Agrégation de mathématiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En France, l'agrégation de mathématiques est un concours national de recrutement de professeurs de mathématiques destinés à enseigner dans des lycées ou dans l'enseignement supérieur (CPGE / IUT / Universités / ENS), et en principe exceptionnellement dans les collèges. Le concours est ouvert aux personnes titulaires d'un master, d'un diplôme d'ingénieur, ainsi qu'aux professeurs certifiés. L'agrégation de mathématiques est la seule agrégation sur le thème des mathématiques.

Inscription au concours[modifier | modifier le code]

L'inscription au concours interne et externe s'effectue en ligne. Un document justifiant du niveau d'études requis pour avoir le droit de passer le concours (diplôme de master) doit être ensuite envoyé par la poste au service du concours, ainsi que pour les candidats que cela concerne une attestation de participation à la journée défense et citoyenneté (anciennement JAPD). Sans cela, la candidature est refusée.

Déroulement des épreuves[modifier | modifier le code]

Le concours débute par une épreuve d'admissibilité, constituée de deux compositions écrites de 6 heures chacune, une de mathématiques générales et une d'analyse et probabilités, chacune portant sur un unique problème.

À l'issue des épreuves écrites, une barre d'admissibilité (sur 40) est fixée et seuls les candidats ayant obtenu (grâce à leurs deux notes sur 20) un total de points supérieur à la barre d'admissibilité sont déclarés admissibles et sont convoqués aux épreuves orales. Le concours se poursuit par trois épreuves orales. Depuis le concours 2006, quatre options sont offertes aux candidats, dont une option informatique, qui se distingue des trois autres.

À l'issue de toutes les épreuves, les candidats sont déclarés admis par ordre de mérite dans les limites des places offertes. Toutes les épreuves comptent, les cinq notes (deux écrits, trois oraux) sont sommées pour donner un total sur 100.

Options mathématiques[modifier | modifier le code]

  • Les deux premières épreuves, analyse et algèbre, durent une heure avec une préparation de trois heures. L'objectif est de présenter une leçon choisie parmi un couplage tiré au hasard de deux intitulés. Il y a 42 leçons différentes en analyse et autant en algèbre, mais tous les couplages possibles ne sont pas proposés au tirage. Le candidat dispose d'une bibliothèque et peut utiliser ses propres références, si elles sont vierges de toute note manuscrite.
  • La troisième épreuve est l'épreuve de modélisation. Cette épreuve dure aussi une heure, mais avec une préparation de quatre heures. Elle consiste en l'étude critique d'un court texte, décrivant un problème de modélisation. Le candidat doit illustrer ses propos par l'utilisation d'un logiciel de calcul formel ou numérique. Les trois options de mathématiques sont intitulées « Probabilités et statistiques », « Calcul scientifique », et « Algèbre et calcul formel ».

Option informatique[modifier | modifier le code]

  • Pour l'option informatique, les deux épreuves de leçon portent respectivement l'une sur l'ensemble du programme des épreuves orales d'algèbre et d'analyse des épreuves des candidats ayant choisi une option mathématique, et l'autre sur le programme d'informatique spécifique à cette option, qui correspond à une formation de 250 heures au-delà du niveau de premier cycle universitaire. Le tirage de la leçon à présenter suit le même principe de couplage que l'option mathématique, à ceci près que l'épreuve de mathématiques regroupe l'algèbre et l'analyse (jusqu'à la session 2008, les couplages laissaient le choix entre algèbre ou analyse, mais depuis la session 2009 les candidats peuvent éventuellement se voir proposer deux leçons d'algèbre ou deux leçons d'analyse). La liste des leçons possibles d'informatique comporte 27 intitulés ; seules 21 leçons d'algèbre et 20 d'analyse sont conservées de la liste des leçons des options mathématiques, en couvrant toujours la totalité du programme.
  • La troisième épreuve est une épreuve de texte intitulée « Analyse de système informatique ». Cette analyse doit être illustrée par l'utilisation d'un langage de programmation (ces dernières années, Java, C ou ocaml, et désormais Python depuis 2014).

Évaluation et publication des résultats[modifier | modifier le code]

Le jury est composé de professeurs des universités, d'inspecteurs, de maîtres de conférence, de chercheurs et de professeurs de classe préparatoire scientifique.

La publication des résultats est en ligne.

Évolution historique du concours[modifier | modifier le code]

Il est à noter qu'une des quatre options dites de mathématiques appliquées dénommée « Mécanique analytique » a été supprimée et transférée à l'agrégation de Mécanique lors d'une réforme du concours en 1997.

Nombre de places ouvertes au concours externe[modifier | modifier le code]

Dans le tableau ci-dessous sont distingués, parmi les candidats présents pour passer les épreuves, les élèves d'École normale supérieure (qui ont un taux de réussite proche de 100 %) des étudiants.

Année Présents Étudiants présents ENS présents Nombre de places
1983 819 130
1984 128
1985 180
1986 188
1987 230
1988 295
1989 350
1990 390
1991 480
1992 484
1993 1520 659 79 484 (391 admis)
1994 1925 959 74 484 (420 admis)
1995 2247 484 (414 admis)
1996 2138 1078 86 484 (390 admis)
1997 2391 1290 104 427 (383 admis)
1998 400
1999 368
2000 1900 300
2001 1828 857 105 310
2002 1584 753 95 320
2003 1463 657 93 360 (355 admis)[1]
2004 1473 735 76 321
2005 1644 795 105 388
2006 1853 800 129 290
2007 1722 800 106 290
2008 1579 659 119 252
2009 1384 585 116 252
2010 1177 474 106 263
2011 1124 445 62 288
2012 1163 379 82 308
2013 1393 420 81 391 (323 admis)
2014 1546 371 72 395 (275 admis)[2]
2015 329 89 457 (274 admis)
2016 467 (304 admis)

Quelques agrégés célèbres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]