Chéniers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Cheniers.
Chéniers
Chéniers (Creuse) - vue générale - vers 1920
Chéniers (Creuse) - vue générale - vers 1920
Blason de Chéniers
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Guéret
Canton Bonnat
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Vallées
Maire
Mandat
Gilles Gaudon
2014-2020
Code postal 23220
Code commune 23062
Démographie
Gentilé Chénierois
Chénieroises
Population
municipale
577 hab. (2014)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 21′ 06″ nord, 1° 49′ 42″ est
Altitude Min. 230 m – Max. 384 m
Superficie 34,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Chéniers

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Chéniers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chéniers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chéniers

Chéniers (Chamniers en occitan) est une commune française située dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

La Roche, Sardeix, La Villate, le Fournioux

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 10 du réseau TransCreuse et par la ligne I du réseau L'Aile Bleue[1].

Aéroport[modifier | modifier le code]

Sentier de randonnées[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Chéniers est issu du gaulois cassanos, signifiant chêne[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Cheniers (23).svg

Les armoiries de Chéniers se blasonnent ainsi :

Tiercé en fasce : au premier parti au premier d'or à deux lions léopardés de gueules l'un au-dessus de l'autre, au deuxième de gueules au lion d'hermine armé, lampassé et couronné d'or, à la lettre C d'argent brochant sur les deux quartiers; au deuxième parti au premier de gueules à la gerbe de blé d'or liée d'azur, au deuxième d'or à la vache de gueules, accolée et clarinée d'azur; au troisième d'or au soleil du même au moulin d'or essoré d'azur, ouvert et maçonné de sable brochant, à la roue d'azur sur une rivière du même; en abîme, d'argent aux lettres C et B entrelacées d'or.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 en cours
Gilles Gaudon
DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 577 habitants, en augmentation de 2,85 % par rapport à 2009 (Creuse : -2,49 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 630 1 479 1 415 1 503 1 717 1 845 1 932 2 010 1 952
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 868 1 822 1 808 1 743 1 790 1 816 1 835 1 760 1 714
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 620 1 624 1 620 1 413 1 385 1 285 1 255 1 166 1 068
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
948 837 706 684 631 583 595 561 577
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Une Église
  • Un Moulin à eau situé sur la petite creuse
  • Ecomusée de la Tuilerie de Pouligny (route de Bonnat)

Activités festives[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site du conseil départemental de l'Indre : Les horaires de l’Aile Bleue, consulté le 7 mars 2016.
  2. Henriette Walter, L'aventure des mots français venus d'ailleurs, Robert Laffont, p. 44
  3. Site des villes et villages fleuris, consulté le 24 décembre 2016.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]