Discussion:Rue du Pré-de-la-Bataille

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Autres discussions [liste]

Source détournée[modifier le code]

CIDFF 76[modifier le code]

Système rouennais[modifier le code]

Illustrations[modifier le code]

Vers une version antérieure[modifier le code]

Nom du quartier[modifier le code]

« Rue du Pré-de-la-Bataille » proposé comme article de qualité[modifier le code]

Prolongement de la rue[modifier le code]

Référence bombardement[modifier le code]

Établissements industriels[modifier le code]

Dénomination impossible[modifier le code]

Numérotage de la rue[modifier le code]

Traduction Latin → Français[modifier le code]

« Sur » ou « au »[modifier le code]

En suspend[modifier le code]

Bonjour Bonjour,
il existe au minimum trois points en suspend. --Cordialement. 6PO (discuter) 17 avril 2021 à 12:23 (CEST)

Attestation « rue du Champ-de-Foire »[modifier le code]

Quelle est la date à laquelle a été attestée la rue du Champ-de-Foire ? Il est écrit :

« Le est créé, sur une partie, un champ de foire aux boissons dévolu aux marchands de cidres et de poirés[1],[2]. Cet espace est mentionné par le conseil municipal de Rouen le 12 frimaire an X ()[3]. Ce n'est que sur un plan de 1817 qu'une voie dénommée rue du Champ-de-Foire borde sa longueur nord[4]. Il est possible qu'elle existe auparavant, ainsi que l'atteste le cadastre napoléonien ordonné en 1807[5], toutefois pour Rouen, le levé n'est pas daté[6]. Puis ce nom cède la place pour s'inscrire sur une nouvelle voie bordant la largeur nord[7]. »

Références

  1. Patrice Quéréel, « XXe siècle : « Patrimoine populaire » : un oxymore ? », Études normandes, Rouen, L'association Études normandes « 50e année », no 1 « Patrimoine. Tourisme. Développement »,‎ , p. 99 col. 1-2 (ISSN 0014-2158, notice BnF no FRBNF34348599, DOI 10.3406/etnor.2001.1409, lire en ligne, consulté le 6 avril 2021).
  2. H[enri] Geispitz, « Notice sur l'ancien magasin au tabac », Bulletin des amis des monuments rouennais, Rouen, Société des amis des monuments rouennais,‎ , p. 68-69 (ISSN 0337-7113, notice BnF no FRBNF34376617, lire en ligne, consulté le 6 avril 2021).
  3. Ville de Rouen. Conseil municipal, Analyse des procès-verbaux des séances du au  : publiée en exécution de la délibération du , vol. I : 1800-1840, Rouen, (imp. Julien Lecerf), , 479 p., 4 vol. ; in-fol. (notice BnF no FRBNF34143572, lire en ligne), « An X », p. 2 col. 2.
  4. Lafosse (éd. scientifique), J. G. Heliot et Hyacinthe Boutigny (Blondeau graveur), Carte topographique de la ville et des faubourgs de Rouen, levée, dressée et dessinée par MM. J.G. Héliot et Hthe. Boutigny, géomètres-architectes, sous la direction de M. Lafosse, architecte de la ville. Dédiée à Monsieur le maire de Rouen, Paris, Ch. Piquet, , 1 : 10 000 ; 950 × 590 mm (lire en ligne [jpg]), numéro 419 [perpendiculaire à la rive droite de la Seine, en regard de la pointe nord de l'île Le Petit Gay].
  5. Commune de Rouen (Archives départementales de la Seine-Maritime — dépositaire), Plans du cadastre napoléonien (cotes 3P3/3686 et 3P3/3691), Rouen, Commune de Rouen, [loi 1807], 842 p., échelle 1/500 ; 120 × 100 mm (lire en ligne), Rouen, « Section M ou 12 », 2e, 7e feuilles.
  6. André Raulin, Corinne Tuncq (responsable) et Vincent Maroteaux (dir.), 3 P : Fonds du cadastre (répertoire numérique détaillé), Rouen, Archives départementales de la Seine-Maritime, , 402 p. (lire en ligne [PDF]), chap. 3 P 3 (« Plans »), p. 373.
  7. Ville de Rouen. Conseil municipal, Analyse des procès-verbaux des séances du au , vol. I, op. cit. (lire en ligne), « 1833 », p. 319 col. 2.

Rue Martiale[modifier le code]

Quelle est la rue Martiale ? Il est écrit :

« À noter qu'une voie est décrite par le conseil communal mais non dénommée en 1828[1],[N 1]. Il s'avère qu'en 1829 — poursuite de la transaction — elle s'appelle rue Martiale[3]. Il semble qu'il s'agisse au moins d'une partie de ce prolongement[4]. »

Bonjour 6PO Bonjour. Pour aider à la localiser :
  • en 1829, la « rue Martial » est située à l'angle du 74 avenue du Mont-Riboudet[5].
  • En 1836, un acte de vente d'un terrain mentionne qu'il est borné « en totalité par la rue prolongée du Contrat-Social, d'autre côté par la rue du Champ-de-Foire, d'un bout au levant par la place de la Madeleine d'autre bout par la rue Martiale ou du Pré-de-la-Bataille[6] ».
  • Le site rouen-histoire.com indique que la rue Martial serait un ancien nom de la rue du Pré-de-la-Bataille[7] Notification Arnaud.Serander, oublions ce site personnel truffé d'erreurs (ex. rue Prosper-Soyer disparueetc. Cordialement. 6PO (discuter) 18 avril 2021 à 23:28 (CEST)
  • L'Almanach de Rouen et des départements de la Seine-Inférieure et de l'Eure de 1844 mentionne dans la liste des rues la « rue Martial, faubourg Cauchoise », 12e section, 5e justice de paix, 7e  arrondissement de police. Elle n'est pas indiquée sur le plan mis en tête de l'Almanach.
Notification Arnaud.Serander, il serait intéressant de savoir si ce même Almanach mentionne également la rue du Pré-de-la-Bataille. Dans l'affirmative — peut-être même de façon différente — les deux rues sont à distinguer, dans le cas contraire elles ne font qu'une. Cordialement. 6PO (discuter) 19 avril 2021 à 20:56 (CEST)
Notification 6PO, Oui, il mentionne également la rue du Pré-de-la-Bataille (12e section, 5e justice de paix, 7e  arrondissement de police). On ne peut toutefois pas exclure l'hypothèse qu'une portion de la rue du Pré-de-la-Bataille s'appelait rue Martial. La rue du Champ-de-Foire (au nord du Champ de Foire) est mentionnée également. Cordialement. -- Arnaud.Serander (discuter) 19 avril 2021 à 21:23 (CEST)
Notification Arnaud.Serander, l'hypothèse plus que tordue avancée est que ouisque nous sommes face à un « T »
  • la branche verticale est constituée par la « rue du Champ-de-Foire » ;
  • la branche horizontale gauche est constituée par la « rue du Pré-de-la-Bataille » ;
  • la branche horizontale droite est constituée par la « rue du Pré-de-la-Bataille » (prolongement vers la rue du Chouquet + voie privée puisque non totalement acquise puisque problème avec les propriétaires = rue Martial ????)
Bon, ça vaut ce que ça vaut… Cordialement. 6PO (discuter) 19 avril 2021 à 22:37 (CEST)
Cordialement. -- Arnaud.Serander (discuter) 17 avril 2021 à 21:25 (CEST)
Notification Arnaud.Serander en résumé :
  • à l'extrémité sud (première proposition) ou nord (seconde proposition) ? Au vu des autres données, nord semble plus vraisemblable. Ne s'agit-il pas de la rue/impasse prolongeant au nord la rue du Pré-de-la-Bataille jamais nommée sur les plans à disposition ;
  • à noter deux graphies Martial(e) ce qui vraiment éloigne un patronyme.
  • autre hypothèse, mais qui ne convient pas du tout pour un nom de rue : rue Martial et rue du Champ de foire (av. 1833) puis rue du Pré-de-la-Bataille (ap. 1833) ne font qu'un…
--Cordialement. 6PO (discuter) 17 avril 2021 à 22:52 (CEST)
Notification 6POSi elle fait l'angle avec l'avenue du Mont-Riboudet, c'est côté sud. Ce ne peut être la rue Dumont-d'Urville car celle-ci est une voie nouvelle créée en 1884[8]. Cordialement. -- Arnaud.Serander (discuter) 17 avril 2021 à 23:01 (CEST)
Notification Arnaud.Serander, entièrement d'accord : la rue Dumont-d'Urville est retrouvé en pointillés sur une carte de 1883[9] et en traits pleins sur une carte de 1885[10].

Notes

  1. La dénomination rue Martial — non pas rue Martiale — se trouve dans le Journal de Rouen en 1827[2].

Références

  1. Ville de Rouen. Conseil municipal, Analyse des procès-verbaux des séances du au , vol. I, op. cit. (lire en ligne), « 1828 », p. 218 col. 1-2.
  2. « Biens et maisons à vendre ou à louer », Journal de Rouen : et du département de la Seine-Inférieure, Rouen, imp. J. Duval, no 229,‎ , p. 4 col. 1 (ISSN 2430-8242, e-ISSN 2505-1911, notice BnF no FRBNF44432236, lire en ligne [jpg], consulté le 8 mars 2021).
  3. Grillon, « Rapport au conseil [municipal] », Fiche détaillée no 6346 des Archives nationales (cote du rapport : registre F21*2524, dossier no 483, p. 315), sur www.inha.fr, Paris, Institut national d'histoire de l'art, (consulté le 17 mars 2021).
  4. « Publications légales », Journal de Rouen : et du département de la Seine-Inférieure, Rouen, imp. D. Brière, no 278,‎ , p. 4 col. 4 (ISSN 2430-8242, e-ISSN 2505-1911, notice BnF no FRBNF44432236, lire en ligne [jpg], consulté le 8 mars 2021).
  5. « Biens à louer », Journal de Rouen : et du département de la Seine-Inférieure, Rouen, imp. D. Brière, no 73,‎ , p. 3 col. 3 (ISSN 2430-8242, e-ISSN 2505-1911, notice BnF no FRBNF44432236, lire en ligne [jpg], consulté le 17 avril 2021).
  6. « Publications légales », Journal de Rouen : et du département de la Seine-Inférieure, Rouen, imp. D. Brière, no 15,‎ , p. 4 col. 1 (ISSN 2430-8242, e-ISSN 2505-1911, notice BnF no FRBNF44432236, lire en ligne [jpg], consulté le 17 avril 2021).
  7. « PRE-DE-LA-BATAILLE (du) », sur www.rouen-histoire.com (consulté le 18 avril 2021).
  8. « Chronique locale », Journal de Rouen : et du département de la Seine-Inférieure, Rouen, Léon Brière, no 75,‎ , p. 2 col. 5 (ISSN 2430-8242, e-ISSN 2505-1911, notice BnF no FRBNF44432236, lire en ligne [jpg], consulté le 17 avril 2021)
  9. Carte de Rouen en 1883 sur Gallica.
  10. Carte de Rouen en 1885 sur Gallica.

Prolongement sud de la rue du Pré-de-la-Bataille[modifier le code]

À quelle date la rue du Pré-de-la-Bataille a rejoint le quai de Boisguilbert (après 1940 selon une carte visible sur la BNF[1]) ?

Références

Paragraphe qui me laisse perplexe[modifier le code]