Département de Potosí

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Département de Potosí
Blason de Département de Potosí
Héraldique
Drapeau de Département de Potosí
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Bolivie Bolivie
Gouverneur Jhonny Mamani (2021-2026)
Capitale Potosí
ISO 3166-2 BO-P
Démographie
Population 823 517 hab. (2012)
Densité hab./km2
Géographie
Superficie 11 821 800 ha = 118 218 km2
Localisation
Localisation de Département de Potosí

Le département de Potosí est un département du sud de la Bolivie. Sa capitale est la ville de Potosí. Il occupe la plus grande partie du sud de l'altiplano andin. Il est limité, au nord par le département d'Oruro, au nord-est par celui de Cochabamba, à l'est par ceux de Chuquisaca et de Tarija. Il occupe en Bolivie une situation stratégique du fait qu'il borde à l'ouest le Chili et au sud l'Argentine, pays voisins avec lesquels il est en relation par des voies routières et ferrées très importantes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Relief[modifier | modifier le code]

La plus grande partie du relief du département est montagneux, mais en son centre se trouve une importante portion de hauts-plateaux typiques de l'altiplano bolivien.

Le département est constitué à l'est par la cordillère centrale bolivienne entrecoupée de vallées, mais possédant des sommets élevés. Au sud-est se trouvent les cordillères de Chichas et de Lípez, cette dernière contenant de très hauts sommets (l'Uturuncu à 6 008 m et le Cerro Lipez à 5 929 m).

À l'ouest, la cordillère occidentale frontalière du Chili possède des sommets très élevés, approchant également les 6 000 m, souvent volcaniques, comme le Sairecábur (5 950 m), et le volcan Licancábur (5 916 m).

Entre les deux enfin, la grande steppe sèche de l'altiplano bolivien s'étend à environ 3 500 m d'altitude.

Ressources minières[modifier | modifier le code]

Les mines du Cerro Rico, à Potosí, encore exploitées de nos jours.

Montagneux, le département est connu pour ses ressources minières depuis la colonisation, la ville même de Potosí, située aux pieds du Cerro Rico (la « montagne riche ») étant naguère synonyme d'el dorado, ou plutôt d'argent. Des ressources géologiques continuent à être exploitées. Ainsi, en , le président Evo Morales procéda à la nationalisation de la mine d'argent et d'indium (utilisé pour les écrans plats LCD) de Malku Khota, exploitée par la firme canadienne South American Silver Corporation (en). Cette décision intervint après des semaines de manifestations par les travailleurs autochtones de Malku Khota, qui appelaient à nationaliser la mine[1],[2],[3],[4].

Climat[modifier | modifier le code]

D'une manière générale les précipitations baissent du nord au sud et de l'est à l'ouest, si bien qu'il est désertique dans les provinces sud-ouest de Daniel Campos, Baldivieso, Nor Lípez et Sud Lípez ainsi qu'en témoigne leur très faible population (22 000 habitants pour plus de 50 000 km2, soit moins de 0,5 habitants/km2).

Dans la cordillère orientale (provinces de Charcas, Chayanta, Tomás Frías, Saavedra, Linares), on dénombre un grand nombre de vallées qui ont des microclimats fort divers et la région est bien peuplée.

Comme partout sur l'Altiplano, le climat est frais (moyenne de °C) et peut descendre en hiver à −30 °C.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le département de Potosí compte des rivières qui coulent vers les trois grands bassins fluviaux du pays :

  • Le bassin amazonien, grâce aux ríos Caine, Chayanta et Guadalupe ;
  • Celui du Río de la Plata avec les ríos Pilcomayo, Motaca, Tumusla. Le premier est le plus important et compte en outre de nombreux affluents ;
  • Le bassin endoréique des lacs Poopó et des Salars, bassin fermé de l'altiplano, avec le río Márquez qui se jette dans le lac Poopó et le río Grande de Lípez qui aboutit dans le salar d'Uyuni ; de plus, il y a là d'autres rivières mineures qui forment de petites lagunes ou lacs salés comme les lagunes Colorada et Verde.

Lagunes du Sud Lípez[modifier | modifier le code]

Le Sud Lípez est située au sud-ouest du département de Potosí. Les lagunes, dont la Laguna Verde se trouvent protégées au sein de la Réserve nationale de faune andine Eduardo Avaroa :

Histoire[modifier | modifier le code]

Le département est créé sur la base de l'antique intendance de Potosí de l'Audience royale de Charcas, grâce au décret suprême du , dicté par le maréchal d'Ayacucho, Antonio José de Sucre.

Population[modifier | modifier le code]

Langues parlées[modifier | modifier le code]

Les principales langues parlées dans le département sont le quechua et l'espagnol et dans une moindre mesure, l'aymara. Il est à noter qu'il s'agit du seul département où l'espagnol n'arrive pas en première position de termes du nombre de locuteurs. Le département demeure peu varié linguistiquement, où la très grande majorité des habitants parlent l'une des trois langues officielles nationales du pays les plus parlées.

Le tableau suivant présente le nombre d'habitants du département âgés de six ans et plus en fonction de leur langue principalement parlée pour l'année 2012[5].

Langue Département Bolivie
Quechua 342 880 1 339 919
Espagnol 311 735 5 424 685
Aymara 21 738 836 570
Autre langue autochtone 37 73 721
Autre langue 1 043 146 683

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente la population du département selon les recensements boliviens. Il est à noter que les résultats antérieurs à 1882 peuvent avoir une fiabilité variable, considérant les méthodes d'estimation de l'époque qui pouvaient s'appliquer à des territoires plus étendus[6].

Évolution démographique du département de Potosí
1831 1835 1845 1854 1882 1900 1950 1976 1992
192 155226 320243 263254 728237 755325 615509 087657 533645 889
2001 2012 2022 - - - - - -
709 013828 093------

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Le département de Potosí est divisé en 16 provinces :

Provinces Population Chef-lieu Carte des provinces
Alonso Ibáñez 29 821 Sacaca
Carte des 16 provinces du département de Potosí
Antonio Quijarro 37 431 Uyuni
Charcas 41 651 San Pedro de Buena Vista
Chayanta 98 946 Colquechaca
Cornelio Saavedra 61 398 Betanzos
Daniel Campos 5 270 Llica
Enrique Baldivieso 1 827 San Agustín
General Bernardino Bilbao 10 850 Arampampa
José María Linares 50 817 Puna
Modesto Omiste 38 364 Villazón
Nor Chichas 32 946 Cotagaita
Nor Lípez 11 594 Colcha "K"
Rafael Bustillo 75 599 Uncía
Sud Chichas 47 005 Tupiza
Sud Lípez 5 284 San Pablo de Lípez
Tomás Frías 189 978 Potosí

Villes principales[modifier | modifier le code]

Ville Habitants 2001
(Recensement)
Habitants 2005
(Estimation)
Potosí 133 268 141 251
Llallagua 29 472 28 069
Villazón 28 229 30 253
Tupiza 21 573 22 233
Uyuni 10 585 10 293

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mines: La Bolivie prend le contrôle d'un gisement exploité par une compagnie canadienne, 20 Minutes-AFP, 3 août 2012 ; version en anglais : Bolivia takes over Canada-run mine, France 24-AFP, 3 août 2012
  2. Une mine canadienne provoque de l'agitation en Bolivie, Radio-Canada, 11 juillet 2012
  3. Protest against Canadian mining firm turns deadly in Bolivia, Radio-Canada, 6 juillet 2012
  4. Bolivian farmer dies in protests against Canadian mine, BBC, 8 juillet 2012
  5. (es) Instituto Nacional de Estadística, Censo de Población y Vivienda 2012 Bolivia - Características de la población, La Paz, , 200 p. (lire en ligne), p. 36
  6. (es) Instituto Nacional de Estadística, Censo de Población y Vivienda 2012 Bolivia - Características de la población, La Paz, , 200 p. (lire en ligne), p. 11-12

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]