Potimarron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cucurbita maxima

Les potimarrons sont un groupe de cultivars eurasiatiques du potiron, une plante d'origine mésoaméricaine arrivée dans l'Ancien Monde lors de l'échange colombien. Ils auraient été introduits au Japon par des navigateurs portugais, et malgré leur implantation actuelle dans la gastronomie française, ils n'auraient gagné l'Europe depuis le Japon que tardivement[1] (une famille japonaise aurait apporté ce légume en France en 1957 seulement). Ces premiers potimarrons, appelés alors « potiron doux de Hokkaido » se sont rapidement et largement diffusés dans la jardins d'Europe. C'est à partir de ce dernier que se développe la variété appelée « Potimarron français » qui est aujourd'hui une des plus cultivées dans les jardins potagers avec les variétés japonaises « Uchiki kuri », « Akaguri » et « Red kuri ».

Comme les potirons, les potimarrons peuvent être consommés en potage, au four avec de l'ail, frits, en tourte ou en purée. À la différence du potiron classique, il n'est pas nécessaire de retirer la peau du potimarron avant la cuisson. Il peut aussi être consommé cru. Les graines peuvent être conservées et grillées pour l'apéritif[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les potimarrons sont à l'origine une catégorie de Kuri kabocha ("potiron marron" en japonais) créée au Japon à partir des Seiyo kabocha (courge Buttercup). Au Japon, on trouve des Kuri kabocha de nombreuses couleurs (bleu, noir, gris, blanc, rouge et orange). Certaines ont une forme plus ronde mais toutes ont une saveur très proche de notre potimarron. Parmi celles-ci, on trouve notamment la 'Delica' ('Ebisu)' ou la 'Chestnut', particulièrement appréciée des gastronomes.

Comme toutes les Cucurbita maxima (ainsi que les autres courges : Cucurbita pepo, Cucurbita moschata et Cucurbita mixta), il est d'origine américaine (le centre maximal de diversité des C.maxima se trouve dans les Andes[3], mais des recherches récentes proposent plutôt une origine mésoaméricaine[4]) et n'a donc été introduit dans l’Ancien monde qu'après la découverte des Amériques par Christophe Colomb en 1492.

En l'occurrence, les kabocha (dont fait partie le potimarron) auraient été introduits au Japon par des navigateurs portugais en 1541, qui l'auraient amené avec eux à partir du Cambodge. Une autre hypothèse suggère que les Japonais auraient créé les kabocha à partir de courges qui viendraient de Chine[5].

Il fait partie des variétés sélectionnées en Extrême-Orient depuis plusieurs siècles, en particulier sur l'île septentrionale de Hokkaido au Japon.

Son importation française est plus récente, elle a été un grand succès.

Les variétés portant le nom commercial de « potimarron » sont notamment : 'Uchiki kuri', 'Akaguri', 'Red kuri', 'Potimarron français'… Elles ont un aspect semblable : une forme de toupie rouge ou orange, de un à trois kilogrammes. Elles ont toutes une saveur douce, un goût prononcé de marron et une chair épaisse et particulièrement crémeuse.

Description[modifier | modifier le code]

De la famille des Cucurbitacées, c'est une variété de l'espèce Cucurbita maxima. Son fruit a une forme de poire (piriforme) ou de toupie.

Sa couleur est rouge à rouge brique ou même rose, bronze ou vert par mutation.

Sa chair est jaune et farineuse, et il a la saveur de la purée de châtaignes.

C'est une variété rampante et ses tiges peuvent mesurer jusqu'à trois mètres de long et portent de nombreux fruits pesant entre deux et trois kilogrammes.

Valeur nutritive[modifier | modifier le code]

Ambercup squash cut in two.jpg

Le potimarron est très riche en provitamine A et en oligo-éléments (phosphore, calcium, magnésium, fer, potassium, silicium, sodium…), en acides aminés, en acides gras insaturés, en amidon, en sucres naturels et en carotène.

Plus le fruit est conservé dans une cave sèche, plus ses teneurs en vitamines et en sucres augmentent.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Birlouez, Petite et grande histoire des légumes, Quæ, coll. « Carnets de sciences », , 175 p. (ISBN 978-2-7592-3196-6, présentation en ligne), Ces légumes que nous devons au Nouveau Monde, « Citrouilles, potirons et autres courges », p. 131-137.
  2. « Tout savoir sur le potimarron », sur Détente Jardin, (consulté le 12 octobre 2020)
  3. Bruno Defay, Trésors de courges et de potirons, Terre Vivante, 2004 (ISBN 2904082-47-6).
  4. (en) The Initial Domestication of Cucurbita pepo in the Americas 10,000 Years Ago.
  5. Voir la version anglophone de l'article Kabocha.

Sur les autres projets Wikimedia :