Doubeurre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courges « doubeurre »

La doubeurre est une variété de courge musquée, une plante de la famille des cucurbitacées.

Le nom français évoque le goût de cette courge, en particulier le velouté que sa texture permet d'obtenir en cuisine. Le nom anglais « butternut » est également employé.

Culture (en Europe)[modifier | modifier le code]

Semis[modifier | modifier le code]

La doubeurre craignant le gel, elle se sème de mars à mai.

Ses graines sont longues de 0,5 à 2 centimètres, et de forme oblongue, à peu près moitié moins large que longue.

La doubeurre se plante après les dernières gelées, car elle craint le gel. Pour gagner sur le temps de croissance, le plus efficace est de semer des graines – dès mars – sous abri ou en intérieur, par exemple dans des petits pots de tourbe, que l'on plante ensuite en pleine terre – lorsque les courges ont fait deux à quatre feuilles.

Développement[modifier | modifier le code]

C'est une variété coureuse.

Entretien[modifier | modifier le code]

La doubeurre demande un arrosage régulier (tous les jours quand le temps est chaud et sec) et un apport important en humus, si on souhaite obtenir de grosses courges. Pour être sûr que chaque fleur femelle est fécondée et va donner un fruit — car il ne vient qu'un nombre limité de fleurs femelles que le jardinier attend impatiemment —, on peut prendre le temps de déposer à la main — au lieu d'attendre que les insectes comme les abeilles le fassent — le pollen des fleurs mâles sur le pistil des fleurs femelles. Il est préférable de croiser les plants.

Les fleurs femelles se reconnaissent aisément à la présence d'un bébé fruit à leur base, qui a déjà la forme de la courge, alors que les fleurs mâles n'en portent pas et se forment au bout d'une tige longue de 6 à 12 centimètres.

Une fois qu'une fleur femelle a été fécondée, la croissance du fruit est très rapide, ce qui est assez impressionnant dans le cas des grosses courges. C'est lors de ces phases-là en particulier que la plante ne doit manquer ni d'eau ni d'humus. Il faut prendre soin d'enlever la fleur du fruit dès qu'elle se détache facilement. Normalement, la fleur tombe d'elle-même, mais si le temps est humide et que des herbes maintiennent la fleur en place, elle peut provoquer le pourrissement du fruit à sa base, et la courge sera perdue.

La doubeurre craint l'oïdium qui forme des taches blanches sur les feuilles et les fait sécher. L'oïdium ne s'attaque pas aux fruits, mais quand toutes les feuilles sont sèches, les fruits ne peuvent plus grandir ni mûrir. En France, l'oïdium apparaît au mois d'août à l'occasion de pluie. La plante y résiste d'autant mieux que le sol est riche. On peut soufrer les feuilles en juillet, mais le succès n'est pas garanti. Les feuilles atteintes doivent être enlevées pour ne pas contaminer les autres, et brûlées pour ne pas contaminer la terre ou votre tas de compost. Consultez l'article sur l'oïdium pour avoir une description des moyens de lutte contre cette maladie des plantes.

Récolte[modifier | modifier le code]

Les fruits se récoltent de septembre à octobre (dans la moitié sud de la France).

Les fruits sont mûrs lorsqu'ils sont passés du vert à une belle couleur beige, et que le pédoncule a viré au beige foncé ou au brun. Ils peuvent alors être récoltés, en coupant la tige au sécateur, en laissant un morceau de pédoncule – sinon, le fruit se conservera moins bien. Il est conseillé de les laisser sur la plante tant que le pédoncule est vert. Lorsque ce dernier est passé au beige foncé ou au brun, on peut récolter le fruit. On peut ainsi attendre quelques semaines, voire un mois ou deux, en les laissant sur la plante, où ils continueront à être alimentés, plutôt que d'être entreposés dans un garage. Toutefois, il est essentiel de garder les fruits bien au sec, par exemple en glissant un morceau de tuile ou un peu de paille pour les éloigner du sol et les préserver de l'humidité des pluies. La peau des fruits de la doubeurre est assez robuste aux agressions, et se cicatrisera même après avoir été attaquée par des insectes (mais peu s'y intéressent). Il est également préférable de les récolter dès que la température descend en dessous de 10 degrés Celsius, pour ne pas risquer de geler les fruits.

Consommation[modifier | modifier le code]

Courge doubeurre en gratin.

Plusieurs parties de la plante sont comestibles :

  • la fleur, dont les pétales peuvent se manger crus, et ont un goût très fin. Ils sont du plus bel effet dans une salade. La fleur complète peut se manger farcie de viande par exemple. Il est préférable de manger les fleurs mâles (après avoir utilisé leur pollen pour féconder les fleurs femelles) et de laisser les fleurs femelles développer leur fruit ;
  • les graines, une fois décortiquées, peuvent se manger grillées et légèrement salées, à l'apéritif par exemple. On peut aussi les acheter déjà écossées, pour les utiliser en salade. Elles sont riches en zinc ;
  • le fruit, qu'on appelle aussi la doubeurre. Arrivé à maturité, il peut se manger cru comme une carotte, bien qu'il soit très légèrement âcre, mais plus goûteux. Sa chair ferme permet de le cuisiner comme une pomme de terre, c'est-à-dire d'un nombre infini de façons. Une recette habituelle est la soupe, la doubeurre apportant une texture veloutée lors du mixage électrique que ne donnent pas d'autres courges comme les potirons, par exemple. On peut aussi la cuisiner au four en gratin, ou en faire des gâteaux, comme avec les carottes[1].

Conservation des fruits[modifier | modifier le code]

La doubeurre possède une peau beige, dure bien que peu épaisse (0,5 à 1,5 millimètre), qui lui assure une longue conservation, de 6 à 10 mois, dans un endroit sec et frais. C'est donc un légume très pratique. On le cultive de mars à septembre, et on le déguste de septembre à juin.

Comme pour tous les fruits et légumes à longue conservation, la doubeurre se conserve dans un endroit sec et frais, et doit être surveillée régulièrement pour vérifier que la peau reste bien ferme, en particulier près du pédoncule, et en bas (à l'ancien emplacement de la fleur). Tout ramollissement indique un pourrissement, et il faut alors consommer la courge rapidement. La chair de la doubeurre étant ferme, le pourrissement est lent, et il est souvent possible de récupérer une bonne partie du fruit pour le manger.

Source[modifier | modifier le code]

  • William Wheeler, La Citrouille, Editions du Chêne, Hachette-Livre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Exemple de gâteau à la doubeurre. [1]