Engelbert-Marie d'Arenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison d'Arenberg.
Engelbert-Marie d'Arenberg
Engelbert-Maria von Arenberg, Rothe, 1906.jpg
Engelbert-Marie d'Arenberg, photo par Georg Rothe, 1906.
Fonctions
Membre du Reichstag de l'Empire allemand
Membre de la Chambre des seigneurs de Prusse
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Engelbert-Maria von ArenbergVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Enfants
Engelbert-Charles d' Arenberg (duc) (d)
Erik Karl Auguste Hedwige Englebert Antoine Balthasar XI Herzog von Arenberg (d)
Lydia von Recklinghausen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Diptyque : panneau à gauche. Les Donateurs et leurs Enfants Protégés par Saint George et Sainte Barbe (d), Our Lady of the Seven Sorrows (grisaille) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parti politique
Conflit

Engelbert-Marie d'Arenberg (de son nom complet : Engelbert Prosper Ernst Maria Joseph Julius Balthasar Benedikt Anton Eleonore Lorenz, à Salzbourg à Lausanne), 9e duc d'Arenberg, était un aristocrate, militaire et homme politique allemand des XIXe et XXe siècles. Il était un petit-fils du duc Prosper-Louis d'Arenberg (1785-1861), gouverneur du duché d'Arenberg-Meppen. Ses parents étaient Engelbert-Auguste d'Arenberg (1824-1875), 8e duc d'Arenberg, et Éléonore-Ursule d'Arenberg (1845-1919), cousine issue de germains de son mari.

Biographie[modifier | modifier le code]

Engelbert-Marie passa sa prime jeunesse en Belgique, au palais d'Egmont à Bruxelles ainsi que dans les palais Heverlee à Louvain (château d'Arenberg (Brabant flamand)) et le château d'Enghien au sud-ouest de Bruxelles.

De 1889 à 1893, il fut officier, dans l'armée prussienne, au 4e régiment westphalien de cuirassiers "von Driesen" (de) à Münster, et de 1893 à 1896, il servit au régiment de cuirassiers de la Garde (Prusse) (de) à Berlin.

De 1909 à 1912, il siégea au Reichstag, comme député, du Zentrum, représentant la circonscription Lüdinghausen-Warendorf-Beckum. De 1903 à 1918, il appartenait également, comme duc héréditaire à la chambre des seigneurs de Prusse, et de 1917 à 1919, au Provinziallandtag (de) westphalien.

Au cours de la Première Guerre mondiale, il appartenait au haut commandement de la VIIe armée allemande. Après la guerre, victime des séquestres français et belge, Engelbert-Marie d'Arenberg partit vivre à l'étranger. Après un bref séjour à Milan, il a déménagé à Lausanne.

Le duc Engelbert-Marie a hérité en 1875, après la mort de son père, de ses vastes propriétés y compris de grandes zones forestières dans le Emsland (Basse-Saxe). En 1903, il avait acheté le château de Nordkirchen dans le Münsterland. Selon l'auteur Bernt Engelmann (de), Engelbert-Maria d'Arenberg était, en 1913, « l'un des propriétaires les plus riches de Westphalie ». Sa fortune était été imposé un atout précieux de 63 millions de marks-or. D'Arenberg géra les principales propriétés industrielles de la famille, y compris plusieurs mines, et, de 1928 à 1932, des sociétés telles que Arenberg-Meppen GmbH (de), Arenberg Nordkirchen GmbH, Arenberg-Recklinghausen GmbH, Arenberg-Schleiden GmbH et Arenberg-Dusseldorf GmbH. Les actionnaires de ces entreprises étaient, dès le début, ses trois enfants.

Grand mécène, il a également été le fondateur de nombreuses institutions sociales.

Le duc d'Arenberg fut nommé 1919 citoyen d'honneur de Meppen (Allemagne), et, en 1927, de la ville de Recklinghausen.

En 1949, il mourut après une courte maladie à Lausanne.

Décorations[modifier | modifier le code]

Order of the Most Holy Annunciation BAR.svg

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Engelbert-Marie d'Arenberg et son épouse Hedwige, princesse de Ligne; photo par Georg Rothe 1906

Fils aîné d'Engelbert-Auguste d'Arenberg (1824-1875) et de son épouse et cousine Éléonore (1845-1919) princesse et duchesse d'Arenberg, Engelbert-Marie épousa, le à Bruxelles, avec Hedwige (1877 † 1938), princesse de Ligne. Ensemble, ils eurent :

  1. Son Altesse Sérénissime Engelbert-Charles (] - Héverlée (Belgique) † - Monte-Carlo, Monaco), 10e duc d'Arenberg, 16e duc d'Aerschot, 5e duc de Meppen, 5e Prince de Recklinghausen, marié le , Charlottenburg, Berlin), avec Valerie d'Oldenbourg (1900 † 1953), princesse en Schleswig-Holstein, puis le à Berchem (Anvers), avec Mathild Callay ([1913-1989). Il n'eut pas postérité de ses deux unions ;
  2. Son Altesse Erik Engelbert ( - Héverlée (Belgique) † - Punta del Este, Maldonado, Uruguay), 11e duc d'Arenberg, 17e duc d'Aerschot, 6e duc de Meppen, 6e Prince de Recklinghausen, chevalier de l'ordre souverain de Malte, marié, le à Lausanne, avec Marie Thérèse de la Poëze d'Harambure (1911 † 2005). Sans postérité, il adopta (Paris, le ) Laetitia de Belsunce (né en 1941), princesse d'Arenberg, et son frère Rodrigue de Belsunce (1942 † 2007), prince et duc d'Arenberg ;
  3. Lydia ( - Bruxelles - Lausanne), mariée, le à Turin, avec Philibert de Savoie-Gênes (1895 † 1990), duc de Pistoia, duc de Gênes, petit-fils de Ferdinand de Savoie, sans postérité.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Die Arenberger im Emsland, Sögel, 2003
  • (de) Franz-Josef Heyen, Hans Joachim Behr (Hrsg.), Die Arenberger. Geschichte einer europäischen Dynastie. Band 2: Die Arenberger in Westfalen und im Emsland, Coblence, 1990.
  • (de) Arenberg-Meppen GmbH (Hrsg.), Arenberg 2003, Aspekte aus 200 Jahren Arenberg-Meppen und 100 Jahren Arenberg-Nordkirchen, Meppen, 2003
  • (de) Bernt Engelmann, Das Reich zerfiel, die Reichen blieben, Hambourg, 1972, S. 118, 277.
  • Les données sur les actifs par Rudolf Martin : (de) Jahrbuch des Vermögens und Einkommens der Millionäre im Königreich Preußen, Berlin, 1913

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Chronologies[modifier | modifier le code]