Festival du bout du monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir bout du monde.
Festival du bout du monde
Image illustrative de l'article Festival du bout du monde
Cali sur la scène Landaoudec en 2013.

Genre Musiques du monde / World music, pop, reggae, ska
Lieu Crozon, prairie de Landaoudec
Coordonnées 48° 14′ 47″ nord, 4° 29′ 22″ ouest
Période août
Scènes Scène Landaoudec, Scène François Kermarrec et le Cabaret de Seb'
Capacité environ 60 000, 20 000 par jour
Date de création 2000
Fondateurs Jacques Guérin, Sébastien Panou, Marc Ribette
Organisateurs Quai Ouest Musiques
Direction Jacques Guérin
Site web site officiel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Festival du bout du monde

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Festival du bout du monde

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Festival du bout du monde

Le Festival du bout du monde (surnommé « le Boudu »[1]) est un festival de musiques métissées / musiques du monde se déroulant le premier week-end d'août en presqu'île de Crozon dans le Finistère en Bretagne.

Né en 2000, grâce à l'implication du tissu associatif local, le festival accueille chaque année 60 000 personnes sur la prairie de Landaoudec (jauge limitée depuis 2006), et est aujourd'hui l'un des rendez-vous majeurs[réf. nécessaire] des musiques du monde en France.

La programmation musicale cherche à concilier artistes reconnus et découvertes, et c'est en tout environ 35 formations musicales du monde entier qui se succèdent sur l'une des trois scènes du festival.

Outre sa programmation, le Festival du bout du monde est réputé pour l'ambiance chaleureuse et familiale qui y règne[réf. nécessaire], la beauté du site[réf. nécessaire] en plein cœur du parc naturel régional d'Armorique, à 300 mètres de l'océan et proche du parc naturel marin d'Iroise, la qualité de l'accueil[réf. nécessaire] (camping et parking gratuits, village des cuisines du monde, espace enfants, dispositifs de transports en commun, etc.).

Présentation[modifier | modifier le code]

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Bénévolat[modifier | modifier le code]

Les bénévoles de l'édition 2015.

Créé, dès le début, grâce à une forte implication des associations presqu'îliennes[réf. souhaitée], le festival s'appuie aujourd'hui sur 80 associations partenaires et leurs 1630 bénévoles, encadrés par les 120 membres de l'équipe organisatrice[réf. nécessaire].

Financement[modifier | modifier le code]

Le Festival du bout du monde, avec un budget de deux million d'euros, s'autofinance à plus de 98 %[réf. nécessaire]. En 2016, il maintient une nouvelle fois l'équilibre financier[réf. nécessaire].

Le site[modifier | modifier le code]

Le site de 70 hectares est situé dans le bocage de la presqu'île de Crozon, à quelques centaines de mètres de l'océan.

Il dispose de trois scènes :

  • la scène Landaoudec ;
  • le Cabaret de Seb' ;
  • la scène François Kermarrec.

Transports[modifier | modifier le code]

Le dispositif « Transportez-vous au bout du monde » permet chaque année à plus de 18 000 personnes de se rendre au festival en train, bateau ou car, pour une somme minime[C'est-à-dire ?][réf. nécessaire].

Développement durable[modifier | modifier le code]

Outre toutes les actions mises en œuvre sur les plans sociaux et écologiques, le Festival du bout du monde se démarque[réf. souhaitée] en 2007 en utilisant exclusivement des gobelets consignés et réutilisables, première française à cette échelle[réf. nécessaire]. Le pari était ambitieux, mais le succès fut incontestable[réf. nécessaire]. L'organisation du festival prête aujourd'hui son stock de verres (non siglés) à qui en fait la demande[réf. souhaitée].

En 2008, le festival voit apparaître les toilettes sèches sur son site. Le succès[réf. nécessaire] de ces dernières amène au doublement[réf. souhaitée] de leur nombre pour la dixième édition de 2009.

Divers[modifier | modifier le code]

En raison de la proximité de l'Ile Longue, principale base de la force nucléaire militaire en France, Greenpeace a mis en place des happenings lors des éditions 2005 et 2006 du festival[réf. nécessaire], l'organisation ne souhaitant pas accueillir leur stand sur le site du festival. En effet, le festival souhaite rester apolitique, et continuer à se concentrer sur ses objectifs, en proposant des choix artistiques poussés, riches et de qualité[réf. souhaitée].

Historique[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de l'édition 2006.
Joe Cocker lors de l'édition 2011.

Le festival est créé en 2000 avec deux scènes et une programmation sur deux jours. Bien que la prairie puisse accueillir 80 000 personnes, les responsables du festival décident, dès le départ, de limiter le nombre de festivaliers de manière à conserver une ambiance conviviale[2].

En 2003, une troisième soirée est organisée le lundi, Manu Chao ayant proposé de venir se produire après un concert dans le Larzac[3].

En 2004, une troisième scène est mise en place. En 2005, le festival passe à trois jours, avec une jauge limitée à 57 000 personnes, « afin d'assurer une bonne respiration et garantir une qualité d'accueil optimale »[4].

En 2009, pour les 10 ans du festival, les dates changent : le festival a lieu le 1er weekend d'août (31 juillet, 1er et 2 août).

L'édition 2013 accueille un orchestre symphonique dans le cadre d'une création entre Ray Lema et l'Orchestre Symphonique Universitaire de Brest.

L'édition 2014 affiche complet avant le début des festivités[5]. Le nombre d'entrées est à nouveau limité à 20 000 personnes par jour.

Le festival 2016 a lieu du vendredi 5 au dimanche 7 août et affiche complet dès le mois de juin[6] avec une jauge limitée à 20 000 festivaliers par jour. Suite à l'actualité terroriste en France, la sécurité a été renforcée[7] : des bénévoles, quatre entreprises de sécurité, plus de 150 gendarmes dont des hommes de l'Opération Sentinelle ont été mobilisés. Cette 17e édition du festival a été endeuillée par le décès d'un campeur de 34 ans[8].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Année Fréquentation Notes
2000 17 000 Deux jours, sur deux scènes
2001 25 000
2002 32 000
2003 50 000 Le festival est prolongé sur le lundi, limité à 15 000 entrées[3]
2004 40 000 Deux jours, sur trois scènes
2005 57 000 Le festival à lieu à présent sur trois jours. À guichets fermés
2006 57 000 À guichets fermés
2007 60 000 20 000 festivaliers le vendredi, à guichets fermés
2008 60 000 À guichets fermés
2009 60 000 À guichets fermés
2010 60 000 À guichets fermés
2011
2012 À guichets fermés
2013 À guichets fermés
2014
2015
2016 À guichets fermés
2016 60 000 À guichets fermés[9]

Programmation du festival[modifier | modifier le code]

Prochaine édition[modifier | modifier le code]

La 18e édition du festival aura lieu les 4, 5 et 6 août 2017, à guichets fermés[9].

La première formation annoncée par Jacques Guérin est le Gangbé Breizh Band : une création musicale regroupant le Gangbé Brass Band et le bagad de Plomodiern[10]

Agence Quai Ouest Musiques[modifier | modifier le code]

Le Festival du bout du monde est organisé et produit par l’agence Quai Ouest Musiques[réf. nécessaire] qui organise, depuis 1994, des concerts en Bretagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jacques Guérin : « Le Boudu, un catalyseur d'énergie » », sur L'Hebdo du Finistère - Le Courrier - Le Progrès (consulté le 5 juin 2017)
  2. « Bout du monde. La prairie en effervescence », Le Telegramme,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Yves Pouchard, « Manu Chao se presse au bout du monde », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  4. Jean-Pierre Bruneau, « Crozon, presqu'île africaine », sur lesechos.fr, (consulté le 5 juin 2017)
  5. « Festival du bout du monde 2014 - Festival en Bretagne », Festival en Bretagne,‎ (lire en ligne)
  6. « Le festival du bout du monde à Crozon affiche complet », sur ouest-france.fr, (consulté le 12 août 2016)
  7. « bout du monde 2016. La sécurité renforcée au festival », sur ouest-france.fr, (consulté le 12 août 2016)
  8. « Décès au bout du monde. La victime avait une santé fragile », sur letelegramme.fr, (consulté le 12 août 2016)
  9. a et b « Bout du Monde. C'est complet ! », Le Telegramme,‎ (lire en ligne)
  10. « bout du monde. La partition est à écrire », sur letelegramme.fr, (consulté le 12 août 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yann Rivallain, « Un festival au Bout du monde », ArMen, n°171, Juillet-Août 2009,p. 6-11

Liens externes[modifier | modifier le code]