Gaston Julia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Julia.
Gaston Julia
Description de cette image, également commentée ci-après

Gustav Herglotz et Gaston Julia (à droite)

Naissance
Sidi-bel-Abbès (Algérie)
Décès (à 85 ans)
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France Français
Champs Mathématiques
Institutions École polytechnique, Faculté des sciences de l'université de Paris
Diplôme Faculté des sciences de l'université de Paris (École normale supérieure)
Renommé pour Ensemble de Julia
Distinctions Académie des sciences (1934)

Gaston Maurice Julia, né le à Sidi-bel-Abbès (Algérie) et mort le à Paris, est un mathématicien français, spécialiste des fonctions d'une variable complexe. Ses résultats de 1917-1918 sur l'itération des fractions rationnelles (obtenus simultanément par Pierre Fatou) ont été remis en lumière dans les années 1970 par un mathématicien français d'origine polonaise, Benoît Mandelbrot. Les ensembles de Julia et de Mandelbrot sont étroitement associés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père est forgeron, et sa famille paternelle d’origine pyrénéenne est installée en Algérie depuis deux générations, tandis que sa mère est d'ascendance espagnole.

Brillant élève, il est repéré par un inspecteur de l'Instruction publique qui, après son baccalauréat en 1910, lui fait obtenir une bourse pour le lycée Janson-de-Sailly à Paris. Au terme d'une année de classe de mathématiques spéciales, il est reçu premier aux concours d'entrée à l'École polytechnique et à l'École normale supérieure et choisit cette dernière. Il fait donc durant trois ans des études supérieures scientifiques à la faculté des sciences de l'université de Paris, où il obtient les licences ès sciences mathématiques et physiques, et à l'École normale supérieure, où il prépare le concours de l’agrégation de mathématiques dont il est lauréat en 1914.

Lorsque commence la Première Guerre mondiale, il est mobilisé et doit rejoindre le le 57e de ligne à Libourne puis, après cinq mois de formation, est envoyé comme sous-lieutenant d'infanterie sur le Chemin des Dames. Il est grièvement blessé au visage en  : il doit subir plusieurs opérations et ensuite porter en permanence un masque de cuir. Il épouse une de ses infirmières, Marianne Chausson (fille du compositeur Ernest Chausson), avec qui il a ensuite six enfants ; elle meurt en 1971.

Pendant la guerre et après sa blessure, il présente son premier mémoire à l'Académie des sciences et obtient le doctorat ès sciences mathématiques devant la faculté des sciences de l'université de Paris en 1917. Il décide de concourir pour le grand prix des sciences mathématiques de l'Académie des sciences de 1918, sur l'itération des fractions rationnelles. Pierre Fatou, qui avait obtenu des résultats importants dans cette théorie, renonce à concourir et Julia est lauréat du prix. Il est chargé du cours Peccot au Collège de France en 1918 et 1920.

Gaston Julia mène ensuite une double carrière d'enseignant. Il devient répétiteur à l'École polytechnique pour le cours d'analyse de Jacques Hadamard le , poste qu'il occupe dix-sept ans. Il y est ensuite nommé en 1937, à l'âge de 44 ans, professeur de géométrie, puis d'algèbre et géométrie, poste qu'il occupe jusqu'à sa retraite en 1964. Parallèlement à son enseignement à l'École polytechnique, il est nommé maître de conférences de l'École pratique des hautes études à l'École normale supérieure en , chargé de conférences de mécanique analytique à la faculté des sciences de l'université de Paris le (fondation de l'université, suppléance de Paul Painlevé), puis maître de conférences de mathématiques générales (certificat préparatoire) le , professeur sans chaire le , puis professeur titulaire le , à l'âge de 32 ans. En , il succède à Édouard Goursat à la chaire de calcul différentiel et intégral, puis succède en à Jules Drach à la chaire d'applications de l'analyse à la géométrie, poste qu'il occupe durant deux ans avant de succéder en à Ernest Vessiot comme titulaire de la chaire de mécanique analytique et mécanique céleste. Il occupe cette chaire jusqu'en 1941, date à laquelle il est transféré, en remplacement de Jules Drach, dans la chaire d'analyse supérieure et algèbre supérieure qu'il occupe jusqu'à sa retraite en 1964.

Il est également directeur de recherches de la Caisse nationale des sciences, puis membre du comité national du Centre national de la recherche scientifique ainsi que directeur d'études de l'École pratique des hautes études (section des sciences mathématiques) à l'Institut Poincaré. Il y organise de 1933 à 1939, toutes les deux semaines, un séminaire de mathématiques qui prend le nom de « séminaire Julia » en 1938 et dont les membres du groupe Bourbaki sont les participants réguliers.

Il est également membre du jury d'admission à l'École navale de 1920 à 1932.

Il est élu membre de l'Académie des sciences en 1934.

En dépit de sa renommée, ses travaux tombent dans l'oubli[réf. souhaitée] jusqu'à ce que Benoît Mandelbrot les mentionne dans les siens, dans les années 1970. Cela leur rend une certaine notoriété, puisque le moteur de recherche Google le mentionne sur sa page d'accueil comme initiateur d'une branche des mathématiques dont l'un des fruits est le PageRank[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur à titre militaire le , officier à titre militaire en 1925, commandeur à titre militaire en 1932, grand officier en 1950.

Il est commandeur de l'ordre des Palmes académiques en 1959.

Ensembles de Julia[modifier | modifier le code]

Ensemble de Julia (C = [0.285, 0.01]).
Article détaillé : Ensemble de Julia.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le séminaire de mathématiques (1933-1939), dit "Séminaire Julia", sur le site du cedram.