La Vie au bout des doigts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Vie au bout des doigts
Réalisation Jean-Paul Janssen
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Documentaire
Durée 26 minutes
Sortie 1982

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Vie au bout des doigts est un film documentaire français réalisé par Jean-Paul Janssen sorti en 1982, mettant en scène Patrick Edlinger vivant totalement sa passion, l'escalade, qu'il pratique ici en solo intégral (à « mains nues »), c’est-à-dire sans corde ni aucun assurage.

Ce film reste mythique à plus d'un titre dans le monde de l'escalade[1]. Il est considéré comme le premier film d'escalade (c'est-à-dire où l'escalade est une activité en soi et non un moyen de pratiquer l'alpinisme), son succès médiatique a été tel qu'il a propulsé Patrick Edlinger au rang de star mondiale, et surtout qu'il a fait connaître l'escalade au grand public[2],[3],[4]. Le film a été nommé à la 9e cérémonie des César en 1984 dans la catégorie César du meilleur court-métrage documentaire[5].

« C'est parce que Patrick Edlinger est apparu un jour dans les pages du magazine Actuel, que l'histoire de l'escalade s'est transformée en Histoire tout court. Cheveux longs, blonds, un corps étonnamment sculpté, et puis cette voix à l'accent du Sud qui affirmait des valeurs inhabituelles pour l'époque: la beauté de la nature, la joie du risque, l'esprit du vertige. Il n'a fallu que ces quelques images pour que le mythe s'installe. »[réf. nécessaire]

— Jean-Paul Janssen

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film démarre par une séance de traversées marines en solo sur le site de la Piade près de Toulon. Dans la seconde partie, Patrick Edlinger s'entraîne à Buoux avant de gravir en solo plusieurs longueurs de ce site d'escalade devenu célèbre. Alors que le montage semble laisser penser qu’il s’agit d’une longue voie extrêmement difficile, ce sont en réalité plusieurs ascensions mises bout-à-bout, Edlinger évitant volontairement des prises pour renforcer l’aspect spectaculaire de ses mouvements[6]. Edlinger grime sur la dalle du Golot Fou (voie cotée 6b), le toit de DSF (Dingue Stress Flippe, cotée 6b+)[7],[8], le toit de La Béda (cotée 6a+)[6],[9],[10], et enfin la dernière longueur du Pilier des Fourmis (côtée 7a)[11] à la fin du film.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : La Vie au bout des doigts
  • Réalisation : Jean-Paul Janssen
  • Budget : 150 000 francs[12]
  • Pays d'origine : Drapeau de la France France
  • Langue originale : français
  • Format : couleur — 35 mm[13]
  • Genre : documentaire
  • Durée : 26 minutes
  • Dates de sortie :

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Patrick Edlinger : lui-même

Production[modifier | modifier le code]

Le film fut tourné en quatre jours[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Wolff 2002, p. 104
  2. « Décès de Patrick Edlinger : "Les falaises du Verdon sont orphelines" », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 1er juin 2019)
  3. « Patrick Edlinger : l'alpinisme à mains nues », sur franceculture.fr, (consulté le 1er juin 2019)
  4. « Patrick Edlinger : La vie au bout des doigts », sur alpinemag.fr/, (consulté le 1er juin 2019)
  5. Wolff 2002, p. 83
  6. a et b Malrieu 2000, p. 27
  7. « Hommage à Patrick Edlinger pendant le rassemblement ESCALA'BUOUX 2014. », sur grimper.com, (consulté le 1er juin 2019)
  8. « Buoux : DSF », sur camptocamp.org, (consulté le 1er juin 2019)
  9. « Buoux : La Béda », sur amptocamp.org (consulté le 1er juin 2019)
  10. Turpin-Hutter 2014, p. 88
  11. « Pilier des fourmis », sur verticalpirate-escalade.com
  12. Turpin-Hutter 2014, p. 82
  13. Wolff 2002, p. 24
  14. Wolff 2002, p. 77

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Pierre Malrieu, L’Éthique de l’escalade libre : dimension dogmatique des conflits normatifs, (lire en ligne [PDF])
  • Florent Wolff, Vers une esthétique du film d'escalade, (lire en ligne [PDF])
  • Anne Turpin-Hutter, Les documentaires de Jean-Paul Janssen, esthétique et médiatisation de l’escalade de Patrick Edlinger, Lyon, (lire en ligne [PDF])

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]