Edrioasteroidea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Edrioasteroidea forment un groupe d'échinodermes du Paléozoïque, connus uniquement sous forme fossiles.

Description et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les Edrioasteroidea se présentent sous la forme de petits disques arrondis parcourus par cinq zones ambulacraires en forme d'étoile aux branches généralement recourbées en spirale, et convergeant vers la bouche centrale. L'anus, triangulaire, était disposé non loin de la bouche (comme souvent chez les échinodermes sessiles). Leur corps était composé de plaques calcaires imbriquées, de structure stéréomique. Bien que pouvant ressembler à des astérozoaires, les édrioastéroïdes étaient en réalité probablement des organismes sessiles, probablement attachés au substrat par une courte tige calcaire [1]


Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

On sait encore peu de choses sur la biologie de ce groupe. Leur mode de vie était sessile, mais ils ont souvent été retrouvés à la surface d'animaux vagiles (notamment des trilobites) : ce mode de vie épibiotique était peut-être une sorte de commensalisme.

Registre fossile[modifier | modifier le code]

Les fossiles classées dans ce groupe apparaissent durant le Cambrien (-516 millions d'années), et disparaissent au milieu du Permien (-272 Ma)[2].

Phylogénie[modifier | modifier le code]

Les fossiles d'edrioasteroidea se différencient les uns des autres par les formes arborées par les ambulacres, ainsi que les éventuelles ornementations et la disposition des plaques.

Les mystérieux fossiles précambriens appelés Tribrachidium et surtout Arkarua sont parfois considérés comme des formes ancestrales des Edrioasteroidea, mais l'absence de stéréome sur ces fossiles rend cette classification très controversée[3].


Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) « The Edrioasteroidea », sur le site de l'université de Berkeley (consulté le 18 décembre 2013)
  2. Fossilworks Paleobiology Database, consulté le 20 décembre 2013
  3. (en) Christopher Taylor, « Arkarua: All That is Pentaradial is Not Echinoderm », sur Palaeos (consulté le 17 décembre 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) CD Sumrall, « Thecal designs in isorophinid edrioasteroids », Lethaia, vol. 26, no 4,‎ 1993, p. 289-302 (DOI 10.1111/j.1502-3931.1993.tb01534.x).
  • (en) CD Sumrall, « Late Paleozoic edrioasteroids (Echinodermata) from the North American Midcontinent », Journal of Paleontology, vol. 70, no 6,‎ 1996, p. 969-985.

Liens externes[modifier | modifier le code]