Élisabeth Ballet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Elisabeth Ballet)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ballet.
Élisabeth Ballet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (61 ans)
Cherbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Site web

Élisabeth Ballet, née le à Cherbourg, est une plasticienne française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômée de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 1981[1], Elisabeth Ballet réside à la villa Médicis à Rome en 1984 et 1985 et se fait connaitre en 1985 avec deux sculptures, Temple 5/19 février 1985 et Obélisque 4+14, réalisées en carton. Artiste de renommée internationale[2], Élisabeth Ballet vit et travaille à Paris. En 1989, elle part à New York pour rejoindre la Villa Médicis hors les murs, puis obtient une bourse pour la Pollock and Krasner Foundation en 1994[1].

De 1992 à 1993, elle enseigne à l'Ecole des Beaux-Arts de Grenoble, puis à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon entre 1999 et 2002. Elle intervient également en qualité d'enseignante à l'École nationale supérieure des arts décoratifs, à Paris[1].

Expositions[modifier | modifier le code]

Personnelles[modifier | modifier le code]

  • 1993: Deux bords, Galerie des Archives, Paris, France;
  • 1993: Trait pour trait, Commande publique - centre d’art contemporain, Domaine de Kerguéhennec, Locminé, France;
  • 1997: ZIP, Offenes Kulturhaus, Linz, Autriche;
  • 1997: BCHN, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris - ARC, Paris, France;
  • 1999 : Night Roofline, Le Creux de l'Enfer, Thiers;[3]
  • 2001: Bande à part, Matt’s Gallery, Londres, Royaume-Uni ;
  • 2002: Vie privée, Musée d’art contemporain, Le Carré d’Art, Nîmes, France;
  • 2003 : Vie privée, Kunsthalle Göppingen, Göppingen, Allemagne ;
  • 2004 : C’est beau dehors, Galerie Cent8 - Serge Le Borgne, Paris, France ;
  • 2004 : Travelling, Commande Publique - programme tramway, Communauté Urbaine de Bordeaux, Pessac, France ;
  • 2004 : Élisabeth Ballet, Centre culturel français de Milan, Milan, Italie ;
  • 2007 : Sept pièces faciles, Le Grand Café - Centre d’art contemporain, Saint-Nazaire, France ;
  • 2008 : Lazy Days, Galerie Serge le Borgne, Paris, France.
  • 2017 : Tout En Un Plus Trois, Musée MAC VAL, Vitry.

Collectives[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Mouvements 1et 2, Musée National d’Art Moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris, France ;
  • 1994 : Europa 94' Junge Europäiche Kunst in München, Munich, Allemagne ;
  • 1995 : 9 Propositions, Sonje Museum of Contemporary Art, Kyongjiu, Corée ;
  • 1996 : Rampart Project, Berwick-upon-Tweed, Royaume-Uni ;
  • 1996 : Sugar Hiccup, Tramway, Glasgow, Écosse ;
  • 2009 : Das Lied von der Erde Museum Fridericianum, Kassel, Allemagne ;
  • 2009 : elles@centrepompidou, Artistes femmes dans la collection du musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris, France ;
  • 2007 : Contrepoint De la sculpture Département des sculptures du Musée du Louvre, Paris, France ;
  • 2010 : Group show, Musée Bourdelle, Paris, France ;
  • 2010 : Spatial City: An Architecture of Idealism, Hyde Park Art Center, Chicago, IL, USA ; Institute of Visual Arts Milwaukee, Milwaukee, USA ; MONA Museum of New Art - Detroit’s Contemporary Museum, Pontiac, USA ;
  • 2010 : Collection Frac-Basse-Normandie, FRAC Basse-Normandie, Caen, France.

Foires et biennales[modifier | modifier le code]

  • 2009 : FIAC 09, Grand Palais, Paris, France ;
  • 2008 : FIAC 08, Parc des expos, Paris, France ;
  • 2008 : 11th Biennale of Sydney, Australie ;
  • 1988 : 43e Biennale de Venise, Scuola San Giovanni Evangelista, Venise, Italie ;

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • FRAC Bourgogne, FRAC Limousin, FRAC Bretagne, FRAC Poitou-Charentes, FRAC Rhône-Alpes, FRAC Basse-Normandie, FRAC Alsace, FRAC Aquitaine, FRAC Ile-de-France ;
  • Wilhem-Hack Museum, Ludwigshafen, Allemagne ; Sonje Museum, Kyongjiu, Corée ; Musée Des Beaux-arts et d'archéologie, Valence, France ; Musée d'Art moderne de la ville de Paris ; Fonds municipal d'art contemporain de la Ville de Paris ; Fonds National d’Art Contemporain ;

Commandes publiques[modifier | modifier le code]

  • Le pavement bichrome, reprenant un motif de dentelle, de la place du Pot-d’Étain à Pont-Audemer[4].
  • « Travelling » (2004). Sculpture de lettres métalliques en acier, recouvertes d'une peinture réfléchissante. Les lettres forment « Sole medere pede ede perede melos », un palindrome latin qui signifie « Solitaire, soigne-toi par la poésie, compose, recompose tes chants ». Dans le cadre du projet L'art dans la ville lié au tramway de Bordeaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Biographie - Ballet Elisabeth, site de l'ENSAD
  2. La Place du Pot d’Étain
  3. le Creux de l’enfer, « Elisabeth BALLET (le Creux de l’enfer) », sur www.creuxdelenfer.net (consulté le 25 juillet 2017)
  4. Luc Desbenoit, « Urbanisme cousu main. Comment les commandes publiques embellissent le cadre de vie », Télérama, no 2697, 2001, p. 78.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Barachon, « Élisabeth Ballet », Technikart, 2008.
  • Raphael Brunel, « Lazy days », Paris-art.com, 04.2008.
  • Yoan Gourmel, « Élisabeth Ballet, sept pièces faciles », Zéro 2, 2007, no 41, p. 44.
  • Élisabeth Vedrenne, « Élisabeth Ballet, Lazy Days », Semaines, 05.2008, no 10.
  • Élisabeth Vedrenne, « Sur la route d’Élisabeth Ballet », Connaissances des arts, 05.2008, no 660, p. 128.

Liens externes[modifier | modifier le code]