Fastes capitolins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fastes (homonymie).

Les Fastes capitolins (Fasti capitolini consolari e trionfali) sont des documents épigraphiques trouvés en 1546-1547 dans les ruines du forum romanum à côté du temple des Dioscures. Ils sont conservés depuis 1586 au palais des Conservateurs de Rome[1].

Ils se composent de trois listes chronologiques :

  • Les Fastes consulaires capitolins (en latin : Fasti consulari capitolini, abrégé en : Fasti cos. capitolini) ;
  • Les Fastes triomphaux capitolins (en latin : Acta triumphorum capitolina, abrégé en : Acta triumph. capitolina)
  • La liste des Jeux séculaires.

Ils contiennent la liste des magistrats suprêmes de Rome, à savoir les consuls et les censeurs, les decemviri, les tribuns militaires à pouvoir consulaire et les dictateurs de 483 av. J.-C. à 19 av. J.-C. et la liste des triomphes du début de la République romaine à 19 av. J.-C, sous le règne d’Auguste[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Thierry Piel et Bernard Minéo, Et Rome devint une République, LEMME edit, 2011 (ISBN 978-2-917575-26-0), p. XIII

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Ettore Pais, Fasti triumphales populi Romani, Rome, 1920.
  • (it) Attilio Degrassi, « Fasti consulares et triumphales », Inscr. It., XIII, 1.
  • (it) Attilio Degrassi, I Fasti consolari dell'impero romano dal 30 av. C. al 613 d. C., Rome, 1952.
  • (it) Attilio Degrassi, « Fasti Anni Numani et Iuliani », Inscr. It., XIII, 2.
  • (en) Elisabeth Nedergaard, « Restructuring the Fasti Capitolini », Analecta Romana Instituti Danici (An.Rom.), Roma, 30, 2004, pp. 83-99.
  • (en) Elisabeth Nedergaard, « Facts and Fiction about the Fasti Capitolini », Analecta Romana Instituti Danici (An.Rom.), Roma, 27, 2001, pp. 107-127.
  • (it) Elisabeth Nedergaard, « La collocazione originaria dei Fasti Capitolini e gli archi di Augusto nel Foro Romano », BCAR (Bullettino della Commissione archeologica comunale di Roma), Roma, 96, 1994-1995, pp. 33-70.
  • (en) Patrick Tansey, « A New Reading in the fasti augurum », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik (ZPE), Bonn, 144, 2003, pp. 245-253.
  • (it) Massimo Gusso, « Appunti sulla notazione dei Fasti Capitolini interregni caus(sa) per la (pro-)dittatura di Q. Fabio Maximo nel 217 a.C. », Historia (Historia. Zeitschrift für Alte Geschichte), Stuttgart, 39, 1990, pp. 291-333.
  • (en) William McCuaig, « The Fasti Capitolini and the study of Roman Chronology in the sixteenth century », Athenaeum (Athenaeum. Studi periodici di letteratura e storia dell'antichità), Pavia, 79, 1991, pp. 141-159.
  • (en) Christopher J. Simpson, « The Original Site of the Fasti Capitolini », Historia (Historia. Zeitschrift für Alte Geschichte), Stuttgart, 42, 1993, pp. 61-81.
  • (en) John Bodel, « Chronology and Succession 1 : Fasti Capitolini Fr. XXXIId, the Sicilian Fasti, and the Suffect Consuls of 36 BC », ZPE (Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik), Bonn, 96, 1993, pp. 259-266.
  • (en) John Bodel, « Chronology and Succession 2 : Notes on Some Consular Lists on Stone », ZPE (Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik), Bonn, 105, 1995, pp. 279-296.
  • (de) Jörg Rüpke, « Fasti : Quellen oder Produkte römischer Geschichtsschreibung ? », Klio (Klio. Beiträge zur alten Geschichte), Berlin, 77, 1995, pp. 184-202.

Lien externe[modifier | modifier le code]