Entella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant la Sicile
Cet article est une ébauche concernant l’histoire et la Sicile.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la ville antique. Pour le club de football, voir Virtus Entella.
Localisation d'Entella en Sicile

Entella est un des cités élymes fondées en Sicile par une peuplade originaire de la Phrygie. Elle est située sur la rivière Hypsos à l'intérieur de la Sicile.

Selon la mythologie grecque, si ce ne sont que des récits étiologiques[1], la fondation de la ville est étroitement liée à celle de Ségeste. Sous la pression d'un oracle déclarant qu'il faille sacrifier les jeunes filles pour apaiser le courroux des Dieux, que Laomédon, roi de Troie, fait exiler l'une d'elle, qui échoue en Sicile où elle enfante Aceste du dieu-fleuve local Crimissos. Aceste érige et nomme en l'hommage de sa mère la ville de Ségeste. Dans la continuité, certaines versions suggèrent également qu'Aceste ait aussi fondé les villes d'Éryx et d'Entella selon le nom des sœurs de cette jeune fille troyenne. Le nom d'Entella connait de nombreuses variantes comme Atalla (Ἄτταλλα) ou encore Enstylla (Ἒνστυλλα / Ènstulla) qui dévoile le prénom d'une femme Stylla (Στύλλα / Stúlla)[2]. L'historien grec Thucydide nous apprend par la suite que la partie occidentale de la Sicile, alors considérée comme le territoire des Sicanes, est peuplée par des Troyens fuyant la prise de leur ville après la guerre de Troie qui se fondent avec les autochtones et forment alors le peuple des Élymes[3].

Entella semble avoir eu une certaine autonomie politique, grâce à ses rapports avec les phéniciens puis les communautés carthaginoises, au moins jusqu'en 404 av. J.-C.[4]. La ville a battu sa propre monnaie en bronze et en argent, avant de passer sous le contrôle des Romains à l'époque de la Première guerre punique; ce fut alors le début de son déclin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Wathelet, Dictionnaire des Troyens de l'Iliade, t. 1, Liège, Université de Liège-Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres, , « Λαομέδων » Aperçu
  2. Scholie de Tzétzès à propos de Lycophron, 952/953. Voir (grc) Christian Gottfried Müller, Ισαακιου και Ιωαννου του τζετζου Σχολια εις Λυκοφρονα [« Isaac et Jean Tzétzès Scholies sur Lycophron »], Leipzig, Sumtibus F.C.G. Vogelii,‎ (lire en ligne), p. 890-891 (946-947).
  3. Thucydide, La Guerre du Péloponnèse [détail des éditions] [lire en ligne], VI, 2.
  4. Archéologie virtuelle, Ed. Arthaud, (ISBN 978-2700-311150)

Article connexe[modifier | modifier le code]