Villa Viardot (Bougival)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Villa Viardot
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Destination initiale
villa
Style
Architecte
inconnu
Matériau
meulière
Construction
Propriétaire
Patrimonialité
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Yvelines
voir sur la carte des Yvelines
Red pog.svg

La Villa Viardot est un hôtel particulier de Bougival de 1830 situé dans la propriété des Frênes, qui comporte par ailleurs un chalet dit datcha de Tourgueniev, transformé en musée en 1983[1],[2]. La villa est une des plus anciennes demeures de la ville[3].

Historique[modifier | modifier le code]

La villa est édifiée sur un terrain acheté par un parfumeur en gros parisien, Alexandre Bourdonné. Elle a ensuite été revendue à un médecin renommé, le docteur Pierre Ségalas en 1844. La villa est achetée en 1874 au deux-tiers par Ivan Tourgueniev qui en avait l'usufruit, l'autre tiers étant payé par Louis et Pauline Viardot[4],[5], avec lesquels Tourgueniev entretenait respectivement une profonde et durable amitié. La propriété prend alors la dénomination « Les Frênes »[6].

Elle a été un lieu de réception très couru par de nombreux artistes lorsque Pauline Viardot y tenait salon[4]. S'y sont notamment rendus : Charles Gounod, Camille Saint-Saëns, Gabriel Fauré, Gustave Flaubert, Charles Dickens, Henry James, George Sand, Eugène Delacroix... La cantatrice y réside jusqu'en 1883, date de la mort de son mari Louis Viardot[7].

L'actrice Gaby Morlay y a vécu pendant les années 1950[4].

Un centre culturel international[modifier | modifier le code]

La commune de La Celle-Saint-Cloud rachète la propriété des Frênes en 1978 dans l'objectif d'y construire un terrain de football, mais y renonce en raison de l'obstination de l'Association des Amis d'Ivan Tourguéniev, Pauline Viardot et Maria Malibran (ATVM), qui s'oppose à la destruction. En 1980, la villa Viardot est inscrite à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques et donc protégée de la démolition[8],[9].

Alexandre Zviguilsky accueille de jeunes peintres russes venues de Moscou à la Villa Viardot, le 15 septembre 2018.

En 2017, la commune de La Celle-Saint-Cloud trouve un accord avec la commune de Bougival, à qui elle envisage de louer le domaine par un bail emphytéotique d'au moins vingt-cinq ans, à charge pour elle de réunir les 3 millions d'euros de financements nécessaires à la rénovation de la villa Viardot, avec la participation active de la fondation du patrimoine[10].

Jorge Chaminé restauration Villa Viardot Bougival
Jorge Chaminé, baryton et président-fondateur du Centre européen de musique devant la Villa Viardot en restauration (29 juillet 2021).

Sauvegarde et restauration de la villa Viardot[modifier | modifier le code]

Le baryton Jorge Chaminé, qui découvre le domaine au début des années 2000[11], est à l'origine d'un nouveau projet de sauvegarde et de restauration de la Villa Viardot[12]. La villa est un des 18 sites sélectionné pour être bénéficiaire du Loto du patrimoine qui se déroule le 15 septembre 2018.

Le site, à l'abandon depuis 2014, reçoit également des financements de la fondation Total, de la Direction régionale Des Affaires culturelles (DRAC) et d'un appel à la générosité publique. Le chantier de restauration est officiellement lancé en novembre 2019[13],[14]. La villa Viardot devrait à terme intégrer le projet de Centre européen de musique[15].

Statut[modifier | modifier le code]

La villa est inscrite à l'inventaire général du patrimoine culturel en 1980[16].

Elle est retenue pour bénéficier du loto du patrimoine en [17],[18].

Inscription au titre des monuments historiques de la Villa Viardot en mars 2020 et de son parc[19] en raison de la présence de fresques néo-pompéiennes au rez-de-chaussée de la demeure[7].

Style[modifier | modifier le code]

La villa est de style néo-classique, teintée de touches palladiennes[4].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

De 1977 à 2016, l'Association des Amis d'Ivan Tourguéniev, Pauline Viardot et Maria Malibran (ATVM) organise dans la villa Viardot plusieurs manifestations culturelles[20]. L'association les Amis de Georges Bizet, puis le Centre européen de musique, organisent à partir des années 2000 plusieurs manifestations et un festival à la Villa Viardot[21].

  • 1981 : Tourguéniev et la France, Congrès International de Bougival, organisé par Jean Bruneau et Alexandre Zviguilsky
  • 1983 : Tourguéniev et l'Europe, Congrès du Centenaire, 1883-1983, organisé par Alexandre Zviguilsky
  • 1990 : Tourguéniev et Saltykov-Chtchédrine, Table ronde du Centeniare de la mort de Mikhaïl Saltykov-Chtchédrine 1889-1989, organisé par Alexandre Zviguilsky
  • 1999 : Deux maîtres de Tourguéniev : Goethe et Pouchkine, poètes de l'amour, Colloque international, organisé par Alexandre Zviguilsky
  • 2001 : Exposition De Carmen à Bizet à la Villa Viardot en juin, organisée par l'association les Amis de Georges Bizet.
  • 2002 : Victor Hugo, Ivan Tourguéniev et les droits de l'Homme, Colloque international, organisé par Alexandre Zviguilsky
  • 2008 : création du Festival de Bougival et des Coteaux de Seine par l'association des Amis de Georges Bizet dont l'épicentre est la Villa Viardot.
  • Entre 2008 et 2014, plusieurs master classes dirigée par Teresa Berganza sont organisées par les Amis de Georges Bizet, le Centre européen de musique et dans le cadre du Festival de Bougival et des Coteaux de Seine.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La datcha de Tourgueniev en péril », sur lemonde.fr,
  2. « Musée européen Ivan Tourguéniev - Bougival », sur Office de tourisme de Bougival, (consulté le ).
  3. « Villa Viardot », sur Bougival, (consulté le )
  4. a b c et d « Musée et maisons remarquables : Villa Viardot », sur tourisme-bougival.com (consulté le )
  5. (Barbara Kendall-Davies 2014, p. 229)
  6. « Les amis de Bizet », sur www.lesamisdebizet.com (consulté le )
  7. a et b Le Point magazine, « Loto du patrimoine: la villa Viardot à Bougival, coeur du futur Centre européen de musique », sur Le Point, (consulté le )
  8. Jean-Pierre THIBAUDAT, « La datcha Tourgueniev en suspens », Libération,‎ (lire en ligne)
  9. Baudouin Eschapasse et Pauline Tissot, « Il faut sauver la propriété de Tourgueniev », Le Point,‎ (lire en ligne)
  10. Baudouin Eschapasse et Pauline Tissot, « Il faut sauver la propriété de Tourgueniev », sur lepoint.fr,
  11. Par Maxime Fieschi Le 29 octobre 2019 à 19h16, « Bougival : villa Viardot, en avant la musique ! », sur leparisien.fr, (consulté le )
  12. « Jorge Chaminé, le «M. Patrimoine» de l'opéra français », sur LEFIGARO (consulté le )
  13. « À Bougival, la Villa Viardot attend sa renaissance grâce au Loto du patrimoine », sur Challenges (consulté le )
  14. « Bourgival : la villa Viardot fait peau neuve », sur Les Echos, (consulté le )
  15. Le Point magazine, « Loto du patrimoine: la villa Viardot à Bougival, coeur du futur Centre européen de musique », sur Le Point, (consulté le )
  16. « Villa de Pauline Viardot », notice no IA00051763
  17. « Le Figaro dévoile la liste des monuments retenus pour bénéficier du loto du patrimoine », sur lefigaro.fr,
  18. « Loto du patrimoine : la Villa Viardot », Figaro Live,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « La Villa Viardot à Bougival | Faire un don », sur www.fondation-patrimoine.org (consulté le )
  20. « Activités 2016 -1977 », sur Le Musée Européen Ivan Tourguéniev
  21. « Les amis de Bizet », sur www.lesamisdebizet.com (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Barbara Kendall-Davies, The Life and Work of Pauline Viardot Garcia : The Years of Grace, Cambridge Scholars Publishing, (lire en ligne), p. Chapître 17 - Les Frênes.
  • Alexandre Zviguilsky, « L'association des amis d'Ivan Tourguéniev, Pauline Viardot et maria Malibran, et le musée Ivan Touguéniev à Bougival. Bilan et perspectives », Revue des études slaves, vol. 55, no 1,‎ , p. 251-254 (lire en ligne).
  • Orlando Figes, The Europeans. Three lives of the Making of a cosmopolitan culture, Penguin Books, 552 p, Londres, 2019 lire en ligne