamien, surnommé aussi Zloty, est un artiste plasticien français, né en 1940.

Il est avec Daniel Buren, Ernest Pignon-Ernest et Jacques Villeglé, un des initiateurs de l'Art urbain en France[1],[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gérard Zlotykamien commence à peindre en 1955. Sa rencontre avec Yves Klein[4], qui lui apprend le judo et la rigueur de l'acte créatif, est déterminante dans sa carrière[5]. Ses premières interventions dans la rue datent de 1963[6]. Il peint, à la poire de lavement puis à la bombe aérosol[7], des silhouettes fantomatiques dans l'immense chantier dit du « trou des Halles » à Paris[5]. Ses dessins, qu'il appelle « éphémères » évoquent les ombres humaines qui se sont imprimées sur les murs après l'explosion d'Hiroshima. Cadre aux Galeries Lafayette le jour, peintre la nuit, en marge du milieu de l'art, Zlotykamien peint ses éphémères dans de nombreuses villes du monde : Leipzig (Allemagne), Le Cap (Afrique du Sud)...

En 1980, il est poursuivi par la ville d'Ulm en Allemagne pour avoir peint plus de 70 « éphémères » sur les murs de la ville. Il sera relaxé. Par contre en 1984, il se voit infliger une amende de six cents francs avec sursis pour avoir peint sur les murs de la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques[8].

En 2009, Gérard Zlotykamien participe à la rétrospective Né dans la Rue à la Fondation Cartier[9],[10], et en 2019 à l'exposition Conquête urbaine au Musée des Beaux-Arts de Calais[11].

Il est fait chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres en 2015[12].

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

1963 : « Abattoir » Biennale de Paris, Musée d’Art Moderne (Paris). Avec Gilles Aillaud, Edouardo Arroyo, Mark Biass, Mark Bruss, Jorge Camacho et Pierre Pinoncelli[13].

1977 : « Effacements », Galerie Charley Chevalier (Paris)[13].

1981 : « Midi et Demi, 500 dessins en 24 heures », Festival d’Avignon (Avignon)[13].

2017 : « Éphémères », Galerie Mathgoth (Paris)[14].

2019 : « Éphémères », Galerie Mathgoth (Paris)[5].

2022 : « Éphémères », Galerie Mathgoth (Paris)[15].

Interventions in situ[modifier | modifier le code]

2012 : « Papeterie Lana » (Docelles)[16].

2013 : « Art aux Bains Douches » (Paris)[17].

2019 : “Éphémère”, fresque monumentale au 44 rue du Dessous-des-Berges (Paris 13)[18]

2021 : “Éphémère”, fresque monumentale (Argenteuil)[19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rencontre avec Zloty, le premier street artiste au monde - Autour de Paris-Le nouveau guide du Grand Paris », sur Autour de Paris (consulté le )
  2. Gabrielle Gauthier, « UrbanArts », magazine,‎ (lire en ligne)
  3. Stéphanie Lemoine et Julien Terral, In situ : Un panorama de l'art urbain de 1975 à nos jours, Éditions Alternatives, 2005. (ISBN 978-2-86227-465-2) p. 10.
  4. Denys Riout, Dominique Gurdjian, Jean-Pierre Leroux, Le Livre du graffiti, Éditions Alternatives, 1985, p. 130
  5. a b et c Sophie Pujas, « Gérard Zlotykamien, pionnier du street art », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Stéphanie Lemoine et Julien Terral, In situ : Un panorama de l'art urbain de 1975 à nos jours, Éditions Alternatives, 2005, p. 157
  7. Stéphanie Lemoine, « Gérard Zlotykamien - L'ŒIL - n° 727 », sur Le Journal des Arts (consulté le )
  8. Création et prison, Editions de l'Atelier, (ISBN 978-2-7082-3118-4, lire en ligne)
  9. Stéphanie Gillard, « Né dans la rue - Graffiti », Sciences humaines, no 208,‎ (lire en ligne)
  10. « Exposition. Né dans la rue - Graffiti. Du 7 juillet 2009 au 10 janvier 2010 », sur fondationcartier.com,
  11. « Calais : une exposition sur l’ascension du street art », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  12. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres juillet 2015 », sur le site du ministère de la Culture
  13. a b et c Antoine Lavastre, « "Le père du street-art", Gérard Zlotykamien à la galerie Mathgoth », sur Coupe-File Art, (consulté le ).
  14. Elodie Soulié, « Zloty, 77 ans : le pionnier du street art français expose à Paris », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. Olivier Granoux, « Le Graffeur en costume velours », Télérama sortir,‎ , p. 6-7
  16. « Dîners insolites. Renaissance à coups de bombe », sur www.vosgesmatin.fr (consulté le )
  17. Design à Paris, « Les Bains Douches, une résidence artistique éphémère | Parcours Design® à Paris » (consulté le )
  18. Elodie Soulié, « Paris : à bientôt 80 ans, le street artiste Zloty fait le mur », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Argenteuil : pour ses 81 ans, le street artiste Zloty s’offre une fresque », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denys Riout, Dominique Gurdjian, Jean-Pierre Leroux, Le Livre du graffiti, Éditions Alternatives, 1985. (ISBN 2-86738-509-1)
  • Michel Ellenberger, Zlotykamien : un artiste secret sur la place publique, Éditions L'Escampette, 2002. (ISBN 2-91438-721-0)
  • Stéphanie Lemoine et Julien Terral, In situ : Un panorama de l'art urbain de 1975 à nos jours, Éditions Alternatives, 2005. (ISBN 978-2-86227-465-2)
  • Stéphanie Lemoine, Éphémères, catalogue d'exposition, Editions galerie Mathgoth, 2012.
  • Stéphanie Lemoine, Éphémères (lithographies), catalogue d'exposition, Editions galerie Mathgoth, 2014.
  • Moreje, Gérard Zlotykamien. Le peuple des éphémères, Critères éditions, 2015. (ISBN 978-2-37026-021-5)
  • Stéphanie Lemoine, Éphémères, catalogue d'exposition, Editions galerie Mathgoth, 2017.
  • Gautier Bischoff et Karim Boukercha, Sur nos murs, 40 ans de graffiti avec Agnès b., Paris, éditions Textuel, 2021. (ISBN 978-2-84597-872-0)
  • Denys Riout et Terhi Génévrier-Tausti, Yves Klein Japon, Paris, éditions Dilecta, 2020.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Pierre-Alain Saguez, Zloty, Productions de La Lanterne. 38 Minutes - DV Cam - Couleur.

Liens externes[modifier | modifier le code]