Porte Colline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Porte Colline
Image illustrative de l’article Porte Colline
La porte Colline sur une gravure de 1820.

Lieu de construction Mur Servien, sur le Quirinal
Date de construction IVe siècle av. J.-C.
Ordonné par Sénat romain
Type de bâtiment Porte fortifiée
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Murservien planrome2.png
Porte Colline
Tracé du mur servien et localisation de la porte Colline (en rouge)

Coordonnées 41° 54′ 26″ nord, 12° 29′ 55″ est
Liste des monuments de la Rome antique

La porte Colline (latin : Porta Collina) est une des portes du mur servien, placée la plus au nord, entre la porte Quirinale et la porte Viminale.

Localisation[modifier | modifier le code]

La porte se situe sur la colline du Quirinal, à l'extrémité septentrionale de l'enceinte servienne[1], l'endroit le plus vulnérable de l'enceinte, ce qui en fait le théâtre de nombreuses attaques[2]. Passée cette porte, les via Salaria et via Nomentana se séparent[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est à proximité de cette porte qu'a lieu le 1er novembre 82 av. J.-C. la bataille de la porte Colline, entre Sylla et les partisans de Marius, et qui voit le triomphe de Sylla.

Description[modifier | modifier le code]

Des vestiges de cette porte ont été mis au jour en 1872 puis en 1996[3] à l'angle des actuelles Via XX settembre et Via Goito, sous le coin nord-est du bâtiment abritant le ministère des finances[1].

Les deux longs murs de la porte convergent vers la ville et sont renforcés par deux bastions évoqués par Juvénal et Sidoine Apollinaire[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Platner et Ashby 1929, p. 406.
  2. a et b Dumser 2008.
  3. Cifani 1996, p. 278.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Samuel Ball Platner et Thomas Ashby, A topographical dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press,
  • Eva Margareta Steinby (dir.), Lexicon Topographicum Urbis Romae : Volume Terzo H - O, Edizioni Quasar, , 512 p. (ISBN 88-7140-096-8)
    • (it) Filippo Coarelli, « Porta Collina », dans LTUR III, , p. 278
    • (it) G. Cifani, « Porta Collina », dans LTUR III, , p. 278
    • (it) M. Andreussi, « Murus Servii Tullii », dans LTUR III, , p. 322
  • (en) Elisha Ann Dumser, « Porta Collina », Digital Augustan Rome,‎ (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]