Isabelle Waldberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Waldberg.
Isabelle Waldberg
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nom de naissance
Margaretha Farmer.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Isabelle Marghareta Maria Farner Waldberg née à Oberstammheim (Suisse) en 1911 et morte à Paris en 1990, est une sculptrice franco-suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant les années 1930, tout en, préparant une thèse sur Nietzsche, elle poursuit des études de sociologie et d'ethnologie à l’École des Hautes études de la Sorbonne : c'est là qu'elle rencontre Patrick Waldberg, mais aussi Georges Bataille qui l'invite à rejoindre le groupe Acéphale.

Après la défaite de 1940, Isabelle et son époux partent pour les États-Unis, s'installant à New York où ils côtoient d'autres surréalistes en exil dont Marcel Duchamp, André Breton et le critique Robert Lebel qui deviendra, à l'instar d'Hans Arp, son plus fidèle défenseur. À partir de 1943, Isabelle Waldberg commence à produire des Constructions en fil de fer. Elle rentre à Paris en 1946 et s'installe dans l'atelier de Duchamp qui disait d'elle : "Isabelle sculpte, ausculte, s'occulte et exulte" [1]. L'atelier, qu'elle ne quittera plus, était situé rue Larrey à Paris.

En 1961, elle reçoit le prix Antoine Bourdelle.

À partir de 1975, elle enseigne à l’École nationale des Beaux-Arts de Paris.

S'inscrivant dans la lignée de son ami Alberto Giacometti rencontré en 1936, Waldberg convoquait pour ses sculptures différents matériaux : le bois (abandonné en 1952), le fer, le plâtre, le liège, l'acier, le plexiglas mais aussi, à partir des années 1970-80, le bronze.

Ses œuvres furent présentées entre autres à l'exposition internationale Le Surréalisme en 1947 (Galerie Aimé Maeght), dans les galeries de Claude Givaudan et à l'exposition Der Geist des Surrealismus (Cologne, 1971).

Elle fut l'épouse du critique Patrick Waldberg et la mère de l'écrivain et poète Michel Waldberg.

Contributions à des ouvrages[modifier | modifier le code]

Catalogues, monographies[modifier | modifier le code]

  • Dominique Le Buhan, Waldberg - Sculptures, La Différence, 1991
  • Michel Waldberg, appareil critique par Marie Voisin, Isabelle Waldberg. Monographie, La Différence, 1992
  • Isabelle Waldberg. Sculptures, Musée des beaux-arts de Chartres, La Différence, 1999

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1988 : Le Procédé de Clémenti de Jean Réal avec le fondeur Gilbert Clémenti, et les sculpteurs Agnès Bracquemond et Isabelle Waldberg.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de Jean-Michel Goutier in Le Soleil Noir, catalogue, Carré d'Art de Nîmes, 1994, p. 111.