Charles Jordan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Jordan et Charles Jordan (homonymie).
Charles Jordan
Charles Jordan.jpg
Fonction
Gouverneur
Dunkerque
depuis
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Eugène Jules Charles JordanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Militaire, historienVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Philippe Jordan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Membre de
Grade militaire
Conflit
Commandements
Distinction

Eugène-Jules-Charles Jordan, né le dans le 9e arrondissement de Paris et mort le à Paris[1], est un général et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille d'une vieille famille protestante du canton de Vaud (Suisse), établie à Montbéliard puis à Paris, il est le second fils de Samson Jordan[1] (1831-1900), ingénieur des mines, et de Corinne Merle d'Aubigné[1] (1841-1930). Il entre à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr à vingt ans, formation qu’il complètera en étudiant à l’École de guerre (1901).

Charles Jordan fut successivement lieutenant au 131e régiment d'infanterie (1895), capitaine au 2e bataillon de chasseurs à pied, puis détaché au 3e Bureau de l’État-major de l’Armée, chef de bataillon en 1914, lieutenant-colonel à l’état-major de la 4e Armée auprès du général Pierre Auguste Roques, puis officier d’état-major de la Mission militaire française en Pologne (1918-1919).

Il est promu colonel en 1924, commandant du 152e régiment d'infanterie (1925), puis gouverneur de Dunkerque (1929).

Promu général de brigade en 1930, il commande la 12e division d'infanterie de l'Armée du Rhin jusqu’à sa retraite en 1933.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il consacre à la Croix-Rouge la majeure partie de son temps.

Il obtient trois citations pendant la guerre 1914-1918 et est élevé à la dignité de commandeur de la Légion d’honneur en 1933, à titre militaire[2]. Il décède à Paris le

Marié à Marie-Antoinette Gallay, fille de Maurice Gallay (fils de Jules Gallay), chimiste et officier, et de Valentine Honegger, il est le père de six enfants, dont Maurice Jordan (1899-1976), ingénieur et président de Peugeot SA[3], ainsi que le beau-père de Jean Denis, ingénieur et industriel, fondateur des Toiles de Mayenne, et du banquier Charles Bungener[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • César et Attila en Gaule: 3 énigmes historiques (1947)
  • Louis XVII a-t-il été guillotiné ? (1950)
  • Arioviste et les Germains chassés d'Alsace en 58 avant Jésus-Christ (éditions OPTA, 1951)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Archives de l'état civil de Paris en ligne, acte de naissance n° 9/1383/1873, avec mention marginale du décès (consulté le 8 avril 2012)
  2. Notice base Léonore [1]
  3. Maurice Jordan sur annales.org
  4. Blanche Biéler, Une famille huguenote, de Genève à l'Amérique : les frères Merle d'Aubigné, 2006