Coclois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Coclois
Coclois
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Arcis-sur-Aube
Intercommunalité Communauté de communes d'Arcis, Mailly, Ramerupt
Maire
Mandat
Patrick Maufroy
2014-2020
Code postal 10240
Code commune 10101
Démographie
Population
municipale
177 hab. (2016 en diminution de 5,35 % par rapport à 2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 24″ nord, 4° 20′ 18″ est
Superficie 6,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Coclois

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Coclois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coclois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coclois

Coclois est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par l'Auzon (affluent de l'Aube), la D5 et la D441. La commune est baignée par l'Aube (rivière).

Topographie[modifier | modifier le code]

Le cadastre de 1837 cite le Gros-Gagnage, le Moulin-à-Vent et Marolle comme lieux-dits.

Coclois serait une forme dérivée du latin cortis pour cour d'un établissement [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les traces d'un pont sur l'Aube montre que la voie romaine passait là. Coclois est cité sur un diplôme de Charles le Chauve entre 840 et 854 qui confirmait les possessions de l'Abbaye Saint-Pierre de Montier-la-Celle. Pierre, comte de Dammartin faisait, entre 1089 et 1125 don de terres de Coclois à l'abbaye de Molesme La seigneurie relevait de Ramerupt, passait en 1441 au comte de Bar-le-Duc, puis en 1633 à Gabriel des Réaulx pour 12 000 livres. Il était maître d'hôtel ordinaire du roi, baron de Lirey.

Parc et château.

Il y a un château et son parc qui appartenait, jusqu'à la Révolution à la famille des Réaulx. Le seigneur, Anne-François prévoyait de bâtir un nouveau château, projet qui ne se fit pas, à cause de la Révolution. De nos jours, bien que le nom de des Réaulx ait disparu à jamais, il existe bel et bien des descendants, qui habitent actuellement le Château.Le dernier marquis des Réaulx fut François marquis des Réaulx, dont le domaine appartient actuellement à son petit-fils Jean comte Rougane de Chanteloup. En 1789, le village dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection de Troyes et du bailliage de Chaumont.

Marolle[modifier | modifier le code]

Dit aussi Le Gros-Gagnage fut un fief érigé en 1596 pour Pierre de Marolle, gruyer et maître d'hôtel de François de Luxembourg, abbé de Hautefontaine. Guillemette Bouvot, veuve de Pierre en héritait puis sa fille Guillemettɛ [2], épouse de Gabriel de Réaulx.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Coclois a été chef-lieu de canton entre 1790 et l'An IX.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Patrick Maufroy[3] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes de la Région de Ramerupt.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 177 habitants[Note 1], en diminution de 5,35 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
273279257283325304302302306
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
315293308273295264272264257
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
241223210194172185170173184
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
158125127122123143181187177
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Maurice de Coclois classée. Château de Coclois

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France : leur origine, leur signification, leurs transformations : résumé des conférences de toponomastique générale faites à l’École pratique des hautes études, section des sciences historiques et philologiques, publié par Paul Marichal et Léon Mirot, préface de Jacques Chaurand, Éditions Honoré Champion, Paris, 1999, 937.
  2. Archives nationales, P 215 2 ; n°38.
  3. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :