Stylophora (homalozoa)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur les redirections « Stylophore (échinoderme) » redirige ici. Pour les autres significations, voir Stylophore (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la classe d'échinodermes (éteinte). Pour le genre de cnidaires (actuel), voir Stylophora.

Les Stylophora forment un groupe d'échinodermes du Paléozoïque, connus uniquement sous forme fossile, attribué au morpho-groupe des carpoïdes, ou Homalozoaires.

Description et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Fossile de Corthurnocystis, un Cornuta.

Il s'agit d'un groupe à l'allure très étonnante et encore imparfaitement comprise : on distingue un corps principal protégé par un squelette constitué de plaques dures soudées, et d'où émerge un unique bras (aulacophore), probablement utilisé pour capter de la nourriture, mais longtemps interprété comme une queue[1],[2].

Ces animaux partagent la plupart des caractéristiques des échinodermes, mis à part le plan d'organisation : celui-ci est clairement bilatérien et non pentaradiaire, ce qui a parfois fait ranger ce groupe parmi les premiers chordés. Cependant, les études les plus récentes confirment l'appartenance de ces animaux aux échinodermes, et le fait que l'aulacophore est bien un organe buccal[1],[2].

Phylogénie[modifier | modifier le code]

La position phylogénétique et la composition de ce groupe sont encore à l'étude.

Selon BioLib (27 décembre 2017)[3] :


Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bertrand Lefebvre et al., « Exceptionally preserved soft parts in fossils from the Lower Ordovician of Morocco clarify stylophoran affinities within basal deuterostomes », Geobios,‎ (DOI 10.1016/j.geobios.2018.11.001, lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ces fossiles étranges sont cousins des oursins », sur CNRS (consulté le 10 février 2019).
  2. a et b (en) Bertrand Lefebvre, Thomas E.Guensburg, Emmanuel L. O. Martin, Rich Mooi, Elise Nardin et al., « Exceptionally preserved soft parts in fossils from the Lower Ordovician of Morocco clarify stylophoran affinities within basal deuterostomes », Geobios, vol. 52,‎ , p. 27-36 (DOI 10.1016/j.geobios.2018.11.001, lire en ligne).
  3. BioLib, consulté le 27 décembre 2017