Lamine Diack

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diack.
image illustrant l’athlétisme
Cet article est une ébauche concernant l’athlétisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Lamine Diack
Lamine Diack Doha 2012.jpg
Fonction
Président de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (d)
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (83 ans)
DakarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Discipline sportive
Distinctions
Liste détaillée

Lamine Diack, né le 7 juin 1933 à Dakar (Reubeuss), est un dirigeant d'athlétisme sénégalais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été un athlète de haut niveau au saut en longueur[1] avant l'indépendance du Sénégal, en réussissant à devenir champion de France en 1958 avec un saut de 7,63 mètres[2]. Il a été en outre champion de France universitaire en 1959 avec un bond de 7,72 m.

Il occupe ensuite différentes fonctions au sein des organisations sportives. Il est tout d'abord joueur de football évoluant au sein du club dakarois du Foyer France Sénégal (FFS), fin années 1950 début année 1960, club qu'il entraîna ensuite y introduisant le fameux système de la défense en ligne, puis directeur technique national pour l'équipe du Sénégal de football de 1964 à 1968.

Membre du comité national olympique du Sénégal depuis 1974, il en devient président en 1985, poste qu'il occupe jusqu'en 2002. Il occupe des responsabilités politiques en devenant secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports (*), puis maire de Dakar de 1978 à 1980. Il fait aussi partie du parlement sénégalais de 1978 à 1993.

Il occupe également des responsabilités au sein de l'International Association of Athletics Federations (IAAF), organisme qui gère le monde de l'athlétisme. Vice-président de Primo Nebiolo, il est élu président lors d'une séance extraordinaire en décembre 1999 à la suite de la mort de son prédécesseur.

Il est réélu président de l'IAAF le pour un mandat de quatre ans lors du 48e congrès de l'IAAF par 173 voix pour et 27 contre[3].

Mise en examen[modifier | modifier le code]

En novembre 2015, il est mis en examen pour corruption passive et blanchiment aggravé[4]; il est suspendu du CIO et en démissionne le 11 novembre. Il a avoué à la justice française avoir fait financer la campagne du président sénégalais par la Russie[5].

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Grand officier de l'Étoile équatoriale, Gabon
  • Commander of Order of Good Hope, Afrique du Sud
  • Officiale di Grancroce, Italie
  • Officier de la médaille de la reconnaissance centrafricaine
  • Chevalier de la Légion d'honneur de la République française
  • Médaille de l'ordre du Nil de la République arabe d'Égypte
  • Commandeur de l'ordre national du lion du Sénégal
  • Médaille de premier degré Bernardo O'Higgins, Chili
  • Croix d'officier, Hongrie

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le patriarche des pistes », L'Équipe magazine,‎
  2. L'Equipe Athlétisme Magazine n°28 du 14 mai 1971 : reportage du journaliste Michel Clare incluant 2 photos de l'intéressé.
  3. « Lamine Diack réélu à la tête de l'IAAF », sur opl.fr, 24 août 2011.
  4. Dopage : nouvelle mise en examen pour Lamine Diack, ex-patron de l’athlétisme mondial.
  5. IAAF: les personnages clés du scandale de dopage et corruption.

Liens externes[modifier | modifier le code]