Cession mexicaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Propositions pour fixer la frontière américano-mexicaine entre 1845 et 1848.

La cession mexicaine ou les territoires perdus par le Mexique sont les territoires que le Mexique a été contraint de céder aux États-Unis pour mettre fin à l'occupation militaire du pays entre 1846 et 1848, à la suite de la guerre américano-mexicaine. Ce transfert a été officialisé par le traité de Guadalupe Hidalgo, signé dans la ville du même nom le . La cession de ces terres était une condition de la fin de la guerre, lorsque les troupes des États-Unis ont occupé Mexico. Les États-Unis ont versé une indemnité de 15 000 000 $, soit la moitié de ce qu'ils avaient offert avec l'intention de l'acheter avant la guerre. Les terres transférées par le Mexique représentent 14,49 % de la superficie totale du territoire des États-Unis actuels et 119 % du territoire actuel du Mexique.

À partir de 1810 (ou à partir de 1821, lorsque l'indépendance du Mexique était assurée) et en 1848, la région avait formé environ 55 % du pays du Mexique ; avant cela, cela faisait partie de la colonie espagnole de la Nouvelle-Espagne depuis environ trois siècles.

À partir du début du XVIIe siècle, une chaîne de missions et de colonies espagnoles s'est répandue dans la région du Nouveau-Mexique, principalement en suivant le cours du Rio Grande de la région d'El Paso à Santa Fe , qui était une capitale coloniale sous domination espagnole, et qui est maintenant la capitale du Nouveau-Mexique. La colonie espagnole et l'œuvre missionnaire ont suivi le cours du fleuve Colorado au nord de son embouchure le long de la frontière actuelle entre la Californie et l'Arizona. À la fin du XVIIIe siècle, l'Espagne avait également construit un système de forts et de missions dans toute l'Alta California (aujourd'hui la moitié sud de l'État américain de Californie), de San Diego à San Francisco.

La région comprend tous les États actuels de la Californie, du Nevada et de l'Utah, ainsi que des parties :

  • de l'Arizona, excluant la région annexée plus tard à la Venta de La Mesilla ;
  • du Colorado, à l'ouest de la frontière de l'ancienne République du Texas ;
  • du Nouveau-Mexique, à l'ouest du Rio Grande et à l'exclusion de Venta de La Mesilla ;
  • du Wyoming, à l'ouest de la frontière de l'ancienne République du Texas et au sud du 42e parallèle ;
  • de l'Oklahoma et du Kansas, la partie qui borde le nord de l'ancienne République du Texas.

Le traité a également spécifié le Rio Grande (Rio Bravo del Norte) comme frontière mexicaine au Texas. Auparavant, une partie du Texas entre les fleuves Nueces et Rio Grande avait été contestée dans toute la République du Texas. Les États-Unis avaient déjà revendiqué la zone dans le cadre de l'annexion du Texas en 1845.

Le pays de la cession mexicaine était une possession non organisée des États-Unis jusqu'à ce que le Congrès crée, le , les trois entités suivantes :

  • avec la partie nord-est, le territoire de l'Utah a été créé, avec l'ajout de quelques terres d'annexion du Texas : cela comprenait l'État actuel de l'Utah, la plupart du Nevada, une partie du Colorado et une partie du Wyoming :
  • avec la partie sud-est, le territoire du Nouveau-Mexique a été créé, avec l'ajout de certaines terres de l'annexion du Texas ; ce Nouveau-Mexique moderne inclut l'Arizona et une partie du Nevada et sera plus tard étendu au sud par l'achat de Gadsden de 1853 ;
  • avec la partie ouest, l'État de Californie a été créé.

Articles connexes[modifier | modifier le code]