David Burghley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis David Cecil)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’athlétisme image illustrant le Royaume-Uni
Cet article est une ébauche concernant l’athlétisme et le Royaume-Uni.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

David Burghley
David Burghley 1926.jpg

David Burghley en 1926

Fonctions
Président de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (d)
-
Membre du Parlement du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
StamfordVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
William Cecil (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Frère
Martin Cecil (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Comité international olympique, 36e Parlement du Royaume-Uni (d), 37e Parlement du Royaume-Uni (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Chevalier commandeur de l'ordre de Saint-Michel et Saint-Georges (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

David George Brownlow Cecil[1],[2], connu comme lord Burghley avant , sixième marquis d'Exeter[1],[2], est un athlète[1],[2], homme politique[1],[2] et dirigeant sportif britannique[3], né le [1],[3] à Burghley House[1] près de Stamford[1],[3] dans le Lincolnshire[1] (Angleterre) et mort le [3] à Stamford[3]. Spécialiste de courses de haies, il a été surnommé le Lord of the Hurdles[4] (« seigneur des haies », en anglais). Le point d'orgue de sa carrière sportive est sa médaille d'or au 400 mètres haies des Jeux olympiques d'été de 1928[2]. Fort de sa popularité, il s'engage en politique au sein du parti conservateur. Élu député de Peterborough[3] (Cambridgeshire) en [3], il siège aux Communes jusqu'en [3], date à laquelle il démissionne pour devenir gouverneur des Bermudes[3]. En , il devient le deuxième président de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme de , fonctions qu'il exerce jusqu'en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il nait dans une famille aristocratique à Stamford le 9 février 1905[5].

Il est l'un des 3 étudiants ayant réussi à courir autour de la grande cour du Trinity College de Cambridge avant le 12e coup de l'horloge. Ce fait sportif amateur a été utilisé par Collin Welland dans le film du réalisateur Hugh Hudson Les Chariots de feu ; ses exploits sportifs ont servi de trame au film, dans lequel il est interprété par Nigel Havers dans le rôle de Lord Lindsay.

Il participe au sein de l'équipe britannique aux Jeux olympiques d'été de 1924 à Paris où il est éliminé dès le premier tour.

Par la suite, il participe aux Jeux olympiques de 1928 à Amsterdam, où il remporte la médaille d'or du 400 m haies. Il est gouverneur des Bermudes de 1943 à 1945.

Présidence de l'IAAF[modifier | modifier le code]

En 1946, il est nommé président de l'IAAF, alors qu'il préside depuis dix ans l'England's Amateur Athletic Association, postes qu'il conservera jusqu'en 1976, date à laquelle il se retire de ses fonctions. Sa fin de mandat est houleuse : les pays non européens demandant une plus grande part décisionnelle dans les choix de la fédération[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Norris McWhirter, « Cecil, David George Brownlow, sixth marquess of Exeter (1905-1981), athlete and politician », Oxford Dictionary of National Biography,‎ (DOI 10.1093/ref:odnb/30910, lire en ligne [html]).
  2. a, b, c, d et e (en) « David George Brownlow Cecil, 6th marquess of Exeter (1905-1981), politician and athlete (hurdler) » [html], sur npg.org.uk, National Portrait Gallery (consulté le 25 mars 2016).
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « David, Lord Burghley » [html], sur sports-reference.com (consulté le 26 mars 2016).
  4. (en) « Burghley: Bermuda's Olympian Governor » [html], sur bernews.com, Bernews,‎ publié le 31 mars 2012 (consulté le 26 mars 2016).
  5. a et b (en) « Past Presidents of the IAAF », sur www.iaaf.org (consulté le 5 janvier 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]