Lapierre (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cycles Lapierre
logo de Lapierre (entreprise)

Création 1946

1966 sous la forme actuelle

Dates clés 1946 Fondation
1996 Rachat par Accell Group
Fondateurs Gaston Lapierre
Personnages clés Gaston Lapierre
Jacky Lapierre
Gilles Lapierre
Forme juridique Société par actions simplifiée à associé unique (SASU)
Slogan "Plus qu'une marque, un nom"
Siège social Dijon
Drapeau de France France
Direction Thierry Cornec
Actionnaires Accell Group (100%)
Activité Fabrication de bicyclettes.
Produits Bicyclettes
Cadres
Textiles
Société mère Drapeau des Pays-Bas Accell Group (en)
Filiales Cycles France Loire
Effectif 76 (2016)
95 (2019)
SIREN 016650996
Site web https://www.lapierrebikes.com

Chiffre d'affaires 55 518 000 € (2016)
74 083 500 € (2019)
Résultat net 390 000 € (2016)
-265 800 k€ (2019)

Lapierre est une entreprise française installée à Dijon depuis ses débuts en 1946. Ce fabricant et équipementier cycliste a fondé sa réputation sur la conception de cadres de vélos. Aujourd’hui, l’entreprise évolue et propose désormais une large gamme de vélos : VTT, route, urbain, enfant, etc. Lapierre distribue ses vélos dans un peu plus de 40 pays, avec une production globale atteignant les 100 000 vélos par an[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Lapierre Zesty AM 827

La société est fondée par Gaston Lapierre en 1946 à Dijon, fabricant d'abord des vélomoteurs avant de très rapidement se spécialiser dans la fabrication de bicyclettes[2], profitant de l'essor de l'industrie après-guerre. En 1960, le fils du fondateur, Jacky Lapierre, prend les rennes de la société. L'essor se poursuit et en 1972, l'actuelle usine dijonnaise est bâtie au sud de Dijon, rue Edmond Voisenet[3].

Dans les années 1980, Lapierre se lance dès les débuts du VTT dans la conception de ce nouveau type de vélo et s'impose très vite comme leader français sur ce segment[4]. Lapierre se lance dans le même temps en compétition dès 1988.

En 1993, le groupe néerlandais Accell rachète 33% des parts de l'entreprise, puis la totalité des parts en 1996, les cycles Lapierre actant un rapprochement complet avec le groupe européen. La même année, Gilles Lapierre est nommé PDG de l'entreprise[3].

En 2001, Jérôme Chiotti remporte le championnat de France de VTT à Métabief sur son X-control. C'est la première fois qu'un VTT tout suspendu (fourche : suspension avant et amortisseur : suspension arrière) remporte une compétition importante de cross-country[3].

Le VTT ayant atteint un certain niveau de maturité, Gilles Lapierre souhaite, au début des années 2000, lancer la marque au plus haut niveau du cyclisme sur route. En devenant partenaire de l'équipe Française des Jeux en 2002, Lapierre s'offre une nouvelle visibilité avec une présence sur les grands tours.

En 2008, Lapierre crée un nouveau département "commuting" et conçoit les vélib' et vélo'v pour les systèmes de vélos en libre-service des villes de Paris et de Lyon, en collaboration avec JC Decaux et Accell. En 2009, Lapierre produit 90 000 vélos en France en une année.

À partir de 2015, Lapierre décide d'axer sa stratégie sur le développement de sa gamme de VAE Overvolt en la déclinant dans tous les segments qu'occupent la marque : VTT, urbain, route... pour répondre aux nouvelles exigences du marché.

En mai 2018 Gilles Lapierre quitte la direction de la société et prend la nouvelle fonction de directeur de l'innovation et des technologies au sein du groupe Accell. Son rôle consistera à travailler au plus près des différents départements R&D Accell partout dans le monde[5].

Organisation[modifier | modifier le code]

Les cycles Lapierre restent encore aujourd'hui largement indépendant malgré leur appartenance au groupe Accell. Le siège dijonnais accueille encore le département de recherche et développement de la marque, les chefs-produits ainsi que le marketing. L'usine historique produit en outre encore 25% des plus de 100 000 vélos produits chaque année par la marque (jusqu'à 150 vélos par jours)[4].

Le reste de la production est réalisé dans les six autres usines du groupe Accell aux Pays-Bas, en Allemagne, en Hongrie et en Turquie. Le groupe apporte un grand soutien en matière de support (informatique, système commerciaux, logiqtiques...)[6] dont Lapierre bénéficie au même titre que les autres marques du groupe, qui produisent ensemble une moyenne d'un million de vélos chaque année en Europe.

Sponsoring[modifier | modifier le code]

À partir de 1988, l'entreprise sponsorise des équipes de VTT, accompagnant son développement sur ce segment. Avec Nicolas Vouilloz, Jean-Christophe Péraud, etc., la marque remporte la plupart des titres de la discipline.

Lapierre s'engage également au local, pour créer dans les années 1990 avec le club dijonnais le SCOD-Team Lapierre, rapidement en DN1 (plus haut niveau amateur). Lapierre devient ainsi champion de France amateur ELITE 2000 avec Romain Mary du SCOD Lapierre[3].

En 2002, Lapierre signe un partenariat avec l'équipe cycliste professionnelle, la Française des Jeux[réf. souhaitée]. Dès la première année, Lapierre devient champion de France professionnel avec Nicolas Vogondy et champion du Monde de poursuite individuelle avec Bradley McGee[3].

En 2008, le team Lapierre powered by Saab Salomon fait son entrée officielle sur le circuit international de DH / Freeride Enduro. Pendant cette même année, Alexis Vuillermoz devient Champion du Monde XC de relais par équipe. En 2012, avec Loic Bruni, Lapierre remporte son 1er titre de champion du monde de descente grâce à sa victoire en coupe et en championnat du monde.

Lapierre centre ses efforts autour de ses équipes et coureurs sponsorisés, parfois jusqu'à les recruter : en 2003, Nicolas Vouilloz, 10 fois champion du monde de VTT de descente, rejoint ainsi les rangs du département R&D Lapierre pour un contrat de trois ans, puis à partir de 2011 comme consultant pour travailler à l'élaboration de nouveaux modèles.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Gilles Lapierre, PDG des cycles Lapierre est ce lundi le "Grand témoin" de France Bleu Bourgogne », sur France Bleu, (consulté le 11 décembre 2018)
  2. « Côte-d'Or. Cycles Lapierre : la success story dijonnaise fête ses 75 ans », sur www.bienpublic.com (consulté le 16 mai 2021)
  3. a b c d e et f « 75 ans d'histoire du vélo | Cycles Lapierre », sur www.lapierrebikes.com (consulté le 16 mai 2021)
  4. a et b « Cyclisme. 75 ans des Cycles Lapierre : connaissez-vous vraiment la marque dijonnaise ? », sur www.bienpublic.com (consulté le 16 mai 2021)
  5. Guillaume ROBERT, « Gilles Lapierre quitte la présidence des Cycles Lapierre », sur Matos vélo, actualités vélo de route et tests de matériel cyclisme, (consulté le 11 décembre 2018)
  6. « Cyclisme. Thierry Cornec (Cycles Lapierre) : « Important de rester ancré à Dijon » », sur www.bienpublic.com (consulté le 17 mai 2021)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :