Tindersticks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tindersticks
Description de cette image, également commentée ci-après
Les Tindersticks en mai 2008 au Royal Festival Hall (Stuart Staples à la guitare)
Informations générales
Pays d'origine Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Soul, rock indépendant, rock alternatif
Années actives 1992 - aujourd'hui
Labels Tippy Toe Records, This Way Up Records
Site officiel www.tindersticks.co.uk
Composition du groupe
Membres Stuart Staples, David Boulter, Neil Fraser
Anciens membres Dickon Hinchliffe, Al Macaulay, Mark Colwill

Tindersticks est le nom d'un groupe de musique britannique issu de Nottingham.

Historique[modifier | modifier le code]

L'origine des Tindersticks remonte au groupe de Nottingham, Asphalt Ribbons, comprenant Stuart Staples, David Boulter et Dickon Hinchcliffe. Les trois hommes rejoints par Neil Fraser, Mark Colwill et Al Macaulay formèrent les Tindersticks en 1992. Le premier single du groupe, Patchwork, est sorti en , sur leur propre label indépendant, Tippy Toe. Le deuxième single sort en , tout comme A Marriage Made in Heaven, fruit d'une collaboration avec Niki Sin du groupe britannique Huggy Bear. Aussitôt après la sortie du EP Unwired EP, le groupe signera sur le label This Way Up, tout récemment créé à l'époque.

Le premier album studio, titré simplement Tindersticks, sort en . Il obtiendra un très grand succès critique, et sera déclaré « Meilleur album de l'année » par le magazine britannique Melody Maker. Leur deuxième album (lui aussi titré Tindersticks) sort en , et contient des titres en collaboration avec Terry Edwards (du groupe Gallon Drunk) et Carla Torgerson (du groupe The Walkabouts). La tournée de concerts qui suit donnera lieu à un album live, The Bloomsbury Theatre, fin 1995. À cette période, la réalisatrice française Claire Denis, qui les découvre lors d'un concert au Bataclan[1], leur demande de réaliser la bande originale de son prochain film, débutant ainsi une longue collaboration artistique.

En juillet 1996, le groupe entre en studio pour enregistrer son troisième album, Curtains. Pour David Boulter, le claviériste, cette période est marquée par un essoufflement de la dynamique de groupe qui les avait animés jusqu'alors[2].

Le quatrième album, Simple Pleasure (1999), marque un changement de direction en proposant, comme son titre le suggère, une série de chansons directes et accrocheuses influencées par la musique soul. Les chœurs féminins sur plusieurs morceaux, comme la reprise respectueuse de "If You're Looking for a Way Out" d'Odyssey, font évoluer la musique du groupe vers un matériel plus léger et entraînant. Cette évolution se confirme avec le cinquième album Can Our Love (2001).

Le sixième album, Waiting for the Moon (2003), est de nature plus dépouillée et introspective, en particulier sur les poignants "4.48 Psychosis" (basé sur la pièce du même nom de la dramaturge britannique Sarah Kane ) et "Sometimes It Hurts". Seul "Just a Dog" allège l'ambiance plutôt mélancolique de l'album.

En 2006, le groupe se reforme pour un unique concert et se rend bien compte que la formule à six ne fonctionne plus comme avant, qu’il est allé aussi loin que possible au niveau artistique. De plus, Stuart a quitté son Angleterre natale pour s’installer dans la Creuse, où il monte son propre studio, Lucky Dog. C’est dans ce lieu que le groupe se reformera, dans sa forme originelle de trio : Stuart Staples au chant, Neil Fraser à la guitare et David Boulter au piano. Les « Nottingham Lads » trouvent une énergie nouvelle et enregistrent beaucoup de titres, très rapidement, aboutissant à la production d'un nouvel album, The Hungry Saw en , après avoir été enregistré en huit jours. Cet opus est marqué, de nouveau, par la mélancolie et l’humour décalé propres aux Tindersticks, avec des titres phares tels que Yesterdays Tomorrow et All The Love.

Collaboration avec Claire Denis[modifier | modifier le code]

Le groupe réalise les bandes originales des films Nénette et Boni (1996), Trouble Every Day (2001), 35 rhums (2008), White Material (2010), Les Salauds (2013) de Claire Denis[3]. Cette collaboration sera à la base du travail créatif des Tindersticks durant la période 1995-2001, puis de Stuart Staples seul pour les deux films réalisés entre 2002 et 2005[1]. Ce travail avec la metteuse en scène aboutit également à la conception d'une série de concerts illustrés par des montages des films, lors d'une tournée mondiale en 2011[1]. À partir de 2008, Stuart Staples s'entoure notamment de musiciens et compositeurs additionnels d'origines divers tels Thomas Belhom, Christine Ott, Julian Siegel ou Joanne Fraser[4]. On retrouve par ailleurs les deux premiers à la base du projet Minute Bodies présenté au London Film Festival en [5].

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

Les membres actuels du groupe sont :

Les anciens membres sont :

  • Dickon Hinchliffe - violon, guitare, voix
  • Alastair Macaulay - batterie, percussions
  • Mark Colwill - basse

Collaborateurs réguliers[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations / Live[modifier | modifier le code]

Bandes originales de films[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Dans la Culture Populaire[modifier | modifier le code]

Dans l'épisode Isabella de la saison 1 des Sopranos peut être entendue la musique Tiny Tears (Tindersticks, 1995).

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Tindersticks, pour y voir Claire dans Libération du 28 avril 2011.
  2. David Bolder, "Curtains" (2003), repris dans les notes de pochette de la réédition de 2004 de l'album Curtains.
  3. Le monde de Claire Denis, sur une BO des Tindersticks dans Télérama du 27 avril 2011.
  4. Tinserticks family Tinserticks family
  5. Enter the Microcosmic Dreams of an Early Filmmaking Pioneer sur The creator's project du 12 octobre 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :