Courchaton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Courchaton
Courchaton
Panorama sur le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Villersexel
Maire
Mandat
Christian Boyer
2020-2026
Code postal 70110
Code commune 70180
Démographie
Population
municipale
438 hab. (2018 en diminution de 3,74 % par rapport à 2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 01″ nord, 6° 32′ 27″ est
Altitude Min. 303 m
Max. 532 m
Superficie 13,53 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Montbéliard
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Villersexel
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Courchaton
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Courchaton
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courchaton
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courchaton

Courchaton est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Les gentilés sont les Courchatenais et les Courchatenaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Georfans Vellechevreux-et-Courbenans Marvelise (Doubs) Rose des vents
Grammont N
O    Courchaton    E
S
Accolans (Doubs) Geney (Doubs) Onans (Doubs)

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le bassin houiller keupérien de Haute-Saône[1] et le gisement de schiste bitumineux de Haute-Saône daté du Toarcien[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Courchaton est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbéliard, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 137 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (51,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (51,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (48,4 %), prairies (20,5 %), terres arables (12,1 %), zones agricoles hétérogènes (8 %), cultures permanentes (4,8 %), zones urbanisées (3,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,7 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1832, les puits de recherches sont creusés par les houillères de Gémonval pour rechercher du charbon, mais celui-ci est de mauvaise qualité[10].

Courchaton était autrefois célèbre pour ses vignes et ses vergers de mirabelliers[11].

Durant la Seconde Guerre mondiale, quinze jeunes résistants âgés de 17 à 20 ans, tous originaires du village, ont été fusillés le 18 septembre 1944 dans le secteur du maquis de Chérimont[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays de Villersexel.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Villersexel[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le canton s'est agrandi, passant de 32 à 47.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des dispositions de l'article 35 de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010[14] « de réforme des collectivités territoriales », qui prévoit toutefois d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre, la commune, qui n'était jusqu'alors membre d'aucune intercommunalité à fiscalité propre, a rejoint le la communauté de communes du Pays de Villersexel[15],[16].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La nouvelle mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 1er janvier 2015)
Christian Boyer   Réélu pour le mandat 2014-2020[17],[18]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[20].

En 2018, la commune comptait 438 habitants[Note 3], en diminution de 3,74 % par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7127538389901 0341 0321 0301 027982
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
833848815825798773747712692
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
678634609504473447424376475
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
439503485578504430446459450
2018 - - - - - - - -
438--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.
Hommage aux FFI.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église.
  • La commune comprend huit fontaines[22].
  • La Grenelle, cave voutée aménagée en salle de concert[23].
  • L'ancienne mairie-école, édifiée au XIXe siècle en pierre blanche du pays et élevé sur pilotis retrouve, à l'époque de la prospérité agricole et de carrières du village, transformée en logements[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185.
  2. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 328.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Montbéliard », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. [PDF] R. Dormois et J.Ricours, Houille triasique sur le versant N.O. du Jura, BRGM, (lire en ligne), p. 10-14.
  11. « Bientôt les trois coups des mardis du terroir », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  12. « Hommage aux quinze jeunes fusillés en 1944 », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  15. « Présentation du projet de schéma de départemental de coopération révisé » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 9 octobre 2016), p. 4.
  16. « Courchaton, 34e commune », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  17. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  18. « Christian Boyer est réélu », L'Est républicaine,‎ (lire en ligne).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. « Balade de caves en fontaines », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « La visite guidée, préparée par Charlotte, de l’office du tourisme, a permis de découvrir les nombreuses et fort belles maisons anciennes, qui restent le témoignage du riche passé de ce beau village où l’on a plaisir à voir couler l’eau, dans ses huit fontaines ».
  23. « La Grenelle, une salle à part », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Depuis sa création en 2001, le caveau de La Grenelle a accueilli 183 spectacles de tous styles et 8.430 spectateurs. De bons chiffres qui témoignent de la qualité constante de ce qui est proposé en milieu rural, où l’on se plaint souvent du manque de spectacles. La Grenelle ouvre ses portes à tous les artistes, à toutes les musiques du monde, contemporaine, classique, chanson française, jazz, et même théâtre. Le caveau accueille des artistes de toutes nationalités au rythme d’un spectacle par mois ainsi que le Festival de caves et les Petites Fugues ».
  24. « En travaux, le bâtiment va retrouver tout son éclat : Il est difficile de passer à Courchaton sans admirer le somptueux bâtiment qui abritait autrefois la mairie, les écoles avec les appartements des instituteurs et le local des pompiers », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).