Démographie de Lille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lille est la principale ville d'une vaste conurbation transfrontalière qui constitue l'une des zones urbaines les plus peuplées de France et de Belgique avec environ 1 900 000 habitants. Mais Lille, en tant que commune isolée, n'est que la dixième ville de France et une ville européenne de taille très moyenne.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La première expansion démographique remonte aux XIIe et XIIIe siècles, lorsque Lille se constitue en cité marchande : au tout début du XIVe siècle, sa population est déjà estimée à 25 000 à 30 000 habitants[1], si ce n'est 40 000[2]. Les guerres et les épidémies feront ensuite parfois des ravages - à la fin du XIVe siècle, la population se serait trouvée réduite des deux-tiers, voire des trois quarts, par la famine et la peste noire[3] - mais le nombre des habitants se maintient globalement autour de 40 000 à 50 000 à partir du XVIIe siècle. La seconde expansion vient avec la révolution industrielle, tout au long du XIXe siècle : en moins d'un siècle, la population fait plus que tripler. Après cette très forte expansion, Lille connait trois grands chocs démographiques au XXe siècle. D’abord, celui de la Première Guerre mondiale au cours de laquelle la population est amputée de 40 % et ramenée à 130 000 habitants[4]. Beaucoup de ceux qui sont partis ou ont été déportés (on estime à 9 500 le nombre des déportés de la seule rafle d'avril 1916[5]) ne rentreront pas, et en particulier les 4 442 lillois officiellement morts au combat. Ainsi, Lille ne retrouvera qu’au début des années 2000, après l’intégration d’Hellemmes et de Lomme, sa population d’avant la guerre de 1914. Ensuite, celui de la Seconde Guerre mondiale. De nouveau, la population est ramenée à 168 000 habitants en 1941 du fait des morts, des prisonniers et déportés et des 20 000 évacués de 1940[6]. Là encore, beaucoup ne reviendront pas dans une ville dévastée, en proie au chômage et à une sévère crise du logement. Enfin, le choc de la périurbanisation, commun à un grand nombre de villes à partir des années 1960, avec en l’espèce la création de la ville nouvelle de Villeneuve-d'Ascq. Mais à Lille, ce mouvement a certainement été accentué par la paupérisation d'une partie de la population du fait de la crise économique liée au déclin des industries lilloises[7]. Ainsi, entre 1968 et 1990, Lille perd plus de 18 000 habitants en dépit de l’intégration d’Hellemmes (soit une baisse réelle de la population de la ville de l’ordre de 20 %). Et ce n’est que dans le courant des années 1990 que Lille retrouve une croissance significative, due notamment à l’afflux d’une population étudiante.

L'évolution du nombre d'habitants depuis 1793 est connue à travers les recensements de la population effectués à Lille depuis cette date :

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
66 76154 75661 46764 29169 07372 00572 53775 43075 795
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
78 641131 727154 749158 117162 775178 144188 272201 211216 276
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
210 696205 602217 807200 952201 921201 568200 575188 871194 616
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2010
193 096190 546172 280168 424172 142212 566226 014225 784227 560
Sources - Nombre retenu jusque 1962 : base Cassini de l'EHESS[8] et à partir de 1968 : Insee (population sans doubles comptes puis population municipale à partir de 2006)[9],[10]

  • Depuis 1977, la population de la ville de Hellemmes entre dans le total de la population.
  • Depuis 2000, la population de la ville de Lomme est comptabilisée dans le total de la population.

Évolution démographique à frontières constantes[modifier | modifier le code]

Année Commune de Lille dans ses frontières d'avant 1858
(4,11 km2)
(1)
Communes d'Esquermes, Fives, Moulins-Lille et Wazemmes annexées en 1858
(2)
Commune de Lille dans ses frontières de 1858 à 1977
(22,18 km2)
(1+2)
Hellemmes-Lille
(3,34 km2)
(3)
Lomme
(9,31 km2)
(4)
Commune de Lille dans ses frontières depuis 2000
(34,83 km2)
(1+2+3+4)
1801 54 756 7 272 62 028 497 1 757 64 282
1806 61 467 7 333 68 800 530 1 737 71 067
1821 64 291 8 488 72 779 524 1 767 75 070
1831 69 073 11 783 80 856 665 2 067 83 588
1836 72 005 13 260 85 265 666 2 181 88 112
1841 72 537 15 304 87 841 732 2 309 90 882
1846 75 430 20 351 95 781 838 2 480 99 099
1851 75 795 24 706 100 501 1 095 2 421 104 017
1856 78 641 34 479 113 120 1 153 2 465 116 738
1861 - - 131 727 1 265 2 952 135 944
1866 - - 154 749 2 163 3 596 160 508
1872 - - 158 117 2 368 3 870 164 355
1876 - - 162 775 2 812 4 099 169 686
1881 - - 178 144 3 880 4 364 186 388
1886 - - 188 272 4 855 4 836 197 963
1891 - - 201 211 5 428 5 245 211 884
1896 - - 216 276 6 967 5 677 228 920
1901 - - 210 696 9 329 7 065 227 090
1906 - - 205 602 10 971 9 152 225 725
1911 - - 217 807 12 231 10 761 240 799
1921 - - 200 952 13 330 11 321 225 603
1926 - - 201 921 15 925 18 288 236 134
1931 - - 201 568 18 096 20 684 240 348
1936 - - 200 575 18 512 21 583 240 670
1946 - - 188 871 14 140 18 469 221 480
1954 - - 194 616 18 135 23 488 236 239
1962 - - 193 096 19 174 27 650 239 920
1968 - - 190 546 18 670 29 315 238 531
1975 - - 172 280 17 646 29 262 219 188
1982 - - - - 28 281 196 705
1990 - - - - 26 549 198 691
1999 - - 166 283 18 374 27 940 212 597
2007 - - 180 023 17 850 27 916 225 789
2009 - - 226 827
Sources : Recensements de population de 1801 à 2007[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20].

Population étrangère[modifier | modifier le code]

Comme toutes les grandes villes européennes, Lille a connu plusieurs vagues d'immigration, qui sont venues compenser en partie le déficit démographique après les deux conflits mondiaux. Mais la première a commencé dès le milieu du XIXe siècle lorsque, après la crise de 1845 en Flandres belges, des milliers de familles ont franchi la frontière pour chercher du travail dans les usines textiles du Nord de la France. Sans être aussi importante qu’à Roubaix ou Tourcoing, la population étrangère, essentiellement belge, représente ainsi jusqu’à 25 % de la population lilloise au cours de la seconde moitié du XIXe siècle[21]. Entre les deux guerres, des Italiens et déjà plusieurs milliers de travailleurs maghrébins ont contribué au repeuplement. Des Polonais sont également venus s'installer à Lille, mais moins massivement que dans le Bassin Minier du Nord. Après la Deuxième Guerre mondiale, la ville connaît de nouveau une forte immigration, en provenance du sud de l'Europe (principalement d'Italie et du Portugal) et surtout du Maghreb (essentiellement d'Algérie et du Maroc), fortement concentrée dans les quartiers sud et est de la ville, à Wazemmes, Lille-Moulins et Fives. L'immigration en provenance de Turquie, de Chine ou d'Afrique noire est plus récente et de moindre ampleur. Enfin, Lille connaît actuellement une immigration de Roms qui vivent souvent dans des conditions particulièrement précaires. Au total, les principales vagues d'immigration sont relativement anciennes. En 2006, seuls 9 311 habitants, soit 4,1 % de la population totale, sont français par acquisition et 17 983, soit 8 % de la population totale, sont de nationalité étrangère. Parmi eux, les plus nombreux sont Marocains (5 161), majoritairement issus de la région du Rif, et Algériens (3 779). Viennent ensuite 3 464 Européens, 3 368 Africains (hors Maroc et Algérie) et 2 211 ressortissants d'autres pays du monde[22].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lille est aussi une ville jeune : la part des moins de 20 ans atteint 24 % de la population, soit un taux proche de ceux de Marseille (23 %) et Nantes (22 %), sensiblement supérieur à ceux de Lyon (21 %) ou Toulouse (19 %)[23]. D’abord en raison d'un solde naturel (naissances - décès) relativement élevé : depuis le début des années 2000, la ville enregistre plus de 3 500 naissances domiciliées à Lille pour un peu moins de 1 600 décès[24]. Ensuite parce que c’est une ville étudiante : 20,8 % de la population est étudiante, taux comparable à ceux de Rennes ou Montpellier, voire de Toulouse (17,8 %), mais très supérieur à ceux de Nantes (15,4 %), Lyon (13,8 %) ou Marseille (10,1 %). Enfin parce que c’est une ville d'actifs plutôt jeunes et où l’on ne reste pas l’âge de la retraite venu : les plus de 60 ans ne représentent que 13 % de la population de la ville, contre 18 % à Nantes, 19 % à Lyon et Toulouse, 23 % à Marseille.

L'examen de la pyramide des âges de la population lilloise en 2006[25] et la comparaison avec 1982 font apparaître que les classes d'âge les plus nombreuses, qui sont aussi celles qui ont le plus fortement progressé, sont 20 à 24 ans (37 574 individus) et 25 à 29 ans (26 647 individus).

Pyramide des âges en 2006 en nombre d'individus.
HommesClasse d’âgeFemmes
3 594 
75 et +
8 293 
7 518 
60 à 74
9 656 
21 194 
40 à 59
23 466 
46 914 
20 à 39
49 450 
27 531 
0 à 19
28 397 
Pyramide des âges en 1982 en nombre d'individus.
HommesClasse d’âgeFemmes
3 338 
75 et +
8 116 
7 562 
60 à 74
11 571 
15 127 
40 à 59
16 285 
30 153 
20 à 39
30 516 
23 353 
0 à 19
22 503 

Voici la comparaison entre la pyramide des âges de Lille et celle du département du Nord en 2007 :

Pyramide des âges à Lille en 2007 en pourcentage[26].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
3,3 
75 à 89 ans
6,4 
7,1 
60 à 74 ans
8,2 
14,6 
45 à 59 ans
14,5 
21,1 
30 à 44 ans
18,1 
36,8 
15 à 29 ans
37,6 
16,9 
0 à 14 ans
14,5 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[27].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Répartition des ménages[modifier | modifier le code]

En 2006, le nombre total de ménages lillois est de 114 178. Voici ci-dessous, les données en pourcentage de la répartition de ces ménages par rapport au nombre total de ménages.

Les ménages en 2006

Ménages de : 1 personne 2 pers. 3 pers. 4 pers. 5 pers. 6 pers. ou +
Lille 52,2 % 26,0 % 9,6 % 6,6 % 3,3 % 2,2 %
Moyenne Nationale 32,8 % 32,6 % 15,0 % 12,7 % 4,9 % 1,9 %
Sources des données : INSEE[28]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Lottin, Histoire des provinces françaises du Nord, Volume 2, Presses Univ. Septentrion, 1989, p. 59
  2. Philippe Marchand, Histoire de Lille, Éditions Jean-Paul Gisserot, 2003, p. 13, sur la base d'un document fiscal de 1318 faisant état de 6 446 maisons à Lille.
  3. Philippe Marchand, Histoire de Lille, Éditions Jean-Paul Gisserot, 2003, p. 23-24
  4. Jean-Marie Duhamel, Lille, traces d’histoire, Éditions La Voix du Nord, 2004, p. 40
  5. René Deruyck, Lille ; 1914-1918, dans les serres allemandes, Éditions La Voix du Nord, 1992, p. 217
  6. Pierre Pierrard, Lille, dix siècles d’histoire, Stock, 1979, p. 198 et 203
  7. Philippe Marchand, Histoire de Lille, Éditions Jean-Paul Gisserot, 2003, p. 114
  8. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 29 juillet 2010)
  9. « Évolution et structure de la population (de 1968 à 2007) », sur Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  10. « Recensement de la population au 1er janvier 2006 », sur Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  11. « Notice communale : Lille », sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 novembre 2010)
  12. « Notice communale : Esquermes », sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 novembre 2010)
  13. « Notice communale : Fives », sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 novembre 2010)
  14. « Notice communale : Moulins-Lille », sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 novembre 2010)
  15. « Notice communale : Wazemmes », sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 novembre 2010)
  16. « Notice communale : Hellemmes-Lille », sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 novembre 2010)
  17. « Notice communale : Lomme », sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 7 novembre 2010)
  18. « Population par âge (1999) des IRIS de l'agglomération 59702-Lille (partie française) », sur INSEE (consulté le 7 novembre 2010)
  19. « Populations légales millésimées 2007 entrent en vigueur le 1er janvier 2010 - Département du Nord », sur INSEE (consulté le 7 novembre 2010)
  20. http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/esl/comparateur.asp?codgeo=com-59350
  21. Pierre Pierrard, Lille, dix siècles d’histoire, Stock, 1979, p. 154
  22. INSEE, « Population totale par catégorie socioprofessionnelle et nationalité », sur recensement.insee.fr (consulté le 11 octobre 2009)
  23. Données du recensement de 1999. Voir notamment toutes-les-villes.com d’où sont extraits tous les chiffres du paragraphe qui suit, sous réserve de précision contraire.
  24. Ville de Lille, « Statistiques sur la population de Lille », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 11 octobre 2009)
  25. INSEE, « Population totale par sexe et âge 2006 », sur recensement.insee.fr (consulté le 11 octobre 2009)
  26. « Évolution et structure de la population à Lille en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  27. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  28. INSEE, « Données démographiques de la commune de Lille : ménages », sur recensement.insee.fr (consulté le 11 octobre 2009)