Fenil (bâtiment)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fenil (ferme))
Aller à : navigation, rechercher
Fenil, Chereshovitsa, Bulgarie
Entreposement des ballots dans le fenil. Sussex de l'Ouest, Angleterre, 1944

Le fenil est le bâtiment rural où l'on conserve le foin. Le fenil n'était dans une entreprise agricole souvent que le grenier au dessus de l'écurie, de l'étable ou de la bergerie, ou un bâtiment séparé, une vaste grange ou un hangar isolé[1].

« Si le fenil est recouvert d'un bon toit de paille, il faut mettre du foin aussi près de ce toit que cela est possible et le serrer de manière que du moins au premier moment il ne reste pas d'espace entre deux. Lorsque le foin n'est nullement en contact avec l'air il se comporte à merveille pendant qu'il sue et il conserve sa qualité dans toutes ses parties. Sous un toit de tuiles au contraire la couche supérieure du tas perd facilement sa saveur prend du moisi et de l'humidité. Chacun sait que pour que le fourrage conserve sa qualité et pour qu'il ne prenne pas un goût qui le ferait rebuter par le bétail, il faut empêcher que le vapeurs de l'étable ne pénètrent au travers des planches dans le tas de foin qui est au-dessus. Les toits cintrés en planches et recouverts de paille ou de roseaux sont sans contredit les meilleurs pour mettre à couvert la provision de fourrage destinée au bétail qui est logé dessous. Lorsqu'on distribue les fourrages dans les granges et fenils il faut avoir grand soin d'attribuer à chaque sorte de bétail l'espèce qui lui convient le mieux et de placer dans chaque fenil les foins de diverses natures dans l'ordre où ils doivent être consommés afin qu'on puisse en approcher pour le service sans difficulté[2] »

En général tout fenil doit être aussi aéré que possible car rien n'altère plus le foin qu'un air stagnant. Cet inconvénient est surtout grave quand le foin n'a pu être serré bien sec et cela arrive souvent. Il peut amener l'inflammation spontanée du foin et par conséquent l'incendie de la maison, ce qui arrive souvent. Le fenil dispose donc d'au moins deux larges fenêtres et en outre, s'il est vaste, un nombre suffisant de lucarnes pour y établir des courants d'air[1].

Il doit y avoir des moyens de communication avec les foins pour les chats qui détruisent les souris, mais non pour les poules qui y portent leurs excréments. Les granges par la raison qu'elles sont mieux fermées sont moins favorables que les hangars pour la conservation du foin. Elles sont par ailleurs plus coûteuses. Les hangars ont souvent leurs côtés entièrement ouverts et alors leur toit se prolonge en avant et fort bas ou leurs côtés sont fermés avec des planches mal jointes. Des gros fagots sont disposés sur le sol de ces hangars pour empêcher l'humidité de faire pourrir le foin[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Encyclopédie théologique: ou, Série de dictionnaires sur toutes les parties de la science religieuse. Jacques-Paul Migne. 1852
  2. Albrecht Daniel Thaër, Crud, Principes raisonnés d'agriculture. A. Cherbuliez, 1831. Consulter en ligne