Castellammare del Golfo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Castellammare del Golfo
Castellammare del Golfo
Castellamare del Golfo
Nom sicilien Casteddammari
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la Sicile Sicile 
Province Trapani  
Maire Nicola Rizzo
Code postal 91014 chef-lieu et Scopello, 91010 Balata di Baida
Code ISTAT 081005
Code cadastral C130
Préfixe tel. 0924
Démographie
Gentilé castellammaresi
Population 15 293 hab. (31-12-2010[1])
Densité 120 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 02′ 00″ nord, 12° 53′ 00″ est
Altitude Min. 26 m
Max. 26 m
Superficie 12 700 ha = 127 km2
Divers
Saint patron Maria Santissima del soccorso
Fête patronale 21 août
Localisation
Localisation de Castellammare del Golfo
Géolocalisation sur la carte : Sicile
Voir sur la carte administrative de Sicile
City locator 14.svg
Castellammare del Golfo
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Castellammare del Golfo
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Castellammare del Golfo
Liens
Site web Site officiel

Castellammare del Golfo (Casteddammari en sicilien) est une commune de la province de Trapani en Sicile (Italie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Castellammare est une commune littorale qui s'étend sur le versant nord du Mont Inici, point culminant à 1064 mètres, et qui donne son nom au golfe homonyme, entre le Capo Rama et Capo San Vito.

Le fiume San Bartolomeo marque la limite naturelle avec Alcamo.

L'une des entrées de la Réserve naturelle du Zingaro se situe sur son territoire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Castellammare del Golfo a été fondé par les Élymes pour servir de port à la cité antique de Ségeste[2]. Cependant, les découvertes de céramiques dans les grottes du mont Inici, prouve une occupation humaine au Néolithique ou au début de l'âge du cuivre[3].

Les Arabes s'y établissent au IXe siècle et construisent sur un éperon rocheux surplombant la mer, un premier château, agrandi par les Normands deux siècles plus tard[2].

Soutenant le parti angevin contre les Aragonais, le port se voit interdire toute activité par les Espagnols. Une fois les sanctions levées, Castellammare devient l'un des principaux ports siciliens d'exportation de blé. La ville est fortifiée à partir de 1521, et change de nombreuses fois de seigneurs[2].

Les Castellammarais aident les Chemises rouges de Giuseppe Garibaldi lors de la bataille de Calatafimi[2].

Durant le XXe siècle, Castellammare vit au rythme de l'essor de la mafia sicilienne et américaine, en particulier de la famille des Castellammarese : Salvatore Maranzano (1886-1931), Capo di tutti capi, son successeur Giuseppe Bonanno (1905-2002), Vito Bonventre (1875-1930), cousin de ce dernier, John Tartamella (1892-1966) ; ou encore Stefano Magaddino (1891-1974) de la famille de Buffalo et les parents de Carmine Galante. La lutte meurtrière à la fin des années 1920 entre la famille des Castellammarais de Brooklyn et la famille Masseria a pris le nom de Guerre des Castellammarese. Plus tard, Diego Plaia et Antonio Buccellato (dont a épousé la fille du mafieux d'Alcamo Vincenzo Rimi) confirme le rôle important que les natifs de Castellammare ont dans la Cosa Nostra[4].

Lorsque la mafia américano-sicilienne met la main sur le trafic mondial de drogue, après la Seconde Guerre mondiale, le golfe de Castellammare, entre Scopello et la Punta della Craperia Grande, est l'un des lieux privilégiés de débarque des stupéfiants depuis le Moyen-Orient avant d'être envoyé en Europe dans des cargaisons d'oranges ou de dragées[5].

Le repenti Antonino Giuffrè juge cette ville comme une place importante pour le trafic de drogue et d'armes, un lieu de rencontre des familles mafieuses, mais aussi pour la franc-maçonnerie. Plusieurs faits divers rappelle cette forte présence mafieuse : en 1950, lors du procès du massacre de Portella della Ginestra le mafieux Gaspare Pisciotta accuse le député et ministre Bernardo Mattarella de collusion avec la mafia, propos rejetés par le tribunal ; en 1984, le procureur adjoint de Trapani, Antonio Costa est arrêté pour avoir accepté de l'argent de la mafia ; en 1985, le parrain castellammarais Gioacchino Calabrò est accusé du massacre de Pizzolungo (it) ; en 2005, le conseil municipal est dissout pour cause de collusion avec la mafia[4].

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
11 juin 2002 27 mars 2006 Giuseppe Ancona Forza Italia  
7 août 2007 16 juin 2008 Maria Cacciolla, Adriana Cogode, Antonella De Miro   Commissione Straordinaria
16 juin 2008 11 juin 2013 Marzio Bresciani centre-droit  
11 juin 2013 10 juin 2018 Nicolò Coppola Liste citoyenne  
10 juin 2018 En cours Nicola Rizzo Liste citoyenne  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Balata di Baida, Scopello

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Alcamo, Buseto Palizzolo, Calatafimi-Segesta, Custonaci, San Vito Lo Capo

Démographie[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Environnement[modifier | modifier le code]

Réserve Naturelle de Zingaro : vue sur Castellammare do Golfo, prairie à Viperines pourpres au printemps

Les plages de sable fin du Golfe de Castellammare s'étendent sur plus de 10 kilomètres à l'ouest de la ville. La Réserve naturelle de Zingaro, 1 600 hectares, située sur sept kilomètres de côte au nord de Castellammare, est la première réserve naturelle créée en Sicile.

Castellammare au cinéma[modifier | modifier le code]

Une séquence du film policier Ocean's Twelve, réalisé par Steven Soderbergh, est tournée en 2004 à Castellammare del Golfo[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. a b c et d (it) « Storia di Castellammare del Golfo », sur www.prolococastellammare.it (consulté le 13 décembre 2019)
  3. Sebastiano Tusa, « Nuovi date sull'eneolitico nella Sicilia occidentale : insediamenti di Roccazzo -Mazara del Vallo) e grotta des Cavallo (Castellammare del Golfo) », Scuola normale superiore (Italy), Gibellina (Italy) et Centro studi e documentazione sull'area elima (Gibellina, Italy), Seconde Giornate internazionali di studi sull'area elima : Gibellina, 22-26 ottobre 1994., Gibellina, (ISBN 88-7642-071-1 et 978-88-7642-071-9, OCLC 38113142, lire en ligne)
  4. a et b (it) Santi Liggieri, « Castellammare, città fra mafia e turismo: la storia della culla di Cosa Nostra », sur Newsicilia, (consulté le 13 décembre 2019)
  5. Jacques Kermoal, L'Onorata società, la véritable histoire de la Mafia, La Table Ronde, réédition numérique FeniXX, 1971, 2019 (OCLC 1121684400, lire en ligne)
  6. http://www.cinemotions.com/article/1433