Erice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Éryx.
Erice
Erice: vue de la vieille ville depuis le sommet du campanile.
Erice: vue de la vieille ville depuis le sommet du campanile.
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Sicily (revised).svg Sicile 
Province Trapani  
Code postal 91016
Code ISTAT 081008
Code cadastral D423
Préfixe tel. 0923
Démographie
Gentilé ericini
Population 28 583 hab. (31-12-2010[1])
Densité 608 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 02′ 00″ Nord 12° 32′ 00″ Est / 38.03333, 12.53333
Altitude Min. 751 m – Max. 751 m
Superficie 4 700 ha = 47 km2
Divers
Saint patron Maria SS. di Custonaci
Fête patronale août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sicile

Voir sur la carte administrative de Sicile
City locator 14.svg
Erice

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Erice

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Erice

Erice est une ville italienne d'environ 29 000 habitants située dans la province de Trapani en Sicile, (Italie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Erice est une ville située au Nord-Ouest de la Sicile dans la province de Trapani (12 kilomètres de Trapani), sur le Mont San Giuliano, à 756 mètres d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L'histoire d'Erice remonte à la préhistoire. La ville est un ancien site néolithique important (un des principaux) avec les Élymes (peuple considéré par certains comme les seuls autochtones siciliens). On trouvera par exemple les vestiges de la muraille cyclopéenne (VIe siècle av. J.-C.).

Antiquité[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité, la ville était connue sous le nom d'Éryx (en grec ancien Έρυξ / Érux). Selon la légende, elle aurait été fondée par le héros éponyme Éryx, fils d'Aphrodite et Boutès[2]. Si ce ne sont que des récits étiologiques[3], la mythologie nous dit alternativement aussi que la fondation de la ville est liée à celle de Ségeste. En effet, c'est sous la pression d'un oracle déclarant qu'il faille sacrifier les jeunes filles pour apaiser le courroux des Dieux, que Laomédon, roi de Troie, exile l'une d'elle qui échoue en Sicile où elle enfante Aceste du dieu-fleuve local Crimissos. Aceste érige et nomme en l'hommage de sa mère la ville de Ségeste donc ; certaines versions suggèrent également qu'Aceste ait aussi fondé les villes d'Entella et d'Éryx selon le nom des sœurs de cette jeune fille troyenne[4]. L'historien grec Thucydide nous apprend par la suite que la partie occidentale de la Sicile, alors considérée comme le territoire des Sicanes, est peuplée par des Troyens fuyant la prise de leur ville après la guerre de Troie qui se fondent avec les autochtones et forment alors le peuple des Élymes[5].

La ville d'Éryx était le siège d’un culte voué à une déesse-mère (créatrice de l’univers, promotrice de la vie) sous trois époques majeures :

  • à l’époque phénicienne, la déesse se nommait Astarté ;
  • à l’époque grecque, Aphrodite ;
  • à l’époque romaine, Vénus.

Le culte était rendu par des prostituées sacrées qui accomplissaient l'acte générateur de la vie avec des pèlerins de passage.

Éryx est aussi une grande base carthaginoise aux VIe et Ve siècles av. J.-C. Elle joue un rôle fondamental dans les luttes contre les Grecs puis les Romains.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Erice commence à se développer à partir de 831 et l’arrivée des Arabes. Conquise par le Comte Roger, en 1167, la ville devient normande et est nommée « Monte San Guliano » jusqu’en 1934 (Roger aurait vu en songe pendant le siège de la forteresse). Au milieu du Moyen Âge, elle atteint un plein essor avec l'influence normande (château du XIIe et XIIIe siècles construit sur les ruines du temple de la Vénus Erycine)

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Napola, Ballata, Casa Santa, Pizzolungo

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Buseto Palizzolo, Paceco, Trapani, Valderice


Monuments[modifier | modifier le code]

Chiesa Matrice[modifier | modifier le code]

Église fortifiée du XIVe siècle avec une nef de style neo-gothique.

Erice - Chiesa matrice et campanile.JPG Erice - Chiesa matrice duomo Rosace.JPG Erice - Chiesa madre depuis le Campanile.JPG Erice - interieur de la Chiesa Matrice.JPG
Erice: Chiesa matrice et son campanile

Castello di Venere[modifier | modifier le code]

Castello di Venere.

Château normand du XIIe siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Voir notamment Virgile, Énéide [détail des éditions] [lire en ligne], cinquième chant.
  3. Paul Wathelet, Dictionnaire des Troyens de l'Iliade, t. 1, Liège, Université de Liège-Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres, , « Λαομέδων » Aperçu
  4. Scholie de Tzétzès à propos de Lycophron, 952/953. Voir (grc) Christian Gottfried Müller, Ισαακιου και Ιωαννου του τζετζου Σχολια εις Λυκοφρονα [« Isaac et Jean Tzétzès Scholies sur Lycophron »], Leipzig, Sumtibus F.C.G. Vogelii,‎ (lire en ligne), p. 890-891 (946-947).
  5. Thucydide, La Guerre du Péloponnèse [détail des éditions] [lire en ligne], VI, 2.