Dysgénisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Effet dysgénique)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec la dysgénésie, une malformation congénitale.

Le dysgénisme[Note 1] est une augmentation de la fréquence d'allèles délétères (« gènes défectueux ») dans une population, à cause du traitement de maladies héréditaires des individus de cette population[2]. Le plus fréquemment, on rencontre ce terme dans le contexte de la génétique humaine, où l'effet dysgénique désigne une hypothèse selon laquelle les interventions médicales et l'action sociale interfèrent avec la sélection naturelle en faisant s'accumuler des gènes défavorables dans les populations humaines. Cette hypothèse est notamment associée au livre Dysgenics: Genetic Deterioration in Modern Populations (qu'on peut traduire par Dysgénisme : Détérioration génétique dans les populations modernes), écrit par Richard Lynn, psychologue racialiste controversé.

Effet dysgénique[modifier | modifier le code]

Dans les populations humaines, un effet dysgénique, ou cacogénique, est une hypothèse selon laquelle des soins médicaux ou l'action sociale, en favorisant la reproduction, peuvent faire augmenter la fréquence d'un allèle « défectueux » qui normalement devrait rester faible du fait de la sélection naturelle. Cela peut concerner des allèles responsables de maladies génétiques, ou des allèles de disposition à certaines maladies multifactorielles. Cet effet s'oppose à la sélection naturelle, qui maintiendrait ces allèles à des fréquences basses. Certains chercheurs pensent que la médecine[3] empêche l'effet eugénique de la sélection naturelle.

Selon René Frydman, le diagnostic pré-implantatoire (DPI) a un effet dysgénique dans les maladies récessives, car il aboutit à remplacer un fœtus atteint par un enfant normal dans 1/3 des cas et par un enfant hétérozygote dans 2/3 des cas. Il crée donc un avantage des hétérozygotes porteur de l'allèle muté, dans la mesure où avant les pratiques de DPI, les couples à risques étaient dissuadés de faire un enfant. De plus, il existerait un effet dysgénique lorsqu'on soigne certains malades, ce qui leur permet d'arriver à un âge suffisant pour procréer[4].

Pour le généticien Jean-Louis Serre, dans le cas d'une maladie génétique due à un allèle dominant, la fréquence de cette maladie est en théorie égale à la fréquence d'apparition de cette mutation dans les populations. Le fait de guérir 90 % des malades augmente la proportion d'individus atteints jusqu'à une fréquence d'équilibre, qui restera faible. De plus, cette évolution est très longue, de l'ordre du million d'années[5].

En science-fiction[modifier | modifier le code]

Certains auteurs de science-fiction ont utilisé l'effet dysgénique comme prémisse pour imaginer des sociétés dystopiques. Dans la nouvelle La Longue Marche des cornichons publiée en 1951, Cyril M. Kornbluth dépeint une société du futur dans laquelle la majorité de l'humanité est constituée d'imbéciles entretenus par une minuscule élite intelligente, mais surmenée. L'auteur explique cette détérioration par une fécondité trop faible des gens à haut QI et une fécondité trop faible des personnes faiblement intelligentes[6].

Le film Idiocracy, sorti au cinéma en 2006, propose une fiction quasi identique[7]. Dans sa critique négative de ces deux de œuvres de fiction, Paul Z. Meyers met l'accent sur le fait que la logique des auteurs est apparentée à l'eugénisme et à ses excès, et qu'il n'existe pas de sous-populations humaines avec des potentiels différents pour l'intelligence : les imbéciles n'engendrent pas nécessairement des imbéciles et l'élite intellectuelle n'a pas de garantie de produire des génies[8].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le terme anglais le plus apparenté, le substantif dysgenics, désigne l'étude de la perpétuation et de l'accumulation des allèles défavorables dans une population[1].
  1. (en) « Medical Definition of DYSGENICS », sur www.merriam-webster.com (consulté le 30 juin 2019).
  2. Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), Tests génétiques : questions scientifiques, médicales et sociétales, Les éditions Inserm, , 392 p. (ISBN 9782855988702, lire en ligne), p. 336.
  3. Josué Feingold, directeur de l'unité INSERM 155, Génétique et maîtrise de la procréation.
  4. René Frydman, Dieu, la médecine et l'embryon, p. 139 (lire en ligne)
  5. J-L Serre, Génétique des populations, 2006.
  6. (en) Peggy Kolm, « Marching Morons and the Inheritance of Intelligence », sur Biology in Science Ficiton, (consulté le 2 juillet 2019).
  7. (en) Idiocracy (lire en ligne).
  8. (en) « There are no marching morons », sur scienceblogs.com (consulté le 2 juillet 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]