Lionel Daudet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lionel Daudet

Pas d'image ? Cliquez ici

Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (53 ans),
Saumur
Carrière
Disciplines alpinisme
Ascensions notables ouverture de la voie Aux amis disparus au Cervin, ouvre de la voie Le bon, la brute et le truand dans la face sud du Fou

Piolets d'or

Lionel Daudet est un alpiniste français né le à Saumur. Il a réalisé en la première traversée du massif du mont Ross dans l'archipel des Kerguelen, enchaînant les deux sommets, le petit et le grand Ross, séparés par une arête très escarpée[1]. Il réside actuellement à L'Argentière-la-Bessée, à quelques kilomètres de Briançon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Principales ascensions[modifier | modifier le code]

  • 1992 : ouvre Aux amis disparus dans le Cervin avec Patrick Gabarrou
  • 1993 : première solitaire et hivernale de la directissime NO de l'Olan coté ED+
  • 1993 : ouvre Le bon, la brute et le truand dans la face sud du Fou avec Philippe Batoux et Benoit Robert
  • 2000 : ascension de la face sud-est de l'aiguille Burkett avec Sébastien Foissac (piolet d'or)
  • 2002 : première hivernale d'Eldorado dans les Grandes Jorasses
  • 2002 : tentative de répétition d'Aux amis disparus en hivernale, échec et amputation de 8 orteils gelés
  • 2004 : la Skyline avec Frédéric Jullien, Philippe Pellet et Guillaume Christian, tour de l'Oisans sur les cimes des grands sommets de ce massif
  • 2007 : l'arête haut-alpine, avec Guillaume Christian et Frédéric Jullien, tour du département le plus haut de France en suivant les frontières géographiques des Hautes-Alpes. Ce projet influencera plusieurs projets, comme le tour de l'Isère, en 2016.
  • 2010 : du au , 6 premières sur 6 sommets de la péninsule antarctique avec Patrick Wagnon et Mathieu Cortial ; ils s'y rendent avec le bateau dirigé par Isabelle Autissier et deux autres marins[2].
  • 2011-2012 : le , Lionel Daudet est parti du sommet du mont Blanc pour le DODtour, un tour de la France « exact » sans aucun moyen motorisé, en suivant au plus près la frontière terrestre et le littoral de la France métropolitaine ; ce tour de France s'est achevé le par une ascension en conditions hivernales du mont Blanc puis une descente en parapente.

Références[modifier | modifier le code]

  1. En direct du Mont Ross, blog relatant l'expédition sur le site du journal Libération
  2. Montagnes Magazine, no 362, janvier 2011, p. 55

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • La Montagne intérieure, Éditions Grasset, 2004. 310 pages + cahier photos 16 pages.
  • Versant océan : L'île du bout du monde (coécrit avec Isabelle Autissier), Éditions Grasset,
  • Le Tour de la France, exactement, Éditions Stock, 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]