Come On (chanson de Chuck Berry)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Come On.
Come On
Single de Chuck Berry
Face A Go Go Go
Sortie
Enregistré 1961
Durée 1:53
Genre Rock'n'roll
Auteur Chuck Berry
Label Chess

Singles de Chuck Berry

Come On est une chanson de Chuck Berry parue en face B du 45 tours Go Go Go en octobre 1961. Elle a notamment été reprise par les Rolling Stones sur leur tout premier single, sorti en juin 1963. Leur version se classe no 21 des ventes au Royaume-Uni.

Reprises des Rolling Stones[modifier | modifier le code]

Come On
Single de The Rolling Stones
Face A Come On
Face B I Want to Be Loved
Sortie
Enregistré 10 mai 1963
Durée 1:48
Genre beat
Auteur Chuck Berry
Producteur Andrew Loog Oldham
Label Decca
Classement 21e (Royaume-Uni)

Singles de The Rolling Stones

Genèse[modifier | modifier le code]

Le , le directeur artistique de Decca Dick Row, célèbre pour avoir refusé les Beatles, fait signer un contrat artistique au groupe Rollin' Stones composé de Brian Jones à la guitare et harmonica, Mick Jagger au chant, Keith Richards à la guitare, Bill Wyman à la basse, Charlie Watts à la batterie et Ian Stewart au piano, accompagné de leurs managers et producteurs Andrew Loog Oldham (19 ans) et Eric Easton. Le premier est désigné meneur, tandis que le pianiste est exclu au moment de la signature du groupe qui change de nom pour The Rolling Stones[1].

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Le , deux jours après la signature, Oldham réserve une session de trois heures au Studio Olympic pour 40 £. Plusieurs chansons y sont enregistrées, dont Dust My Blues d'Elmore James[2] ou encore I Want To Be Love de Willie Dixon. Mais c'est Come On de Chuck Berry qui est retenue, car elle peut ratisser un large public selon Oldham[1].

À la fin de la session, Oldham, qui participe à sa première session d'enregistrement studio en tant que producteur et ne connaissant pas grand-chose en matière d'enregistrement, demande à l'ingénieur du son du mixage[3]. À l'écoute du morceau, Dick Rowe et les responsables de Decca sont déçus du résultat et suggère à Easton de renvoyer le groupe en studio tout réenregistrer avec un producteur mieux qualifié[4]. La nouvelle session se déroule aux studios de Decca de West Hampstead le 16 ou 18 mai (selon les sources). Malheureusement à la fin de la session, Mick fait savoir à Oldham que la nouvelle session est pire que la première[4]. Finalement, Rowe décide de sortir la première version de Come On.

Parution et réception[modifier | modifier le code]

La chanson Come On parait en single le au Royaume-Uni accompagné d'une autre reprise (I Want To Be Loved de Willie Dixon). Elle sera interprétée en playback lors du passage des Stones à l’émission Thank You Lucky Stars le 7 juillet. Par la suite, ils refusent de l'interpréter en concert, car ils la détestent[1]. Leur premier single atteint la place no 21 des hit-parades, aidé par Oldham qui a acheté lui-même des exemplaires pour le faire grimper[1].

Fiche de production[modifier | modifier le code]

The Rolling Stones[modifier | modifier le code]

  • Mick Jagger : chant
  • Keith Richards : guitare
  • Brian Jones : harmonica, chœur
  • Bill Wyman : basse, chœur
  • Charlie Watts : batterie

Équipe technique[modifier | modifier le code]

  • Andrew Loog Oldham et Eric Easton : producteurs
  • Roger Savage : ingénieur du son

Autres reprises notables[modifier | modifier le code]

Elle a également été reprise par :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Rolling Stones, La Totale de Philippe Margotin et Jean-Michel Guesdon

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Philippe Margotin et Jean-Michel Guesde, Les Rolling Stones, La Totale, E/P/A, , p. 14-15
  2. (en) Laura Jackson, Golden Stone: The Untold Life And Mysterious Death Of Brian Jones, Londres, Smith Gryphon Publishers,
  3. Chris Salewicz, Mick & Keith: Paralell Lines, Londres, Orion,
  4. a et b Andrew Loog Oldham, Stoned, Londres, Secker & Warburg,

Voir aussi[modifier | modifier le code]