Georges Bareau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Bareau
Georges Bareau Vision du poete Ranelagh.jpg

La Vision du Poète (1902), Paris, jardin du Ranelagh.

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
NantesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Distinction
Œuvres réputées

Georges Marie Valentin Bareau, dit Georges Bareau, né le à Paimbœuf, mort le à Nantes, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Georges Bareau est charpentier à Paimbœuf.

Il entre à l'École des beaux-arts de Paris où est l'élève de Charles Gauthier et de Gabriel-Jules Thomas, il expose au Salon à partir de 1889.

En 1893, il obtient une troisième médaille au Salon de la Société des artistes français puis, l’année suivante une médaille de vermeil à l’Exposition universelle de Lyon. On lui octroie le prix du Salon en 1895, il est classé hors-concours à l’issue de l’Exposition universelle de Bruxelles de 1897. Une médaille d’or à l’Exposition universelle de 1900 à Paris couronne sa carrière.

Il est promu au grade d’officier de la Légion d'honneur en décembre 1906.

Georges Bareau meurt à Nantes le 4 janvier 1931 en léguant l'ensemble de ses œuvres à la ville de Saint-Nazaire. Il est inhumé au cimetière Miséricorde de Nantes[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Détail du Monument à Jacques Cartier (1905), Saint-Malo.

Statuettes décoratives[modifier | modifier le code]

La majorité d’entre elles ont été réalisées par l’atelier de fonderie de Ferdinand Barbedienne.

  • David devant Saül, Salon de 1893
  • Le Vainqueur, 1894
  • L’Appel des armes
  • La Poésie
  • Diane chevauchant un aigle
  • Allégorie de l’Histoire
  • Vox Pacis
  • Le Fauconnier
  • La Fortune
  • Allégorie aux lettres
  • Figure d’un laboureur
  • Le Forgeron

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cité dans l'Article de Presse-Océan.fr Miséricorde : illustres oubliés, du 15 septembre 2010, repris sur le site Landru cimetières
  2. flickr.com
  3. « Monument aux morts de 1870, ou Monument aux enfants de Loire-Inférieure, ou Monument aux combattants, dit aussi “Pour le drapeau” – Nantes », notice sur e-monumen.net
  4. hervedavid.fr
  5. Jean Briconnet (né à Tours vers 1420, décédé à Tours en 1493), receveur général des finances, 1er maire de Tours en 1462.
  6. Dédicace, Plaque sur le socle : Offert à M. Charles Boulanger, Maire de Péronne par le Conseil Municipal, les administrateurs de l’hospice, les directeurs de la Caisse d’Epargne à l’occasion de sa promotion au grade d’officier de la Légion d'honneur.
  7. « Monument à Jacques Cartier – Saint-Malo », notice sur e-monumen.net
  8. « Monument à José Frappa – Saint-Étienne », notice sur e-monumen.net
  9. « "Némo et Jules Verne enfant", une statue sur la butte Sainte-Anne », Nantes
  10. « Jules Verne à Nantes », Le blog de Véronique D
  11. « Monument à Jules Verne – Jardin des Plantes – Nantes (fondu et remplacé par de la pierre) », notice sur e-monumen.net
  12. Député de 1871 à 1898, puis sénateur de 1899 à 1900, président du conseil général du département de la Loire Inférieure en 1870.