Domaine de Maison Rouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Domaine de Maison Rouge
Domaine-de-Maison-Rouge.JPG
Vue du bâtiment principal, en ruine, du domaine de Maison Rouge
Présentation
Type
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Chemin Maison-RougeVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de La Réunion
voir sur la carte de La Réunion
Red pog.svg

Le domaine de Maison Rouge est un grand domaine de l'île de La Réunion, département d'outre-mer français dans le sud-ouest de l'océan Indien. Situé à Maison Rouge sur le territoire communal de Saint-Louis, il est classé Monument historique depuis le [1],[2]. Il abrite depuis quelques années le Musée des arts décoratifs de l'océan Indien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Le domaine de Maison Rouge a été édifié au XVIIIe siècle par la famille Desforges-Boucher qui est à l'origine de la composition générale des bâtiments autour d'une grande cour. La première concession date de 1725.

Maison Rouge fait partie de l'histoire de la colonisation et de l'aménagement de l'île. De 1823 à 1867, les Nairac, puis les Murat, ont contribué à la mise en sucre des terres de Maison Rouge. En 1834-1835 a lieu la création d'une sucrerie qui cessera de fonctionner vers 1896.

Au XIXe siècle, Dominique Edvin Hoarau, planteur originaire de Saint-Louis (La Réunion), augmente les terres du domaine qui passent de 300 à 500 ha ; il complète les constructions de la maison maître par la réalisation d'une salle à manger à l'ouest du bâtiment et d'un pavillon d'hôtes à l'est, ce qui donne la figuration définitive à Maison Rouge.

En 1917, Inard fait don de la propriété à sa fille Fernande (1887-1971), épouse de Léonus Bénard (1882-1952), don qui ne sera jamais intégré à la gestion des propriétés Bénard dans le sud de l'île, ce qui donne la création d'une Société Civile de Maison Rouge.

Évolution contemporaine[modifier | modifier le code]

Le 29 octobre 1982, la Société Civile cède la partie haute du domaine qui représente 348 ha à la SAFER qui rétrocèdera par lot à d'anciens colons ou petits propriétaires.

Le 21 décembre 1981, la partie basse est vendue à la commune de Saint-Louis, qui l'inscrit au P.O.S en espace boisé classé.

Le 22 juin 1987, la municipalité de Saint-Louis fait la demande du classement du domaine au titre des Monuments Historiques, de la maison maître et du parc.

Le 28 juillet 1987, la C.O.R.E.P.H.A.E accepte le classement de la maison et ses dépendances ainsi que le verger.

Le 5 mai 2004, le Domaine de Maison Rouge est classé en totalité au titre des monuments historiques.

Depuis le 20 décembre 2008, le bâtiment des anciennes écuries abrite le Musée des arts décoratifs de l'océan Indien, dit le MADOI.

La villa en ruine a été retenue sur la liste finale du premier Loto du patrimoine qui a eu lieu le 14 septembre 2018 au moment des Journées européennes du Patrimoine[3].

Organisation spatiale[modifier | modifier le code]

Le domaine est l'un des derniers ensembles intégraux existant sur l'île, comprenant la maison maître, ses dépendances domestiques, le parc, les bâtiments agricoles, l'argamasse (aire de séchage de café) et le village.

La maison maître est du style néo-classique fin du XVIIIe siècle et début du XIXe siècle, l'extension date du dernier et du 1er tiers du XXe siècle (salle à manger, maison des hôtes).

Cet ensemble se présente comme un système d'espace cohérent et compact, organisé autour de la vie d'une exploitation.

L'existence d'un système de collecte des eaux est attesté par la présence d'un vivier, d'une grande citerne vide aujourd'hui, d'un petit bassin ornemental et d'un vaste bassin abreuvoir, qui sont regroupés autour d'un ample espace divisé en trois terrasses.

Sur la terrasse médiane, on trouve les argamastes, les bâtiments agricoles, le village "la Kour", reconstruit par la collectivité saint-louisienne sur l'implantation de l'ancien village des engagés.

En dessous des bâtiments d'exploitation, en contrebas, une chapelle vouée au culte indien a été construite sur l'emplacement de celle édifiée en 1852 par Gabriel Le Coat de Kerveguen.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

L'intrigue de cette série de bande dessinée se déroule dans le domaine, au début du XXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Notice no PA00105825, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. (fr) « Liste des monuments historiques de La Réunion », Direction régionale des affaires culturelles de La Réunion, .
  3. « Un loto à 13 millions d'euros pour sauver le patrimoine : La Maison rouge de Saint-Louis figure sur la liste des monuments en péril », Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]