Dommartin-le-Coq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dommartin et Coq (homonymie).

Dommartin-le-Coq
Dommartin-le-Coq
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Arcis-sur-Aube
Intercommunalité Communauté de communes d'Arcis, Mailly, Ramerupt
Maire
Mandat
Patrick Brodard
2014-2020
Code postal 10240
Code commune 10127
Démographie
Population
municipale
65 hab. (2016 en augmentation de 4,84 % par rapport à 2011)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 05″ nord, 4° 21′ 28″ est
Altitude Min. 98 m
Max. 162 m
Superficie 6,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Dommartin-le-Coq

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Dommartin-le-Coq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dommartin-le-Coq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dommartin-le-Coq

Dommartin-le-Coq est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au cadastre de 1836 : Le Bac, la Fontaine-au-Prètre, Luxembourg, Molton, Ste-Thuise.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les premières mentions sont Domus, Domus Martinus et l'adjonction de le-coq apparaît sur la carte de Cassini.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fief relevait de la châtellenie de Rosnay, elle relevait de Dampierre au XIVe siècle et devenait alors arrière fief de Rosnay.
En 1789, le village relevait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection de Bar-sur-Aube et du bailliage de Chaumont. Elle fit partie du canton de Chalette après la Révolution jusqu'au 29 novembre 1790, puis de celui d'Aulnay jusqu'en l'An IX.

Sainte-Thuise[modifier | modifier le code]

Ancien hameau connu dès le XIe siècle qui doit son nom à Théodosie de Tyr . Elle fut, jusqu'au XVIIIe siècle administré successivement par Jasseines et Dommartin. Le hameau fut rattaché à Jasseines du 27 janvier 1791 à 1792.
Dès 1178 il est fait mention d'une cella qui appartenait à l'Abbaye de Montiéramey, il y avait aussi une église et il fut érigé un prieuré.
Les prieurs :

  • 1366 : Itier de Villetard,
  • 1380 : Pierre de Cluimont(?),
  • 1402: Jacques Laurent,

...

  • 1767 à 1782 : Armand Dieudonné Baizé,
  • 1781 à 89 : N. Planchette de Piégegon.

Le hameau de Sainte Thuise a 12 hab. au 01/2014 ; Le Bac est au finage de ste-Thuise.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean Guyot    
mars 2008 mars 2014 Bernard Mauclaire[1]    
mars 2014 En cours Patrick Brodard DVG Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2016, la commune comptait 65 habitants[Note 1], en augmentation de 4,84 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
140189186193177193177175188
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
198174175168173152135124117
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
11211412211911010511110898
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1028871657160646565
2013 2016 - - - - - - -
6765-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église, sous le vocable de st Martin était une succursale de la paroisse de Jasseines. Citée dés le XIe siècle, elle était à l'abbaye de Montier-en-Der, elle passait à celle de Montièramey en 1117. Si l'église est pour majeure partie du XVIe siècle, la partie occidentale de la nef est du XVIIe siècle. Une pierre tumulaire du XIIIe siècle fut trouvée en son cimetière[6]. Elle possède comme statue :

  • Une Vierge à l'Enfant et à l'oiseau[7] en calcaire polychrome du XVe siècle,
  • Une statue de ste-Thuise[8] en calcaire polychrome et doré du XVIe siècle,

Un buste reliquaire de ste-Thuise[9] en chêne du XVIe siècle(?).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :