Émondage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alignements d'arbres étêtés en bordure de propriété privée, dans le Pas-de-Calais, dans le nord de la France
Un saule (Salix viminalis) étêté prêt à être émondé pour être entretenu en « saule têtard ».

L'émondage (du latin emundare, « nettoyer ») est une forme de taille consistant à supprimer les branches latérales (appelées émondes, elles caractérisent l’arbre d'émonde) et parfois la cime d’un arbre pour favoriser la croissance de rejets ou du feuillage. Cette taille, qui se pratique souvent sur des arbres isolés ou émergents du bocage (arbres de haut jet), provoque souvent l'apparition de « gourmands » sur le tronc qui formeront de nouvelles branches qu'il faudra à nouveau couper.

Si l'arbre survit au traitement, il produit un bois plus dur que la normale, fournissant des poutres qui ne se cintrent pas.
L'émondage est souvent associé au bocage ; en France, les manoirs normands et bretons possèdent des poutres qui proviennent souvent d'arbres émondés.

Technique[modifier | modifier le code]

L'émondage se distingue de l'élagage par la récolte et l'utilisation qui est faite des bois taillés.
Le bois et les branches coupées (tous les 7 ans environ) peuvent être exploités par le propriétaire ou à des fins commerciales, pour produire par exemple du combustible, du fourrage pour les animaux ou de l’osier pour la vannerie (saules et peupliers) ou encore pour la confection de haies anglaises.

Un arbre émondé et étêté à faible hauteur est appelé « têtard » en raison de sa forme (un tronc rectiligne terminé par une grosse tête d'où partent tous les rejets).

Les « arbres d'émonde » étaient et sont encore souvent choisis parmi les arbres de haies ou d'alignement : charme, chêne, frêne, orme, peuplier, saule.

Le feuillage et les rameaux d'arbres d'émonde (orme, frêne) donnent un fourrage pour le bétail, par émondage ou par abroutissement direct. Le recépage en hauteur du tronc met hors de portée des herbivores les rejets voués à devenir des objets ou outils en bois divers selon les régions, les époques et les essences d’arbres[1].

Tradition[modifier | modifier le code]

La Journée sombre, tableau de Pieter Bruegel l'Ancien (1565) représentant une scène d'émondage et de ramassage de branches fraîchement coupées sur la colline à flanc de coteau.

Dans les pays de bocage, le travail était organisé en rotation. Chaque hiver, les paysans entretenaient le talus d'une haie et émondaient une parcelle différente. Une tradition de l’émondage existait pour les fermiers et métayers, locataires des grandes exploitations domaniales des propriétaires terriens (propriétaires bourgeois, seigneurs ou non, qui donnaient en bail et parfois même en métayage des terres). Ces baux ruraux autorisaient les exploitants agricoles à récolter le bois d’émonde et les fagots, tandis que le tronc de l’arbre (partie noble qui servait notamment à faire du bois d'œuvre) restait propriété du loueur[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agnès Jouin, Jacques Baudry, De la haie aux bocages. Organisation, dynamique et gestion, Quae, , p. 18.
  2. Jean-Paul Hervieu, Les paysages ruraux en Normandie, Annales de Normandie, , p. 188.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]