Ehud Olmert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ehud Olmert
אהוד אולמרט
Ehud Olmert, le 4 mars 2009.
Ehud Olmert, le 4 mars 2009.
Fonctions
Premier ministre d'Israël[N 1]

(2 ans 11 mois et 17 jours)
Président Moshe Katsav
Dalia Itzik (intérim)
Shimon Peres
Gouvernement Olmert
Législature 16e, 17e
Coalition Kadima-Travaillistes-Shass-Gil
Prédécesseur Ariel Sharon
Successeur Benyamin Netanyahou
Maire de Jérusalem

(9 ans et 3 mois)
Prédécesseur Teddy Kollek
Successeur Uri Lupolianski
Biographie
Date de naissance (70 ans)
Lieu de naissance Binyamina (Palestine sous mandat britannique)
Nationalité Israélienne
Parti politique Likoud
Kadima
Conjoint Aliza Olmert
Diplômé de Université de Jérusalem
Religion Judaïsme

Ehud Olmert
Premiers ministres israéliens

Ehud Olmert (en hébreu : אהוד אולמרט), né le à Binyamina en Palestine mandataire, est un homme d'État israélien.

Il est vice-Premier ministre et ministre des Finances du gouvernement d'Ariel Sharon à partir de 2003, et devient membre du parti Kadima à sa création.

Comme la loi israélienne le prévoit, il occupe, à partir du , le poste de Premier ministre de l'État d'Israël par intérim en remplacement d'Ariel Sharon lorsque celui-ci est hospitalisé à la suite d'une « sérieuse » attaque cérébrale. Le , juste avant la fin de la date limite de gouvernance par intérim, Ariel Sharon est déclaré en état d'incapacité permanente, ce qui met fin officiellement à ses fonctions trois jours plus tard. Ehud Olmert devient alors Premier ministre. Il forme un gouvernement de coalition, à la suite de la courte victoire de Kadima aux élections législatives.

Accusé de corruption, Ehud Olmert démissionne, et est remplacé par Benyamin Netanyahou au poste de Premier ministre le . Reconnu coupable et condamné, il purge une peine d'emprisonnement de 19 mois fermes depuis février 2016.

Formation[modifier | modifier le code]

Pendant son service militaire, Ehud Olmert est officier d'une unité d'infanterie de combat, puis poursuit son service comme journaliste pour le quotidien de l'armée israélienne.

Diplômé de psychologie, de philosophie, puis de droit de l'université hébraïque de Jérusalem, il travaille brièvement comme avocat avant d'entrer en politique.

Ehud Olmert est marié et père de cinq enfants. Il soutient l'équipe de football du Betar Jerusalem depuis des dizaines d'années.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Ehud Olmert est élu pour la première fois à la Knesset en 1973, à l'âge de 28 ans (benjamin des députés), et il y est réélu sept fois consécutivement tout en occupant des postes importants, notamment à la tête de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense. Entre 1981 et 1988, il fait partie du ministère des Affaires étrangères et du cabinet de sécurité. Il participe au cabinet des Finances, de l'Éducation et du Budget. En 1988, il devient ministre sans portefeuille dans le gouvernement d'Yitzhak Shamir puis ministre de la Santé de 1990 à 1992.

De 1993 à 2003, Ehud Olmert réalise successivement deux mandats de maire de Jérusalem, pendant lesquels il s'investit dans le lancement de projets importants pour la ville, le développement et l'amélioration du système éducatif et le développement des infrastructures routières.

En 1999, il tente de défier Ariel Sharon pour prendre la tête du Likoud mais il est largement battu. Après cette défaite, il se rapproche de plus en plus de son ancien rival.

En , Ehud Olmert est réélu à la Knesset, après avoir dirigé la campagne électorale du Likoud.

En 2003, il quitte la mairie de Jérusalem pour entrer dans le deuxième gouvernement d'Ariel Sharon en tant que vice-Premier ministre et ministre du Commerce et de l'Industrie.

Portefeuilles ministériels[modifier | modifier le code]

Le , Ehud Olmert est nommé ministre des Finances après la démission de Benjamin Netanyahou pour protester contre l'application du plan de désengagement dans la bande de Gaza.

Ehud Olmert, qui était opposé à tout retrait des territoires conquis depuis la guerre des Six Jours et qui avait voté contre les accords de Camp David en 1978, change d'avis et soutient le retrait : « J'avais voté contre Menahem Begin […] Je lui avais dis que c'était une erreur historique […] Maintenant je suis désolé qu'il ne soit plus en vie pour m'entendre reconnaître publiquement sa sagesse et mon erreur. Il avait raison et j'avais tort. Grâce à Dieu, nous nous sommes retirés du Sinaï ».

Premier ministre d'Israël[modifier | modifier le code]

Ehud Olmert et George W. Bush, le à la Maison-Blanche.

Le , à la suite d'une attaque cérébrale du Premier ministre Ariel Sharon, placé dans un coma artificiel, Ehud Olmert est désigné Premier ministre par intérim d'Israël. Le , il est désigné président par intérim de Kadima en vue des élections législatives du 28 mars suivant.

Il déclare au journal Haaretz, le  : « Le choix entre permettre aux Juifs de vivre dans toutes les parties de la Terre d'Israël, et de vivre dans un État avec une majorité juive, nous amène à rendre des portions de la Terre d'Israël ». Il indique aussi qu'il souhaite la fixation de frontières définitives avec les Palestiniens.

Lors des élections du , Kadima obtient 29 sièges sur les 120 que compte la Knesset, devenant le premier parti d'Israël en nombre de députés. Olmert est confirmé au poste de Premier ministre et forme un gouvernement de coalition avec les travaillistes (20 sièges) et les élus du parti des retraités (7 sièges). Il y associe également le Shass.

Il est nommé officiellement Premier ministre de plein droit le , soit 100 jours après l'attaque cérébrale d'Ariel Sharon et sa désignation comme Premier ministre par intérim. Il prête serment le .

Ehud Olmert lance, le une offensive de grande ampleur sur le Liban. La raison invoquée pour le déclenchement de cette guerre est la capture, quelques jours plus tôt de soldats israéliens par le Hezbollah. Le Hezbollah prétend que ces soldats étaient en territoire libanais et Tsahal que le Hezbollah les a capturés en territoire israélien. Cette guerre se solde par la mort d'environ 1200 civils libanais[1],[2], 35 militaires libanais, entre 68 et 330 combattants du Hezbollah, selon les sources[3],[4], 48 civils israéliens, 110 soldats israéliens, 2 civils employés des Nations unies, 4 casques bleus des Nations unies et 50 civils ressortissants de pays tiers. Ehud Olmert sort très affaibli à l'issue de cette guerre. Il est très critiqué en Israël, notamment par le rapport Winograd pour s'être montré incapable de mater le Hezbollah[5] (ce qui était pourtant un des objectifs affichés de cette guerre). Il est par ailleurs tout autant critiqué à l'étranger pour la mort de nombreux civils, notamment lors du Bombardement de Cana de 2006[6], ayant causé la mort d'au moins 28 civils libanais.

Il est le premier chef de gouvernement israélien à avoir admis implicitement qu'Israël était doté de l'arme nucléaire, lors d'une interview accordée le par une télévision allemande[7].

Mis en cause dans des affaires de corruption, il annonce, le , qu'il ne participera pas aux primaires de son parti, sous-entendant sa démission à la fin de son mandat. Le 21 septembre suivant, Ehud Olmert annonce sa démission après l'élection de Tzipi Livni à le tête de Kadima. Toutefois, en l'absence de nouveau gouvernement, il continue à exercer sa charge jusqu'à l'investiture de son successeur, Benyamin Netanyahou, élu par la nouvelle Knesset.

Affaires judiciaires et emprisonnement[modifier | modifier le code]

Faisant jusqu'à l'objet de six enquêtes concernant des affaires de corruption ou fraudes, la justice annonce, le , qu’il ne serait pas inculpé pour celle de trafic d'influence concernant la vente des parts de l’État dans la Banque Léumi à un groupe financier alors qu'il était ministre de l'Industrie et du Commerce, en 2005.

Ehud Olmert est inculpé, le , pour « fraude », « abus de confiance », « enregistrement de faux documents » et « dissimulation de revenus frauduleux », fait unique pour un ancien Premier ministre israélien[8]. Son procès s'ouvre le [9], puis est suspendu jusqu'en février 2010. Il lui est reproché d'avoir accepté de l'argent de l'homme d'affaires Morris Talansky, d'avoir émis des fausses factures sur ses trajets et d'avoir aidé son ancien associé Uri Messer[10].

Le 15 avril 2010, il est officiellement reconnu comme principal suspect dans l'affaire Holyland. Il est accusé d'avoir reçu un pot-de-vin de 3,5 millions de shekels alors qu'il était maire de Jérusalem (1993-2003)[11].

Il est condamné, le 24 septembre 2012, à un an de prison avec sursis et à 75 300 shekels(15 000 euros) d'amende après avoir été reconnu coupable de corruption en juillet dans l'affaire dite du « Centre d'investissement »[12].

Le 29 décembre 2015, la Cour suprême d'Israël condamne définitivement Ehud Olmert à 18 mois de prison ferme pour corruption. S'il est relaxé de l'accusation d'avoir reçu, en sa qualité de maire, 500 000 shekels (117 150 euros) de pots-de-vin pour permettre à des promoteurs de contourner des obstacles légaux, il est condamné, en revanche, pour avoir reçu d'une entreprise un pot-de-vin de 60 000 shekels (14 060 euros) dans le cadre du financement d'une de ses campagnes électorales. Le 10 février 2016, il est condamné à un mois de prison supplémentaire pour entraves à la justice[13].

Il entre à la prison Maasiyahu, à Ramla, le 15 février 2016[14], devenant le premier ancien Premier ministre de l’État hébreu à effectuer une peine de prison ferme[15],[16]. Il est placé dans une aile protégée par une unité spéciale de l’administration pénitentiaire et par le Service de sécurité intérieure israélien[17]. Dans une vidéo publiée avant son incarcération, il déclare accepter sa condamnation, reconnaît avoir « commis quelques erreurs », mais pas des délits pénaux[14].

Détail des mandats et fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Ehud Olmert, le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par intérim du au .

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.recherches-sur-le-terrorisme.com/Analysesterrorisme/liban-guerre-juillet.html
  2. http://www.lefigaro.fr/liban/20060807.WWW000000280_israel_pilonne_ses_cibles_de_predilection_et_compte_varier_ses_attaques.html
  3. http://www.liberation.fr/actualite/monde/197231.FR.php
  4. http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/HJ13Ak01.html
  5. http://www.rfi.fr/actufr/articles/089/article_51568.asp
  6. http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=12706&Cr=&Cr1=%22%3Ed%E9claration
  7. « Le lapsus d'Ehud Olmert sur l'arme nucléaire », rfi.fr, .
  8. « Israël : Ehoud Olmert inculpé pour corruption », Le Figaro, 30 août 2009
  9. « Israël : l'ex-Premier ministre Ehud Olmert jugé pour corruption », dépêche AFP, 25 septembre 2009.
  10. (en) « Ehud Olmert's graft trial suspended until February », Ha'aretz, 25 septembre 2009.
  11. Scandale immobilier: Olmert suspect n°1
  12. Prison avec sursis pour Ehud Olmert, Le Figaro, 24 septembre 2012.
  13. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/02/10/97001-20160210FILWWW00071-israel-ehud-olmert-a-nouveau-condamne.php
  14. a et b http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/02/15/97001-20160215FILWWW00060-israel-l-ex-premier-ministre-ehud-olmert-entre-en-prison-pour-corruption.php
  15. L'ex-premier ministre israélien Ehud Olmert ira en prison pour corruption, Le Huffington Post, 29 décembre 2015
  16. L'ex-Premier ministre israélien Ehoud Olmert n'échappera pas à la prison, liberation.fr, 29 décembre 2015
  17. http://www.liberation.fr/planete/2016/02/15/israel-ehud-olmert-very-important-prisoner_1433428

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :