Frontière entre les États-Unis et le Mexique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les États-Unis image illustrant le Mexique
Cet article est une ébauche concernant les États-Unis et le Mexique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Frontière entre les États-Unis et le Mexique
Image illustrative de l'article Frontière entre les États-Unis et le Mexique
Caractéristiques
Délimite Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Mexique Mexique
Longueur totale 3 141 km
Particularités
Historique
Création 1821
Tracé actuel 1853

La frontière entre les États-Unis et le Mexique mesure environ 3 200 kilomètres, et va de l'océan Atlantique à l'océan Pacifique. Surnommée la tortilla border, elle traverse essentiellement des régions arides et relativement peu peuplées. Les fleuves Rio Grande et Rio Bravo del Norte marquent une partie de son parcours. L'écart de développement économique entre les deux pays ainsi que l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) ont contribué à établir une forte interdépendance entre les deux côtés de la frontière avec l'apparition côté mexicain de maquiladoras (usines manufacturières tournées vers l'exportation) qui a favorisé le développement de nombreuses villes-jumelles. Avec 181 millions de personnes l'ayant franchie (2015), elle est la frontière la plus empruntée du monde[1]. Cependant, elle fait aussi l'objet d'une surveillance importante de la part des États-Unis, via la United States Border Patrol, qui cherchent à limiter l'afflux d'immigrants. Sur une partie de sa longueur, elle est ainsi fermée par un mur.

Tracé actuel[modifier | modifier le code]

La frontière part de San Diego (Californie) et Tijuana (Basse-Californie) à l'ouest, puis par une succession de droites rectilignes et d'orientations diverses, elle traverse une grande variété de terrains, allant des zones urbanisées aux déserts inhospitaliers, jusqu'à El Paso (Texas) et Ciudad Juárez (Chihuahua) où elle rejoint le río Grande. Là, le fleuve sert de frontière naturelle entre les deux États jusqu'à son embouchure sur le Golfe du Mexique entre Brownsville (Texas) et Matamoros (Tamaulipas), à l'est.

Comtés américains frontaliers avec le Mexique[modifier | modifier le code]

Comté de Brewster, Texas

Comté de Cameron, Texas

Comté de Coochise, Arizona

Comté de Dona Ana, Nouveau-Mexique

Comté d'El Paso, Texas

Comté d'Hidalgo, Nouveau-Mexique

Comté d'Hidalgo, Texas

Comté d'Husdpeth, Texas

Comté d'Imperial, Californie

Comté de Jeff Davis, Texas

Comté de Kinney, Texas

Comté de Luna, Nouveau-Mexique

Comté de Maverick, Texas

Comté de Pima, Arizona

Comté de Presidio, Texas

Comté de San Diego, Californie

Comté de Santa Cruz, Arizona

Comté de Starr, Texas

Comté de Terrell, Texas

Comté de Val Verde, Texas

Comté de Webb, Texas

Comté de Yuma, Arizona

Comté de Zapata, Texas

Postes-frontières[modifier | modifier le code]

La frontière est parsemée 48 postes-frontières. En 2015, 181 millions de personnes, 5,7 millions de trains et de véhicules y ont transité, transportant 4,5 millions de conteneurs marchands[1], principalement aux postes-frontières d'El Paso et Laredo (Texas) et de San Ysidro (Californie)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Texas, rattaché aux États-Unis en 1845.
En rouge, les territoires gagnés par les États-Unis en 1848 après la guerre américano-mexicaine et jaune le territoire acheté en 1853 (achat Gasden)

Lors de l'indépendance du Mexique en 1821 par le traité de Córdoba, le territoire national allait beaucoup plus loin vers le Nord, et englobait une vaste partie du Sud-Ouest des États-Unis actuels, du Texas à la Californie dont la frontière avait été fixée avec les Américains par le traité d'Adams-Onís en 1819.

En 1836, la nouvelle République du Texas, peuplée majoritairement d'immigrés américains, prend unilatéralement son indépendance par rapport au Mexique par la bataille de San Jacinto et demande son rattachement aux États-Unis. Ceux-ci refusent d'abord, par peur des réactions mexicaines et le Texas reste pour un temps un État souverain. Cependant, en 1845, à la suite de changements politiques les États-Unis décident d'annexer le Texas. La guerre américano-mexicaine éclate alors, et s'achève par une victoire de Washington. En conséquence, le Mexique doit vendre aux Américains un vaste territoire (la « Cession mexicaine »), correspondant à la Californie, au Nevada, à l’Utah, une partie du Wyoming, le Colorado et le Nouveau-Mexique actuel soit approximativement à l'actuel Sud-Ouest des États-Unis, soit près d'1,4 million de kilomètres carrés (traité de Guadeloupe Hidalgo). En 1853, l'achat Gadsden permet aux États-Unis d'acheter au Mexique 76 800 km2 située au sud de l’Arizona pour y construire une voie ferrée.

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, les premiers mouvements migratoires surviennent, notamment saisonniers, et permettent aux paysans mexicains d'aller travailler dans les grandes exploitations terriennes de la Californie. À partir de 1920, certaines industries font appel aux Mexicains pour répondre aux besoins croissants de l'économie américaine. Les migrants sont concentrés dans les grands centres de production du nord comme à Chicago, où beaucoup de Mexicains sont restés sur place. En 1964, survient la suppression du programme Bracero qui permettait aux Mexicains de travailler de façon temporaire aux États-Unis. C'est à partir de là que le nombre de migrants en situation irrégulière commence à augmenter et que surgit la question de l'« immigration clandestine » et des moyens pour l'endiguer.

Un fort différentiel économique existe entre les deux pays, séparés par un mur. Ici Nogales (à gauche, les États-Unis ; à droite, le Mexique).
Mexicains passant le Río Grande face au Big Bend National Park

En 1986, est promulgué l'IRCA (Immigration Reform and Control Act (en)) sous la présidence de Ronald Reagan. Cette loi votée pour contrôler et endiguer l'immigration illégale prévoit des sanctions à l'encontre de tout employeur d'immigrés en situation irrégulière. Elle accorde une amnistie ou la possibilité de se faire naturaliser pour tout sans-papier pouvant prouver qu'il vit aux États-Unis de façon ininterrompue depuis le . Elle régularise aussi la situation des sans-papiers ayant travaillé sur sol américain de mai 1985 à mai 1986. Cela aura pour effet de rendre légale la situation de 2,4 millions de travailleurs. Mais, cette réforme ne connaîtra pas un grand succès. Les employeurs hors la loi ne seront pas poursuivis avec un grand acharnement et les illégaux ne pourront pas, pour la majorité d'entre eux, prouver depuis combien de temps ils vivent aux États-Unis.

En 1994, l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) qui définit un ensemble économique entre le Mexique, les États-Unis et le Canada entre en vigueur.

La lutte contre l'immigration illégale - le nombre d'illégaux estimé passant de 3,5 millions en 1990 à 12 millions en 2010 - et la lutte contre les narcotrafiquants au Mexique a fait beaucoup augmenter les moyens de surveillance à cette frontière depuis les années 1990. Le nombre de patrouilleurs passant de 3 555 pour un coût de 326,2 millions de dollars en 1992 à 17 415 patrouilleurs pour un coût de 2,7 milliards de dollars en 2009[réf. souhaitée].

Construction du mur entre le Mexique et les États-Unis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Barrière États-Unis-Mexique.

Le , le président George W. Bush promulgue la loi du Secure Fence Act destinée à renforcer la surveillance de la frontière avec le Mexique et à lutter contre l'immigration clandestine. Totalisant 1 200 kilomètres, soit un tiers de la frontière[4], une barrière États-Unis-Mexique de 4,50 mètres devait être construite. Il devrait être éclairé par des miradors et balayé de caméras high-tech afin de prévenir les migrations clandestines des Latinos vers les États-Unis. À l'époque, il aurait dû être achevé avant la fin 2008 et traverser notamment le désert de Chihuahua et le désert de Sonora.

Selon certains sondages, les Américains étaient hostiles à ce projet à 53 %[5].

Le , la Garde nationale de Californie a déployé un premier contingent destiné à renforcer les United States Border Patrol (gardes-frontières)[6].

Le , le président Donald Trump signe un décret présidentiel visant à démarrer le projet de construction d'un mur sur toute la longueur de la frontière, qui était une des ses promesses de campagne. Après avoir promis que le Mexique allait payer pour, il a décidé de le financer sur des fonds américains, mais a indiqué que le Mexique allait rembourser le coût du projet, malgré l'opposition du président mexicain Enrique Peña Nieto[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Frédéric Saliba, « Mexique:Chevaucher la "Bête" jusqu'à la frontière », Le Monde, no 22403,‎ dimanche 22 - lundi 23 janvier 2017, p. 14 et 15
  2. San Ysidro, dernière frontière avant l'eldorado - L'Express, 1er janvier 2006
  3. (en) Technology May Speed Crossings At U.S.-Mexico Border
  4. « George W. Bush signe la loi autorisant la construction d'un mur à la frontière mexicaine », dans Le Monde du 26/10/2006, [lire en ligne]
  5. Sondage réalisé en octobre 2006 auprès de 1 013 personnes par Opinion Research Corp. et rendu public sur CNN ; cité dans « George W. Bush signe la loi autorisant la construction d'un mur à la frontière mexicaine », dans Le Monde du 26/10/2006, [lire en ligne]
  6. (fr) Californie: la Garde nationale déployée à la frontière mexicaine, RTL,
  7. « Etats-Unis : Donald Trump signe un décret pour lancer le projet de mur à la frontière avec le Mexique », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Muñoz, Géopolitique de la frontière : États-Unis - Mexique, Collection : Horizons Amériques Latines, L'Harmattan, 30 juin 2009, 134 pages. (ISBN 978-2296094437)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]