Cheniers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cheniers
Cheniers
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Chalons-en-Champagne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne
Maire
Mandat
François Griffon
2020-2026
Code postal 51510
Code commune 51146
Démographie
Population
municipale
105 hab. (2018 en diminution de 13,22 % par rapport à 2013)
Densité 6,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 09″ nord, 4° 14′ 40″ est
Altitude Min. 109 m
Max. 167 m
Superficie 15,58 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Chalons-en-Champagne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châlons-en-Champagne-3
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Cheniers
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Cheniers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cheniers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cheniers

Cheniers est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Le nom du village vient du mot gaulois chêne ou chenaie. Des chênes pubescents subsistent, ils sont les derniers lambeaux de la forêt primitive de la Champagne crayeuse.

Les habitants sont les Chnéias ou Chegnio .

Géographie[modifier | modifier le code]

Au sud de Châlons-en-Champagne, dans la plaine crayeuse, sans rivière.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cheniers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Châlons-en-Champagne dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 97 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (88,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (88,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Entre 1238 et 1793 Cheniers se verra attribuer plusieurs noms

  • 1238 Chennier
  • 1252 Chenehier, Cheneier
  • 1256 Chingneum
  • 1308 Chenniers
  • 1405 Cheners Pouillé de Chalons
  • 1508 Chenyers
  • 1542 Cheniers
  • 1556 Chenieres
  • XVIIIe siècle Chesniers

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village appartenu aux seigneurs de Conflans entre le XIe et le XVIIIe siècle

Cheniers fut brûlé lors de la Guerre de Cent ans.

Le château fut incendié en 1418 par le Bourguignon Thiébault de Neufchâtel.

Le un avion anglais participant au raid sur Mailly-le-Camp a été abattu. Ses 8 aviateurs sont enterrés dans le cimetière de la commune, près du reste de leur avion soit : Jones, Oliver, Stanley, Whipp, Grain, Batt, Dye, Ellis.

Nombre de foyer entre 1664 et 1788:

26 en 1664 , 33 1690 , 27 en 1709 , 40 en 1713 , 43 en 1720 , 45 en 1725 , 43 en 1773 pour 183 habitants et 36 en 1788.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Châlons-en-Champagne du département de la Marne[8].

Elle faisait partie depuis 1801 du canton d'Écury-sur-Coole[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette organisation territoriale administrative a disparu, le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Châlons-en-Champagne-3[8]

.Pour les élections législatives, elle fait partie de la cinquième circonscription de la Marne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Conformément au schéma départemental de coopération intercommunale de la Marne du 15 décembre 2011[10], la commune antérieurement membre de la communauté de communes de l'Europort, est désormais membre de la nouvelle Communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne[8] dite "Cités en Champagne".

Celle-ci résulte en effet de la fusion, au 1er janvier 2014, de l'ancienne communauté d'agglomération de Châlons-en-Champagne, de la communauté de communes de l'Europort, de la communauté de communes de Jâlons (sauf la commune de Pocancy qui a rejoint la communauté de communes de la Région de Vertus) et de la communauté de communes de la Région de Condé-sur-Marne[11],[12].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1876 après 1877 Patillet[13]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 En cours
(au 27 juillet 2019[14])
François Griffon   Réélu pour le mandat 2020-2026[15],[16]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2018, la commune comptait 105 habitants[Note 3], en diminution de 13,22 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
186204206163142156143131130
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
13514113211511210611011385
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
82849495911001099264
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
635159647873111117109
2018 - - - - - - - -
105--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture céréalière.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Tour reste d'un château en craie, avec blason daté de 1771.
  • Église XVIe et XVIIIe siècle avec de beaux chapiteaux blasonnés. Autel du XVIIIe siècle en bois peint, confessionnal du XVIIIe siècle, deux peintures religieuses de Bertille Segalas.
  • Musée privé 1939-1945.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La poétesse Anaïs Ségalas (1814-1893) séjourna à Cheniers, où elle possédait la ferme Notre-Dame.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Cheniers », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le 11 mai 2020).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 29 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 29 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a b et c « Cheniers (51146) - commune actuelle », Code Officiel Géographique (date de référence : 01/01/2020), sur https://www.insee.fr (consulté le 11 mai 2020).
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  11. « Cités en Champagne », Les intercommunalités, Syndicat Mixte du SCoT et du Pays de Châlons-en-Champagne (consulté le 18 juillet 2015).
  12. « La communauté d'agglomération passera de 14 à 38 communes en 2014 Le financement de la future intercommunalité fait débat : De Vatry à Aigny, en passant par La Veuve, le futur établissement public, dont la création vient d'être validée par le préfet, aura des allures de géant. Mais la définition de ses compétences, notamment en zone rurale, suscite des craintes », L'Union,‎ (lire en ligne).
  13. Almanach historique administratif et commercial de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims 1877, p162.
  14. « Découvrez le village de Cheniers à deux pas de Châlons : Cette semaine, nous vous emmenons dans les petits villages de notre campagne. Avant-dernier épisode à quelques encablures de Châlons », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2020) « François Griffon, le maire, a été élu pour la première fois en 1983. Depuis, il essaye d’améliorer « le cadre de vie », de ses administrés ».
  15. « Le maire François Griffon se représente : CHENIERS (51). Ça y est, la communauté de l’Europort est devenue Cité-en-Champagne. Et samedi, lors de la sympathique réunion de présentation des vœux, cette nouvelle entité a été présentée par le maire et de son conseil », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2020).
  16. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 19 juillet 2015).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.