Daphnis et Alcimadure (opéra)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Institut d'estudis occitans

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Daphnis et Alcimadure.
Dafnis et Alcimadure
Dafnís e Alcimadura
Description de l'image Dafnisalacimadura.jpg.
Genre Opéra (pastorale)
Nbre d'actes 3
Musique Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville
Livret Les Jeux floraux, prologue de Claude-Henri de Fusée de Voisenon
pastorale de Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville
Langue
originale
occitan (français dans le prologue)
Sources
littéraires
Fable de Jean de La Fontaine, Daphnis et Alcimadure, livre XII, no. 24
Dates de
composition
1754
Création
Fontainebleau

Personnages

  • Clémence Isaure, patronne des Jeux Floraux (soprano)
  • Daphnis, jeune berger (haute-contre)
  • Alcimadure, bergère (soprano)
  • Janet, frère d'Alcimadure (ténor)
  • Jardiniers, Jardinières, Pueples, Nobles; Bergers, Bergères, Pastres, Chasseurs, Chasseresses, Mariniers, Marinières (chœur et ballet)

Daphnis et Alcimadure (Dafnís e Alcimadura en graphie occitane classique ou Daphnis e Alcimaduro dans l'ancienne graphie du livret originel) est un opéra en occitan dont la musique et le livret ont été composés par le violoniste, chef d'orchestre et compositeur Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville. L'opéra, qui s'inspire de la fable du même nom de Jean de La Fontaine[1], est divisé en trois actes et comprend aussi un prologue en français de Claude-Henri de Fusée de Voisenon, intitulé Les Jeux floraux.

Histoire et interprétations[modifier | modifier le code]

L'opéra fut interprété pour la première fois le à Fontainebleau devant la cour et le roi Louis XV.

Largement commenté dans le Mercure de France et également par Melchior Grimm, cet opéra fut remonté plusieurs fois dans d'autres villes et même ensuite traduit en français, plagié et parodié. Mondonville, originaire du Languedoc, s'entoura, pour monter cet opéra, d'artistes de premier plan originaires de diverses régions de langue occitane : la prima donna bordelaise Marie Fel, le prim'uomo béarnais Pierre Jéliote, le secondo uomo génériquement gascon, La Tour (ou Latour), dont on ignore soit le prénom soit le lieu exact de naissance[2].

Il faut signaler que la date de 1754 place cet opéra en plein dans la Querelle des Bouffons dans laquelle Mondonville fut identifié comme étant du côté de la musique française, ce qui justifia des critiques de la part de Grimm qui, néanmoins, loua la langue, l'occitan se rapprochant davantage, par son origine géographique et son accentuation, de l'italien que du français. Grimm rapporte les doutes qu'on eut sur l'originalité de Daphnis et Alcimadure, l'œuvre étant d'abord vue comme un plagiat de l'Opéra de Frountignan, de Nicolas Fizes, resté très populaire. Grimm conclut qu'« il paraît toujours vraisemblable que M. Mondonville a arrangé les paroles à sa façon et qu'à peu de chose près il peut s'en dire l'auteur. Pour la musique, on convient, ce me semble assez, qu'elle est pillée des différents intermèdes italiens qu'on a représentés ici pendant un an et demi, et que le reste consiste dans des airs que tout le monde en Languedoc sait par cœur[3] ».

Daphnis et Alcimadure a été monté et enregistré sur disque vinyle à Montpellier au début des années 1980[4] et quelques morceaux ont été enregistrés (sur disque compact cette fois) en 1999. Voir Musique aux états du Languedoc dans la discographie.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un prologue en français invoque Clémence Isaure (patronne allégorique de la langue d'oc) ainsi que les Jeux Floraux afin de pourvoir évoquer l'histoire idéalisée de l'occitan. Après le prologue, le livret passe exclusivement à la langue d'oc.

  • Acte I : Daphnis est un jeune pâtre amoureux d'Alcimadure ; cette dernière refuse cet amour, car elle ne croit pas à sa sincérité. Janet, le frère d'Alcimadure se propose de prouver que cet amour est honnête.
  • Acte II : Janet déguisé en soldat vient trouver Daphnis en se vantant, pour l'impressionner, d'avoir brillé sur maints champs de bataille avant de lui conter qu'il va épouser Alcimadure, une fois qu'il aura tué un certain berger du nom de Daphnis. Ce dernier, loin d'être impressionné, confirme son attachement envers la bergère dont il est amoureux et que l'on entend alors pousser un crie d'effroi car un loup la poursuit. Daphnis part à son secours, tue la bête et sauve Alcimadure. Reconnaissante, cette dernière ne lui accorde cependant toujours pas son amour.
  • Acte III : Janet essaie en vain à nouveau de raisonner Alcimadure. Daphnis, en désespoir de cause, annonce qu'il désire mourir. Quand Janet annonce la mort du berger à sa sœur, cette dernière se plaint à son tour de ne plus vouloir vivre, tout en confessant son amour. Cependant la mort de Daphnis n'était qu'un subterfuge et les deux bergers peuvent désormais s'aimer.

Éditions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roberte Machard, Jean Joseph Cassanea de Mondonville, virtuose, compositeur et chef d'orchestre, étude biographique, thèse, 1977

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville, Daphnis et Alcimadure, Béziers, Ventadorn, 1981.
  • Hugo Reyne, Musique aux états du Languedoc, Astrée, 1999.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Daphnis & Alcimadure, livre XII, n. 24 (David Charlton, Opera in the age of Rousseau. Music, confrontation, realism, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 338 (ISBN 978-0-521-88760-1)).
  2. Lors d'une reprise de la version occitane originelle à la cour de Versailles en 1764, La Tour, qui avait pris sa retraite de la troupe de l'Académie Royale de Musique, fut remplacé par un nouvel engagé de la Comédie Italienne, le ténor comique avignonnais Antoine Trial.
  3. Correspondance littéraire, philosophique et critique par Grimm, Diderot, Raynal, Meister, etc…, vol. 12, Garnier frères, 1877, p. 429.
  4. Georges Frêche rappelle cet évènement dans son prologue de l'édition de A. Tots.