Clidemia hirta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Clidemia hirta
Description de cette image, également commentée ci-après
Aspect général de la plante.
Classification APG III (2009)
Règne Plantae
Clade Angiospermes
Clade Dicotylédones vraies
Clade Noyau des Dicotylédones vraies
Clade Rosidées
Clade Malvidées
Ordre Myrtales
Famille Melastomataceae
Genre Clidemia

Nom binominal

Clidemia hirta
(L.) D.Don, 1823 [1]

Synonymes

  • Clidemia benthamiana Miq.[1]
  • Clidemia elegans (Aubl.) D. Don[1]
  • Clidemia hirta var. chrysantha Cogn.[1]
  • Maieta hirta (L.) M. Gómez[1]
  • Melastoma elegans Aubl.[1]
  • Melastoma hirtum L.[2] [1] [3]
  • Staphidium benthamianum Naudin[1]
  • Staphidium elegans (Aubl.) Naudin[1]

Clidemia hirta est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Melastomataceae, originaire d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Elle est considérée comme une plante envahissante à La Réunion et dans beaucoup de régions tropicales où elle s'est naturalisée.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Elle est connue aux Antilles françaises sous les noms d’« herbe-côtelette » (Guadeloupe), « herbe cré-cré » (Martinique) ou en créole de « bonbon blé, zèb kotlèt, Zèb krèkrè, Zo minikou » et à La Réunion sous le nom de « tabac-bœuf ».

Description[modifier | modifier le code]

Clidemia hirta est un arbuste ou un arbrisseau vivace, densément ramifié, qui peut atteindre 5 m de haut, mais qui généralement ne dépasse pas 0,5 à 3 m de haut. Dans les zones très exposées au vent, il prend un port rampant et atteint moins d'un mètre de haut. Les tiges, rameaux, pétioles et calices des fleurs sont entièrement garnis de poils roux ou grisâtres, tuberculés à la base. Les feuilles opposées, ovales, membraneuses, celles d’une même paire parfois inégales, peuvent atteindre 15 cm de long sur 8 cm de large. Elles comptent trois nervures principales, vert foncé, arquées, et sont bordées de marges dentées et ciliées[4],[5].

Fleurs.

Les fleurs, portées par de courts pédicelles, mesurent de 0,5 à 1 cm de diamètre et sont groupées en cymes axillaires ou terminales de 6 à 20 fleurs. Elles ont un calice couvert de longs poils étalés, cinq pétales blancs ou roses, obtus et 10 étamines blanches de 7 à 8 mm de long. Elle fleurissent toute l'année. Les fruits sont des baie(baies) elliptiques, de 6 à 8 mm de long, barbues, à rebord annulaire, groupées en grappes, qui passent du vert au bleu-noir ou au pourpre foncé à mesure qu'ils mûrissent. Ils contiennent une centaine de graines[4],[5].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Cette plante originaire d’Amérique tropicale est largement naturalisée sous les tropiques. On la trouve dans beaucoup d’îles de l’océan Indien et du Pacifique, en Australie, Asie du sud, Inde, Afrique orientale. Elle s’est récemment implantée dans les plantations de vanille à La Réunion et dans les fourrés de Val Riche à l'île Maurice. Elle est très envahissante sur la côte est de La Réunion et dans beaucoup de régions tropicales où elle s'est naturalisée[6].

Aux Antilles, c’est une plante rudérale assez ubiquiste, préférant les zones humides.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Elle a jadis été utilisée aux Antilles comme succédané du savon.

Galerie[modifier | modifier le code]

Liste des variétés[modifier | modifier le code]

Selon Tropicos (29 mars 2018)[7] (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

  • variété Clidemia hirta var. chrysantha Cogn.
  • variété Clidemia hirta var. elegans (Aubl.) Griseb.
  • variété Clidemia hirta var. hirta
  • variété Clidemia hirta var. tiliifolia (DC.) J.F. Macbr.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i The Plant List, consulté le 29 mars 2018
  2. BioLib, consulté le 29 mars 2018
  3. GRIN, consulté le 29 mars 2018
  4. a et b Jacques Fournet, Flore illustrée des phanérogames de Guadeloupe et de Martinique, Gondwana editions, Cirad,
    Tome 1 (ISBN 2-87614-489-1) ; Tome 2 (ISBN 2-87614-492-1)
  5. a et b (en) « Clidemia hirta (Koster's curse) », sur Invasive Species Compendium (ISC), CABI (consulté le 29 mars 2018).
  6. (en) « Koster’s curse » (consulté le 29 mars 2018).
  7. Tropicos, consulté le 29 mars 2018

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :