Pont du Moulin (Thorame-Haute)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pont du Moulin
Image illustrative de l'article Pont du Moulin (Thorame-Haute)
Géographie
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Commune Thorame-Haute
Coordonnées géographiques 44° 06′ 01″ N, 6° 34′ 10″ E
Fonction
Franchit Verdon
Fonction déclassé, piétonnier
Caractéristiques techniques
Type "à dos d'âne"
Longueur 41 m
Largeur 2,3 m
Hauteur 9 m
Matériau(x) en pierres
Construction
Construction achevé en 1688
Historique
Protection Logo monument historique Classé MH (1977)

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Pont du Moulin

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

(Voir situation sur carte : Alpes-de-Haute-Provence)
Pont du Moulin

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont du Moulin

Le Pont du Moulin est un pont sur le Verdon bâti dans la deuxième moitié du XVIIe siècle sur la commune Thorame-Haute (Alpes-de-Haute-Provence). Il classé monument historique par arrêté du 25 mars 1977[1]. Construit sur deux arches très inégales de 17 et 9 mètres, pour une longueur totale de 41 mètres, sa hauteur varie d'environ 2.8 m pour la petite arche à 9 m pour la grande.

Ce pont présente un intérêt architectural qui lui a valu de figurer sur de nombreuses illustrations et cartes postales[2]. Raymond Collier note qu'il est exceptionnel pour l’époque de sa construction.

Aujourd'hui le pont est dans un état pour partie dégradée, mais les voûtes sont bien conservées. Il est toutefois dangereux de l'emprunter car sans protection et en partie effondré côté amont. En dépit de son classement, il n'a plus été entretenu depuis longtemps. Il ne dessert aujourd'hui qu'un petit sentier qui permet d'accéder à la montagne de Serpeigier.

Historique[modifier | modifier le code]

Le pont et le moulin en 2010

Il est construit entre 1685 et 1688 par Eustache Ventre, maître maçon du village voisin de Colmars. Il est désaffecté en 1881 avec la construction d’une longue passerelle en bois plus en amont[3] pour raccorder le hameau d'Ondres à la route principale. Sur la rive gauche du pont, une carraire des troupeaux longeait le Verdon, c'était aussi à une époque un chemin principal pour se rendre à Colmars.

Différentes appellations[modifier | modifier le code]

Il est connu sous plusieurs noms. Localement il est souvent appelé improprement "Pont romain", sans qu'il soit possible de dire pour quelle raison. On le trouve aussi sur des cartes postales anciennes sous le nom de pont de Serpeigier (du nom de la montagne à laquelle il donne accès), ou encore pont de la Fabrique, puisque s'y trouve à proximité immédiate un ancien moulin à farine qui fut transformé en scierie puis en fabrique de meubles au XIXe siècle. L'abandon définitif de ces installations date des années 1930. Il est encore appelé ancien pont d'Ondres (Alpes-de-Haute-Provence) en référence au hameau de la commune dont l'accès se faisait par un chemin sur la rive gauche du Verdon aujourd'hui disparu emporté par le Verdon.

Environnement[modifier | modifier le code]

Il tire son nom du moulin presque attenant aux origines probablement antérieures au XVIIe siècle. Un foulon y était également implanté. Il n'en subsiste que des ruines. La route actuelle n'a été ouverte qu'à partir de 1883 et le pont était relié au bourg par un unique chemin que l'on emprunte encore à travers champs en contre-haut.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « ancien pont d'Ondres dit pont du Moulin », notice no PA00080503, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, 1986, p 422
  3. Notice qui lui est consacrée par Guy Barruol : D'une rive à l'autre p 122. Les Monuments historiques le datent du XVIe siècle, par erreur

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Auran, Guy Barruol, Jacqueline Ursch, D'une rive à l'autre. Les ponts de Haute-Provence de l'Antiquité à nos jours, p. 122, Les Alpes de lumière (no 153), Forcalquier, 2006 (ISBN 2-906162-81-7)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]