Wuppertaler Schwebebahn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Wuppertaler Schwebebahn
Image illustrative de l’article Wuppertaler Schwebebahn
Le monorail de Wuppertal.
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Villes desservies Wuppertal
Historique
Mise en service 1901
Caractéristiques techniques
Longueur 13,3 km
Vitesse maximale
de conception
65
Électrification 750 V continu
Pente maximale 40 
Nombre de voies Double voie
Signalisation ETCS

Le Wuppertaler Schwebebahn (en français : « train suspendu de Wuppertal ») est un monorail suspendu situé dans la ville de Wuppertal, en Allemagne. Son nom complet est Einschienige Hängebahn System Eugen Langen (littéralement en français « chemin de fer à suspension monorail du système d'Eugen Langen »). Créé par Eugen Langen, à l'origine programmé pour être installé à Berlin, il a été construit à Wuppertal en 1900. Ouvert en 1901, il est toujours en activité comme système de transport local. C'est le plus vieux système de monorail au monde.

Le monorail de Wuppertal comprend une ligne aérienne composée de 20 stations sur un parcours de 13,3 km, empruntée chaque jour par 82 000 passagers. Il se tient suspendu à une hauteur de douze mètres de la surface de la rivière Wupper entre Oberbarmen et Sonnborner Straße et approximativement huit mètres au-dessus de la ville, entre Sonnborner Straße et Vohwinkel (3,3 km). Le tracé traverse l'autoroute A46. Le trajet prend environ une demi-heure.

Le Schwebebahn, exploité par l'association de transport Verkehrsverbund Rhein-Ruhr (VRR), accepte les tickets émis par cette société. Il transport 25 millions de passagers par an[1].

Le Kaiserwagen

Histoire[modifier | modifier le code]

La géographie et la géologie firent adopter la solution originale d'une ligne aérienne avec véhicules suspendus. En effet, la vallée de la Wupper est très étroite et l'espace manque, la nature du sous-sol n'est pas favorable à une implantation souterraine. Le seul espace disponible était le cours d'eau qui traverse la ville. Après divers essais de chemins de fer aériens, ,c'est le système Langen qui fut adopté.Celui-ci consistait à suspendre sur un rail une motrice unidirectionnelle à deux bogies moteurs par l'intermédiaire de quatre roues à gorge (deux par bogie). Le matériel roulant d'origine fut livré entre 1900 et 1912. Il s'agissait de motrices à châssis métallique et caisse en bois de 11,50 m de long, dotées de portes latérales et de deux portes d'extrémité. Leur capacité de transport était de 50 voyageurs dont 30 assis. Un train pouvait être composé de 2 véhicules. Ce matériel roulant fut remplacé en 1972/1975 par de 28 éléments articulés de 22 m de long construits par la société MAN. L'alimentation des trains est en 600 volts continu. Le trafic approchant alors les 25 millions de passagers par an, l'intervalle entre les trains est descendu à 90 secondes[2], avec une vitesse moyenne de 26 km/h. Cette augmentation de trafic imposa en 1995-1998 une reconstruction de l'infrastructure[3].

Par la suite, le monorail a connu d'importantes rénovations en 2005-2007[4], en 2018-2019[5].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Plan du Wuppertaler Schwebebahn
Heure de pointe à Vohwinkel.

Les stations[modifier | modifier le code]

Le parcours fait 13,3 km et dessert 20 stations :

  • Vohwinkel
  • Bruch
  • Hammerstein
  • Sonnborner Straße
  • Zoo de Wuppertal/Stade (de l'équipe Wuppertaler SV)
  • Varresbecker Straße
  • Westende
  • Pestalozzistraße
  • Place Robert Daum
  • Ohligsmühle/Stadthalle
  • Gare de Wuppertal(Döppersberg)
  • Kluse/Schauspielhaus
  • Landgericht
  • Völklinger Straße
  • Loher Brücke (Junior Uni)
  • Adlerbrücke
  • Alter Markt
  • Werther Brücke
  • Wupperfeld
  • Oberbarmen

Matériel roulant et signalisation[modifier | modifier le code]

Un nouveau matériel roulant, 31 trains de trois véhicules, a été commandé en novembre 2011[6],[7],[8] à Vossloh Rail (Stadler Rail), livrés en 2015[9],[10] - 2016[11],[12].Les nouveaux trains, qui remplacent les véhicules MAN de 1972-1975, fonctionnent en 750 VDC et peuvent atteindre la vitesse de 65 km/h selon le constructeur[13].

Après avoir envisagé un fonctionnement sans conducteur, l'exploitant du monorail a passé commande à la société Alstom en juin 2012[14] pour un système signalisation ETCS[15].

Accidents[modifier | modifier le code]

Malgré plusieurs systèmes de sécurité, plusieurs accidents ont eu lieu :

  • un cirque en tournée en 1950 à Wuppertal a fait voyager un éléphant, « Tuffi », dans le Kaiserwagen de la Schwebebahn. Pris de panique, celui-ci a sauté dans le vide en passant à travers la paroi de la rame, atterrissant dans la Wupper (rivière traversant Wuppertal). Dans la panique, il y a eu quelques blessés légers, mais l'éléphant était à peine blessé. On peut encore trouver des cartes postales de l'événement[16] qui a sur le moment attiré les curieux. Un éléphant est dessiné sur le lieu de l'accident ;
  • le 12 avril 1999 s'est produit le seul accident mortel : à l'occasion de travaux sur la ligne, un serre-joint a été oublié avant la remise en service, provoquant la chute d'une rame entière dans la Wupper. Il y eut 5 morts et 47 blessés[1].
  • en 2018 un rail électrique est tombé dans la rivière Wupper, près de la station Zoo/Stadion. Pour cette raison la Schwebebahn est fermé jusqu’en août 2019[5]. Les rails doivent être rénovés.

Exportation du concept[modifier | modifier le code]

Rame au-dessus de la Wupper
Wuppertal Schwebebahn Generation 15

Le Wuppertaler Schwebebahn a fait des émules :

Littérature et cinéma[modifier | modifier le code]

Le Wuppertaler Schwebebahn figure dans plusieurs films dont Alice dans les villes de Wim Wenders (1974), La Plainte de l'impératrice de Pina Bausch (1989), Mes copines et moi (Freche Mädchen) de Ute Wieland (de) (2008), et les documentaires Les Rêves Dansants - sur les pas de Pina Bausch (2010) et Pina, de Wim Wenders (2011).

Le monorail est aussi le siège d’une partie de l’intrigue du Feu de Wotan, 14e tome de la série Yoko Tsuno.

Le clip de la chanson "Tout Seul" de Didier Sustrac a été filmé dans le Wuppertaler Schwebebahn.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Die Wuppertaler Schwebebahn: Facts and Figures », sur www.schwebebahn.de (consulté le 9 novembre 2019)
  2. Jean Tricoire, « Wuppertal - Reconstruction du métro aérien », RATP Savoir-Faire n°25,‎
  3. Bruno Ziegler, « Wuppertal reconstruit son métro volant », Vie du Rail,‎
  4. (en) « Wuppertal goes driverless », Urban Transport International,‎
  5. a et b (en) Keith Fender, « Wuppertal Suspension Railway reopens », International Railway Journal,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Wuppertal monorail fleet replacement contract signed », Railway Gazette International,‎ (lire en ligne)
  7. « Wuppertaler Stadtwerke commissions Vossloh Kiepe to create new suspension railcars — Kiepe Electric GmbH », sur www.kiepe.knorr-bremse.com (consulté le 9 novembre 2019)
  8. (en) « Weight challenge for Wuppertal monorail car designer », Railway Gazette International,‎ (lire en ligne)
  9. (en) « Wuppertal welcomes Generation 15 car », Railway Gazette International,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Keith Barrow, « Wuppertal suspension railway receives first Vossloh train », International Railway Journal,‎ (lire en ligne)
  11. (en) « Generation 15 trainsets enter service in Wuppertal », Metro Report International,‎ (lire en ligne)
  12. (en) Keith Barrow, « New trains enter service on Wuppertal suspension railway », International Railway Journal,‎ (lire en ligne)
  13. « Wuppertal: Suspension railcars, Germany — Kiepe Electric GmbH », sur www.kiepe.knorr-bremse.com (consulté le 9 novembre 2019)
  14. « Alstom signe avec WSW mobil GmbH un contrat pour un système de signalisation », Alstom Communiqué de presse,‎ (lire en ligne)
  15. (en) « Wuppertal Schwebebahn adopts ETCS Level 3 train control », Metro Report International,‎ (lire en ligne)
  16. Bergisches Land 6 - Wuppertal / "Tuffis" Wuppersprung

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]