de Buyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

de Buyer Industries
logo de De Buyer
Logo de la société.

Création 1830
Dates clés 25 janvier 1996 : immatriculation de la société actuelle
Personnages clés Famille de Buyer
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan « Chaque recette a son secret »
Siège social Le Val-d'Ajol
Drapeau de France France
Direction Guilhem Pinault (Président) représentant Anaxes Global Consulting
Directeurs Hervé de Buyer (d) (-)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Fabrication d'articles métalliques ménagers
Produits Fabrication et vente d'ustensiles de cuisine et pâtisserie
Société mère Edify (Luxembourg) via le holding français Anaxes Global Consulting
Filiales Marlux (88)
Effectif estimé à 170 (2019)
Site web debuyer.com

Chiffre d'affaires 29 510 100 € en 2018
Résultat net 1 424 200 € en 2018[2]

de Buyer Industries est une entreprise française d'ustensiles de cuisine et de pâtisserie, fondée en 1830 au Val-d'Ajol (Vosges) où elle est toujours implantée. Depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, elle était propriété de la famille de Buyer avant d'être rachetée en 2015 par la société Edify.

Ces produits sont destinés aux professionnels mais sont également accessibles aux particuliers.

Histoire[modifier | modifier le code]

Blason de la famille de Buyer.

Une manufacture de métallurgie est fondée en 1830 au lieu-dit de Faymont sur la commune française du Val-d'Ajol, située dans le département des Vosges, en Lorraine[3]. À ses débuts, la société produit des métaux en feuilles puis des ustensiles en fer battu[4] de façon artisanale en utilisant du minerai de fer extrait des montagnes environnantes, avant de s'industrialiser progressivement de 1850 à 1950 sous la direction de la famille de Buyer qui acquiert le site de production en 1867[5]. En 1957, Hervé de Buyer entre dans l'entreprise en tant que démonstrateur, il en prend la direction en 1988. Face à la concurrence de la grande distribution et des pays émergents, il décide de réorienter la production sur le haut de gamme[6].

Le , la société devient la société par actions simplifiée « De Buyer industries », enregistrée à Épinal, sous le numéro d'immatriculation 403 467 574. En 2014, le capital social s'élève à 3,696 millions d'euros[2]. La même année l'entreprise investit 6 millions d’euros pour démolir son ancien site de production et reconstruire une nouvelle usine[7].

Le , les actions d'Hervé de Buyer sont rachetées par la société luxembourgeoise Edify pour favoriser le développement à l'international. La création d'un centre de recherche et développement est décidé pour 2016[8].

Le , Hervé de Buyer meurt du Covid-19 à l'age de 87 ans[9].

Locaux et personnel[modifier | modifier le code]

Localisation de l’usine.

En 2015, la société emploie 158 personnes, dont 118 dans les ateliers. Ces derniers accueillent 350 machines. La société dispose d'une nouvelle usine de 3 400 m2 incluant des bureaux, un showroom en terrasse et un centre de recherche et développement[10],[7]. Ce site, qui accueille également le siège social de l'entreprise, a pour adresse, le 25 Faymont au Val-d'Ajol[2].

Produits[modifier | modifier le code]

Elle produit environ 3 000 types d'articles[7], comme des batteries de cuisine en acier, acier inoxydable, cuivre ou encore aluminium antiadhésif, ainsi que des mandolines, des moules en silicone et des ustensiles de pâtisserie. Les produits de l'entreprise sont destinés aux professionnels, mais sont également accessibles aux particuliers, dans des boutiques spécialisées[11]. Le directeur certifie : « Nous sommes la seule entreprise au monde à travailler sur le même site à la fois l'acier, le cuivre, l'inox, l'aluminium, la silicone et la fibre de carbone. On est capables de fabriquer manuellement à l'unité un moule pour un pâtissier comme le produire en série[5] ».

La société exporte la moitié de sa production dans 91 pays[6],[4]. En 2016, les ventes sont effectués à 60 % en direction des professionnels et pour 40 % des particuliers[5].

Durant l'été 2016, de Buyer acquiert la société Marlux, alors en difficulté, spécialisée dans les moulins à sel et à poivre. La production est transférée de Montreuil vers Le Val-d'Ajol mais la marque est conservée[12].

Historique des logos[modifier | modifier le code]

Le logo a évolué, le B stylisé rouge est devenu blanc et le fond gris marqué de fleurs de lys noires devient un fond uni rouge.

Distinctions[modifier | modifier le code]

La société de Buyer fait partie de l'association « Lorraine, terre de luxe » qui réunit quatorze entreprises dites « prestigieuses » de la région[6]. Elle possède également le label « Entreprise du patrimoine vivant[13]. En septembre 2014, le trophée « Les Chênes du Grand Est » est remis aux dirigeants par la Société générale[14] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/l-entrepreneur-vosgien-herve-de-buyer-decede-du-coronavirus-1585491089 »
  2. a b et c « Présentation de la société De Buyer industries », sur societe.com.
  3. Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Lorraine 2012-2013, coll. « Petit Futé », (lire en ligne), p. 426.
  4. a et b « De Buyer, le samouraï du made in France », sur Les Échos, .
  5. a b et c Jacky Durand, « Made in Vosges : la rolls de la casserole », liberation.fr, (consulté le ).
  6. a b et c [vidéo] « Portrait d'Hervé de Buyer », sur la chaîne lorraine.eu sur Dailymotion.
  7. a b et c « Le vosgien de Buyer mijote le top des batteries de cuisine », sur L'Usine nouvelle, .
  8. « Le Val-d'Ajol: De Buyer rejoint le groupe Edify », sur Vosges Matin.
  9. « L'entrepreneur vosgien Hervé de Buyer décédé du coronavirus », sur France Bleu, (consulté le ).
  10. « De Buyer : 184 ans d'histoire au Val d'Ajol, reportage », sur France 3 rég. Lorraine, .
  11. « De Buyer équipe les plus grands maîtres queux », sur Les Échos, .
  12. Pascal Ambrosi, « De Buyer absorbe Marlux, le roi des moulins à poivre », lesechos.fr, (consulté le ).
  13. « De Buyer industries », sur patrimoine-vivant.com (consulté le ).
  14. « Trophée de l'entreprise familiale à Hervé de Buyer », sur Vosges Matin.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]