Aller au contenu

Jean-Baptiste Coye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Baptiste Coye
Joan Batista Còia
Description de cette image, également commentée ci-après
Première pages de Lo Nòvi Parat
Naissance
Mouriès (Provence, Drapeau du royaume de France Royaume de France)
Décès (à 61 ans)
Auteur
Langue d’écriture occitan (provençal, rhodanien), français

Œuvres principales

Lo Nòvi parat, Lo Delire

Jean-Baptiste Coye (Joan Baptista Còia selon la graphie classique ; Mouriès, le - le ) est un écrivain provençal de langue occitane.

Il est mentionné dans l'anthologie provençale d'Achard Lou Bouquet prouvençau (lo Boquet provençau en norme classique) de 1829 parmi les principaux auteurs provençaux du XVIIIe siècle.

Coye composa, entre autres, une comédie de 1743 qui porte le titre de Lou Novy para (Lo Nòvi parat, qui reçut, selon le critique occitan Robert Lafont un "long succès"[1]) et d'un poème : Lo Délire.

L'éditions de 1829 ainsi que la préface de Frédéric Billot pour l'édition de 1854 indiquent que Coye était le fils de Pierre Coye, menager (propriétaire terrien provençal) et de Catherine Bonnet. Il aurait vécu la plus grande partie de sa vie à Arles ; Billot relèves les vers de l'auteur : "Digou-yé qu'à douge ans, lou grand jour de Saint Charles, / Fuguère hurousament transplanta dedins Arles"[2] ; il indique également que "Nascu dins un hameou deis counfins de Françou, / Jamaï lou preceptour n'a coundui moun enfançou. / Admiran lou francés, ignouran lou latin, / Sabe que ce qu'insegnou un simple egnourantin..."[3]. Côté aurait eu des problèmes de santé vers 1770 et serait retourné dans sa ville natale et dans sa maison paternelle peu avant d'y mourir. Billot indique que cette maison située à Mouriès sur la place du marché était au moment où il s'interessa à Coye, occupée par une certaine Henriette-Euphrosie Bonnet, veuve Mistral qui lui transmis des manuscrits et lui fit visiter la chambre de l'auteur.

  • Lou Novy Para. Cracouviou : Przepéndorousky, 1743. [1]
  • Œuvres complète de J. B. Coye en vers provençaux, Arles, Mesnier, 1829.
  • Lou Bouquet Prouvençaou, Marselha, Achard, 1823.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Nouvelle Histoire, (445)
  2. "Je lui dis [au lecteur] qu'à douze ans, le grand jour de Saint Charles,/ Je fus heureusement transplanté en Arles"
  3. "Né dans un hameau des confins de France, / Jamais le precepteur n'a conduit mon enfance. / Admirant le français, ignorant le latin, / Je ne sais que ce qu'enseigne un simple ignorant"

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Christian Anatole, Robert Lafont, Nouvelle histoire de la littérature occitane, Paris, PUF, 1970.
  • « Le Dernier roi d'Arles, épisode des grandes chroniques arlésiennes, comprenant les légendes du lion, du cheval et de la Tarasque, précédé d'un essai historique sur la ville d'Arles, par Amédée Pichot ; 1848 » Paris et la province : Jean-Baptiste Coye.

Liens externes

[modifier | modifier le code]